Best Of Cyrillo

Page précédente

Christian, le directeur sadique

Christian est un homme comme on en fait plus de nos jours. C'est un mâle, un vrai. Pas comme tous ces pédés, ces métro-machin-sexuels et ces femmelettes dits "hommes modernes" qui ont envahi nos rues.

Christian a 47 ans. Il est grand de taille, bien bâti, velu et sexy à souhait. Il est blond/châtain mais commence à avoir quelques cheveux gris. Les femmes de tous âges n'hésitent pas à le suivre du regard quand il marche fièrement dans la rue. C'est un ancien militaire reconverti dans le civil. Il est veuf et vit seul. Ses deux fils de 22 ans et 20 ans sont déjà indépendants. Le premier poursuit une carrière de militaire comme papa. L'autre est étudiant en médecine à Nantes. Quant à Christian, il est depuis quelques années directeur d'école. Enfin, pas exactement. Il est directeur d'un centre chargé de rééduquer la racaille de ce pays. Centre éducatif fermé, Centre pour jeunes délinquants,...Christian n'a même pas fait l'effort d'en connaitre l'intitulé exact. Tout ce qu'il sait, c'est que le Centre se trouve en pleine campagne et qu'on lui envoie la pire racaille made in banlieue parisienne.

L'établissement reçoit 8 jeunes en difficulté. Tous ont de graves lacunes sur le plan scolaire, social et civique. Tous ont fait de la prison pour divers infractions (vols, drogue, agressions,...). Les cours sont du niveau collège, parfois lycée. La majorité des jeunes ont entre 18 et 19 ans. Le plus âgé a 22 ans et n'a même pas le niveau de la troisième. Les profs qui enseignent viennent d'établissements scolaires normaux des petits villages ruraux des alentours. Christian vit sur place avec les 8 jeunes et un vieux concierge qui fait aussi office de cuisinier de cantine et de gardien. Normalement, il doit y avoir au moins 5 éducateurs, 1 directeur-adjoint et 1 cuisinier mais l'État a ouvert le Centre dans la précipitation sans y mettre le budget nécessaire. Les collectivités locales refusent de mettre la main à la poche pour embaucher du personnel. Étant donné que Christian semble bien tenir en laisse ses jeunes et qu'il n'y a jamais eu de problèmes avec les villageois des alentours, tout le monde a fini par oublier le problème d'effectif insuffisant de l'établissement.

Le Centre est composé de trois bâtisses construites au milieu d'une véritable forêt. Il y a un grand bâtiment avec les salles de cours et le bureau du directeur. Un autre avec des petites chambres individuelles pour chaque élève, le vieux concierge et une salle au rez-de-chaussée qui sert de cantine. Enfin, le dernier bâtiment est un peu isolé. Il faut traverser un chemin forestier très étroit pour l'atteindre. C'est la jolie maison du directeur. En réalité, elle a été construite avec l'idée en tête d'un directeur marié et père de famille. Tout a été fait pour isoler la maison du reste de l'établissement et fournir un maximum d'intimité pour le directeur et sa famille. Le truc c'est que Christian vit seul. Y a donc beaucoup d'espace vide. Mais il ne s'en plaint pas car cela lui permet d'avoir un espace où il peut se branler et mater du porno en toute tranquillité sans avoir à craindre l'irruption d'un élève.

Cette année, il y a un nouvel élève qui a retenu l'attention du directeur. Youcef, un jeune beur de 18 ans originaire de Seine-et-Marne. Il n'est pas très grand de taille mais c'est un très beau garçon avec une musculature fine et un regard de braise. Le jeune homme est aussi sacrément prétentieux et arrogant. Il a un casier judiciaire long comme le bras. Un vrai petit caïd qui n'a pas hésité à traiter Christian de "Sale céfran" et de "Suceur de zob" au moment où ils se sont rencontrés pour la première fois. C'est habituel pour ces jeunes d'être agressifs verbalement dès le premier contact. Christian aime bien les défis. Il aime bien aussi les petits mecs qui se la jouent comme Youcef. Ce sont généralement ceux qui finissent par être les toutous les plus dociles et les plus obéissants.

Christian a décidé d'y aller fort dès le premier jour avec Youcef. Il l'a convoqué dans son bureau à 18h après les cours. Il a prévu de lui faire un rappel à l'ordre sur le respect et l'obéissance. Il envisage d'élever la voix à certains moments afin d'effrayer un peu le jeune arabe. Généralement, ce genre de mise au point marche plutôt bien avec les jeunes car cela permet d'établir dès le départ que le directeur n'est pas une espèce de couille-molle qui va les chouchouter et leur trouver des excuses.

Youcef arrive avec 20 minutes de retard en fumant une clope et avec la casquette retournée.


-20 minutes de retard, Youcef! Ceci est INACCEPTABLE!

-Waouh! Pas la peine de me crier dessus, gros bouffon!


Christian a dû faire appel à tout son sang froid avant de répondre.


-Ce n'est pas une façon de parler...

-Qu'est-ce que j'ai fait? Pourquoi y a que moi de convoqué? Wellah, premier jour et vous êtes déjà en train de me faire chier!


Décidément, ce petit arabe a décidé de faire monter les nerfs du directeur en un temps record.


-Cet établissement ne saurait tolérer cette façon de parler, jeune homme. Il y a une hiérarchie et une façon de se comporter...


Christian s'est s'arrêté car Youcef est en train de regarder par la fenêtre de son bureau.

-Youcef! Je suis en train de parler et j'aimerais bien que...

-Sur la vie de ma mère, vous me cassez tous les couilles avec vos discours. Le prof de maths tout à l'heure a parlé pendant 2 heures non stop. En plus, il a une voix de pédé. Vous les céfrans vous avez tous des voix de pédés!

C'est bon, le directeur n'en peut plus. En un clin d'œil, il fait le tour de son bureau et attrape le jeune arabe par la gorge.

-Première règle : Quand tu t'adresses à moi petit con, tu me vouvoie et tu dis "Monsieur" à la fin de chaque phrase. COMPRIS?

Youcef a le regard d'un enfant apeuré. Mais après quelques secondes, son expression se durcie et il crache au visage du directeur.

Christian n'en revient pas. Jamais de toute sa vie on ne lui a craché à la figure. C'est révoltant. Surtout l'idée même que cette caillera de merde a osé lui larguer un gros mollard entre les yeux. Christian a tout de suite vu rouge et tout son passé de militaire a repris le dessus. Il donne un coup de genou à l'estomac du jeune rebeu. Puis il lui fout un coup de poing en plein torse avant de lui balancer baffe après baffe après baffe jusqu'à ce que les joues du jeune con deviennent rouge vif. Youcef est à demi conscient. Les yeux fermés. Des larmes coulent sur son visage. Sa bouche est entrouverte mais aucun son n'en sort. Christian prend le visage de Youcef entre ses mains puissantes et viriles et lui dit :


-Ouvre les yeux, tapette! Regarde-moi quand je te parles!


Les yeux humides de Youcef se sont ouverts pour dévoiler le regard terrifié du jeune maghrébin.


-Alors, couillon on fait moins le malin, hein? A partir de maintenant, tu me parles avec le respect que tu me dois. T'es qu'une sale petite racaille de merde. C'est moi le patron ici. Tu fais tout ce que je te dis de faire. Pas la peine de chercher à négocier ou à te dérober. Tu m'appartiens à partir du moment où tu es entré sur mon territoire. Fini la démarche prétentieuse et le regard fier. Dorénavant, tu baisses la tête quand tu me voies. Tu fermes ta gueule quand je te parle. Tu rases les murs quand je te croise dans les couloirs. Tu te souviens de la première règle? Et bien si tu ne la respectes pas, je te casserais fils de pute! Je te défoncerais la gueule. Je te ferais regretter d'être sorti de la chatte de ta mère. Est-ce que tout est bien compris bicot?

-...oui...

*Slap* Une grosse baffe en pleine tronche.


-J'ai pas entendu. Vas-y répète!

-Oui...Monsieur! J'ai compris, Monsieur.


Satisfait, Christian renvoie le jeune homme rejoindre ses camarades. Puis, il se met derrière son bureau et c'est là qu'il remarque pour la première fois qu'il bande comme un âne. Christian n'est pas pédé, loin de là. Il n'a jamais baisé avec un homme. Il n'a jamais voulu baiser avec un mec. Mais quelque chose chez ce Youcef semble avoir suscité l'intérêt de sa grosse bite. Peut-être est-ce l'idée de dominer et d'humilier le jeune homme?

Le directeur s'approche de la fenêtre de son bureau. De là, il peut voir la cour et le groupe de ses élèves. Tous des gamins de banlieue qui parlent à haute voix et avec des gestes exagérés. Seul Youcef se tient à l'écart, fumant une clope et visiblement très secoué par son "entretien" avec le directeur. Tout à l'heure, Christian a vraiment eu envie d'aller plus loin dans la punition de Youcef. Mais le peu de conscience professionnelle qui lui reste l'a empêché de prolonger la torture du jeune homme. La prochaine fois peut-être...

Merci de m'écrire pour me dire si vous avez aimé et si je dois continuer. Les suggestions d'idées et les critiques constructives sont les bienvenues.

Loveleyop

hrone25@gmail.com

SUITE ICI

Autre histoire de Loveleyop : Femelle soumise

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.