Page précédente

- Le clan des pompes 2 -

Épisode1

 

Épisode 2

Le reste de la route est ponctué d’autres arrêts sur les aires d’autoroute mais beaucoup moins bandants que le précédent. Je dois me contenter de branlettes solitaires dans des chiottes crades. Je remplace quand même mon plug moyen par un plus gros qui s’installe très bien dans mon fion bien ouvert par mes routiers de tout à l’heure. Je veux rester ouvert, prêt pour de grosses saillies multiples.

1 heure avant mon arrivée je me connecte mon téléphone portable sur un réseau de rencontres gays de la région. Il me faut de la viande fraîche pour mon arrivée. Au bout d’une ½ heure je pense tomber sur ce que je cherche.
« mec 40 ans/180/78  viril, TTBM, baraqué, cherche mâle idem endurant pour baise réelle ». La voix est très grave dans les basses mais calme. Elle me fait aussitôt bander. Je le contacte en direct. Je suis aussi ce qu’il cherche. Je lui file mon numéro de portable. Quelques minutes après je lui donne mon adresse. Il habite à 10 kilomètres de chez moi.

16h00 : J’arrive chez moi, j’ouvre rapidement la maison sans regarder vraiment la mer tellement je suis impatient de découvrir ma trouvaille. Je prépare simplement mon baisodrome. Je prends une douche et je constate que ma rondelle s’est refermée autour de mon gros plug. Rinçage de cul et je sélectionne dans mon sac à baise un gros gode noir et massif pour préparer mon cul à l’assaut du gros gland promis de mon visiteur.
Je me ré ouvre le cul en m’empalant sur le pieu mais sans me branler. Je veux garder le jus qui me bouillonne dans les couilles. Je fais tourner l’engin dans mes tripes pendant 10 minutes pour élargir l’ouverture.

Gros plug, jeans et tee-shirt blanc, pieds nu , je me sers une bière et je m’installe  sur la terrasse en attendant le plaisir à venir.
17h00 pile, j’entends une voiture qui s’arrête devant la maison. La portière claque.
Il ouvre le portail et remonte l’allée du jardin. Look militaire para avec treillis, rangers, tee-shirt moulant qui dessine une musculature épaisse mais sans excès. Crâne rasé, gueule carrée. Ce mec dégage une calme virilité sure d’elle, affirmée mais pas violente. Il s’approche de moi et sa poignée de main s’accompagne d’un sobre.
« Salut, Michel… »  putain cette voix…
« Salut Alex…tu veux une bière ? »
Il s’assied et je reviens avec la bière. Il est assis, jambes écartées les mains sur les cuisses comme un vrai mec et son treillis assez moulant montre un début d’érection.
«  Je te fais de l’effet on dirait ? »
« Pas mal pour l’instant mais on verra quand tu seras au bout de ma queue » dit-il toujours aussi calment
Direct mais j’aime. Il tête sa canette et me regarde droit dans les yeux.
« Et toi ? » me demande t’il
Debout devant lui j’ouvre mon jeans et ma queue raide vient claquer sur mon ventre. Il tends une main carrée et légèrement velue et commence à branler mon chibre puis il fait rouler mes couilles pleines entre ses doigts en les matant.
«  Belle bête, mais c’est pas le coté qui m’intéresse le plus »
Je me retourne ma penche en avant et j’écarte mes fesses découvrant le gros plug noir planté dans mon cul.
« Bon, je vois que tu aimes les bons calibres. Tu es prêt pour un bon assaut on dirait » et il commence à sortir et faire ré entrer le plug qui m’élargit largement la rondelle à chaque passage » Je sens que ce mec commence à me dominer et j’aime ça.
« J’aime pas les folles mais j’aime les salopes » dit il en continuant à me travailler le cul avec mon plug.
«  Alors ça va le faire parce que je ne suis pas une folle comme tu vois mais une hyper salope pour mâle très viril et j’aime avoir le cul plein »
« Ok, vas te chercher un bon gode. Tu vas t’occuper de ma queue et ensuite je vais m’occuper de ton fion de salope ». décidément mon cul n’allait pas désemplir aujourd’hui.

Pendant que j’allais à la recherche de mon sac à baise d’ou je sortais sans hésiter mon méga king size de ce matin et ma graisse à fion, mon visiteur s’était installé sur le canapé du salon et il avait enlevé l’essentiel ; son pantalon de treillis pour ne garder que son tee-shirt, qui moulait ses pecs, et ses rangers. Il attendait cuisses velues écartées en sirotant toujours sa bière. Au milieu de poils brillants trônait, pas encore totalement bandée, un méga chibre impressionnant ; épais et long mais surtout avec un gland énorme.
«  Je te préviens elle fait 25 et le passage du gland va te déchirer le cul mais je vois que tu as de quoi te préparer. Alors à genoux, viens y goûter, redresse la, et si tu es la chienne que tu dis tu vas prendre un super pied et moi aussi ».
Calmement, debout devant lui je graissais mon gode tout en matant son éclate fion maintenant presque complètement dressé. Je n’avais jamais vu encore jamais pris un engin pareil dans mes entrailles, mais je ne flippais pas. Je savais que j’allais prendre mon pied, ma bite de tête me le disait.

« Laisse moi te graisser le cul » j’écartais le cul et je sentis directement 3 doigts bien gras m’ouvrir la rondelle. Il me fallait ça. Il tournait les doigts et pu rapidement les faire entrer et sortir directement.
Un quatrième et un cinquième prirent la même route et me flattait la prostate
Je me foutais dans le nez une bonne dose de poppers. Je planais littéralement, il ressortit ses doigts, et les rentraient  à nouveau.

« Bouffes moi la queue maintenant !»

Je m’installais à genoux devant lui, pointait mon gode sur ma rondelle qui rentrât sans problème et je tendais la bouche et la langue vers la queue géante. Impossible de faire un gorge profonde mais ma langue retrouvait l’expérience des kilomètres de queues avalées depuis ma première pipe. Elle virevoltait sur le gland le méat, la hampe, les couilles pour venir repomper ce que j’arrivais à me mettre dans la bouche, soit à peine 1/3 du morceau. J’aspirais à plein poumon la bonne odeur de mâle qui se dégageait de ses poils. Il fermait les yeux en se caressant les bas ventre et les seins
«  Putain tu suces bien, tu es vraiment une salope. Bouffes moi le cul. Sans attendre il était descendu sur le canapé, relevait ses jambes qu’il releva et m’offrit une vue magnifique sur sa rondelle poilues entre 2 fesses musclés et fermes. Ses cuisses elles aussi étaient musclés et sportives. Je plongeais ma langue dans sa rondelle et ma langue mouilla abondamment sa rondelle. Je pointais le trou qui ne tarda pas à s’ouvrir en palpitant.

Tiens, tiens… ce male viril doit aussi aimer se faire baiser par ce coté là. Je léchais goulûment ce trou en n’oubliant pas de temps en temps de retourner au chibre pour le sucer. Son trou dégoulinant de salive s’ouvrait maintenant et je en résistais pas au plaisir d’y faire entrer 1  puis 2 doigts. Je serrais fortement aussi le gode qui élargissait mon trou du cul. Le mâle aimait mon traitement et gémissait sous le coup de mes doigts et de ma langue qui pénétrait son cul poilu.
« C’est bon. Tu m’as bien sucé. Tu vas avoir ta récompense. Tu vas me donner ton cul et je vais t’exploser la chatte, demandes le moi ! »
« Oui STP, viens me baiser, pines moi, défonces moi, exploses moi le cul, déchires mon fion de salope en rut. Je veux ta queue géante dans mes tripes. Tu me baises comme tu veux, c’est toi qui décide. Je veux te faire prendre ton pied !!!».
Je le disais et je le pensais. Je me suis relevé en serrant le gode que j’avais toujours bien à fond.
« Je vais te baiser sur la table, d’abord par derrière pour bien voir ma queue ouvrir ta chatte »
Je me suis foutu à plat ventre sur la table le cul tendu et impatient. Je le regardais mettre sa capote qui emprisonna son pieu.
Il jouait doucement  un peu avec le gode puis le ressortit. Je sentais son gland sur ma pastille. Il me massait le cul avec et j’ouvrais mon sphincter au maximum en poussant. J’allais la sentir passer mais je la voulais.
«  STP baises moi, je veux ta queue !!! »
Je sniffais encore un coup de poppers ouvert, béant, soumis.
Il choisit de rentrer doucement mais sans s’arrêter. Le passage de son gland énorme me fit voir des étoiles et me fit gueuler de bonheur. Il colla ses couilles contre les miennes, redonna un dernier coup de butoir sec, puis après quelques allers et retours, il rentrait et ressortait de mon cul à chaque fois. Il écartait mes fesses ce qui redoublait le plaisir. Après ce pistonnage il décida d’alterner le gode et sa queue. Je devenais fou et je gueulais comme un dingue. Il me trait de bonne salope, de garage à bites, de chatte à mâles. Seul la grosseur de son gland me permettait de savoir si c’était sa queue ou le gode qui me baisait.
« Tu aimes ça hein ! mais tu es tellement salope que tu en veux encore plus » décidément ce mec me comprenait.
« Allez prends toi une giclées de poppers et tu vas avoir ce que tu veux. Demandes le moi ! »
« Défonces moi avec les deux STP, je veux ta queue et le gode en même temps, je veux les avoir en même temps dans mon cul de salope »
Il carra le gode dans mon fion, après l’avoir ré enduit de graisse puis posa son chibre raide sur l’engin et en glissant dessus le faisait entrer dans mon cul. J’avais mal cette fois mais je me rendais compte que l’excitation serait plus forte que la douleur. Le poppers m’aida encore à m’élargir et peu à peu son gland m’ouvrit et s’insinua à coté du latex dans mon fion. J’étais ouvert au maximum et mon enculeur s’arrêta net à ce moment la.
«  Tu ne seras jamais ouvert plus que ça. Ton cul est bien distendu. Maintenant serres !!! » et je serrais au maximum mon sphincter autour de cette double bite.
Putain je n’avais jamais pris un tel pied, …..douleur et plaisir mélangés, plaisir choisi et soumission, fantasme et réalités réunis. Puis il entra complètement dans mon cul et c’était parti pour 2 heures de peur bonheur.
Il m’a retourné, baisé dans toutes les positions nous nous sommes sucés, bouffé le cul, chacun notre tour en 69, j’ai été bourré collé contre le mur suspendu sur sa queue, il m’a demandé de lui fourrer mon gode dans le cul à lui aussi avant de m’empaler sur sa teub. J’étais sa chose il m’utilisait pour son plaisir me maniait mais toujours attentif à mon plaisir et nous avons jouis 3 ou 4 fois chacun.

19H30, à ma montre. J’émerge brusquement. J’ai du m’endormir. Je suis à plat ventre dans mon pieu, un peu moulu mais détendu. Personne à coté de moi mais de la musique vient d’à coté.
Très belle vision d’un mec en train de faire des pompes, à poil au milieu de mon salon uniquement avec ses rangers au pieds. Sa queue se balance au rythme de ses mouvements alors que la lumière descend sur la mer à travers les fenêtres et je matte ses muscles fessiers.
« Tu as récupéré ? » me demande t’il en se redressant.
« Tu n’a pas encore eu ta dose hein ? »  décidément ce mec lis en moi comme dans un livre.
« Ca te dirait une suite à plusieurs, avec 2 potes à moi ? »
«  S’ils me baisent aussi bien que toi je dis oui tout de suite »
« T’inquiète pas et fais moi confiance, tu aimeras ça… et nous aussi ».

Il va chercher son portable et passe un premier coup de fil :
«  Allo, Manuel, c’est Michel. Ca te dit de passer la soirée face à la mer avec un mec qui aime se faire tirer par plusieurs bonnes queues…..oui bon cul bien ouvert ..il a pris ma queue et un méga gode sans broncher .. oui il est cool sympa… Il aime la bite sans prise de tête…je te promets une vraie salope. Ok je te donne son adresse et j’appelle Patrice ».

« Allo Patrice…tu vas aimer, je t’ai trouvé une soirée plan défonce dans une maison au bord de la mer. ….Il aime se  faire défoncer autant que toi. … oui il a des méga godes qu’il te prêtera…  Eh,  tu apportes de quoi casser la croûte pour 4 ce soir parce que avec ma bite dans le cul le petit nouveau n’a pas eu le temps de faire les courses…ok rendez vous chez lui dans une 1 heure. … Tu verras il sera sympa avec toi et Manuel sera la .

« On boit un verre ? » Il s’occupe de tout toujours déterminé mais avec de la douceur. J’ai confiance. On s’assied toujours à poil, avec le whisky dont j’ai besoin pour me retaper. C’est la première fois que mon cul est vide depuis ce matin et il me raconte.

Ancien para il a décroché de l’armée et crée une boite de déménagement de pianos. Il a vite recruté 2 anciens potes de l’armée, pour l’aider. Ils avaient un point commun ils étaient tous les 3 hétéro mais avaient de très gros besoins sexuels.. Entre les partouzes avec nana et celle avec mecs ou les 2 mélangées, ils sont devenus plus intimes. Ils ont fini par s’installer ensemble dans l’appartement de Michel.

«  Chacun vit sa vie et est libre mais on finit tous par revenir au bercail et personne ne pose de questions….
Patrice c’est le naïf de la bande …Tu vas voir un bestiau de près de 2 mètres avec une gueule d’ange, culturiste et tout le reste en proportion. Quand il ne transporte pas des pianos, il soulève de la fonte ou il fait la bouffe…. C’est un super cuistot. Particularité il aime avoir le cul plein. Il a toujours un gode ou un plug dans le cul et il ne l’enlève que pour se faire emmancher par une ou 2 bites et putain ce qu’il a pu en prendre …et de toutes les tailles….. Quand on était dans l’armée il était le vide couille de la section, toujours disponible, le cul ouvert…. Mais attention tout le monde le respectait…d’abord parce que c’était le cuistot… mais surtout parce qu’il est capable de tuer un mec en quelques secondes et d’une seule main. Pendant que tu le défonces tu peux le traiter de salope, de lope, de garage à bites mais quand ta queue est sortie …il ne vaut mieux pas essayer….il est comme ça…une fois en opération il avait perdu un pari à la con…son gage s’était de se faire enculer par les 20 mecs du commando…tout le monde voulait le fourrer et on n’avait pas beaucoup de temps…alors il se les ait prises toutes les 20 dans le cul … mais  2 par 2 …la mienne et celle de Manuel comprise.
…Manuel lui c’est un rital d’origine, brun 1.80/78 une musculature sèche et nerveuse.. et beau matos. Son problème c’est sa queue. Il peut rester 8 jours raide et sans débander et il a une bite dans la tête 365/365 jours ( ça je comprenais vaguement )
A l’origine il était uniquement hétéro mais il a finit par fourrer Patrice comme nous tous, tellement il a besoin de cul.
Il a vécut avec des nanas mais il les niquait trop, elles craquaient…il s’est installé avec trois gonzesses en même temps mais elles n’ont pas tenues non plus. Il a finit par atterrir chez moi. C’est lui qui m’a dépucelé du cul et fait aimer les queues… Patrice nous a rejoint rapidement , tu penses.. !!!  et il s’est installé aussi, il y a 3 ans… avec nos deux culs Manuel arrive de temps en temps à se satisfaire…une nuit il nous a baisé Patrice et moi, à tour de rôle pendant 3 heures…un vrai marathon…j’avais jamais vu ça…même Patrice était scotché…mais à la fin,  Manuel bandait encore comme un roc.
Ah … son signe particulier…un bricoleur de génie…un vrai « Mac Gywer ». Mon vieil appartement qui était complètement déglingué est devenu quasiment un appartement modèle.
«  Et son cul ? »
«  Bandant, mais vierge pour l’instant, même aux godes de Patrice… »
«  Et toi la dedans ? »
«  Moi je suis l’intendant de la bande. Je gère la boite, leurs comptes parce qu’ils s’en foutent, les comptes de la turne. …et je prends mon pied recto/verso. Je baise quand je veux et avec qui je veux, comme je veux et j’ai des potes toujours présents. J’étais leur sergent-chef…je le suis resté en quelque sorte»
«  Le paradis en somme ? .. »
«  Sauf que nos besoins constants de cul et de baise créaient des tensions et des conflits dans la bande…alors on a crée le - Clan des Pompes -….. »
« C’est quoi  le - Clan des Pompes-….. ?  »
«  Une fois par mois on se retrouve tous les 3 pendant 1 week-end et on baise autant et comme on veut. On demande et les autres doivent accepter et vice versa. Pas de frustration et on évacue les pressions.. En général ça finit en baise à trois. C’est comme ça que Manuel nous a niqué Patrice et moi pendant 3 heures.
C’est Manuel qui a trouvé le nom…on fait nos 50 pompes tous les matins…souvenir de l’armée.. et on a chacun  notre surnom… Patrice c’est – Converse-, Manuel – Cat -  pour Catterpillar et moi – Rangers -.
Pendant les 2 jours on est complètement à poil, bouches, culs et bites disponibles suivant nos goûts et nos envies avec simplement nos pompes aux pieds …et je te jure que ça donne.
Ce week-end c’est le – Clan des Pompes alors … comme j’ai pigé que toi aussi que tu avais une bite dans la tête en ce moment …si ça te dit ? »

«  Tu parles que ça me dit …3 beau mâles bien montés et en chaleur …pendant 2 jours, je prends…et dans le cul bien sur. Pas mal votre méthode Bonobo.. règlement des conflits par la baise »
«  Je savais que ça te plairait.. …Ah quelques points et on y revient pas…
1/ Si tu en en marre tu nous le dit et on se casse.. tu es chez toi
2/ On s’occupe de l’intendance, on est rodé
3/ Le clan des pompes baise bareback. Le foutre est de rigueur. C’est le marché, mais vu que tu es invité et qu’on ne te connaît pas, tu auras droit à 1 traitement SSR
4/ Il faut que tu te trouves un surnom – Clan des pompes –. »
Tout m’allait sauf le point 3 et compte tenu que c’est moi qui allait me faire mettre…. Heureusement je suis aussi un trou à bites…  prudent et organisé. Je fonçais dans ma piaule et revenais avec mon test VIH de 3 jours qui confirmait que je n’étais pas plombé.
«  Ca te vas pour revenir sur la clause 3 ? »
« Combien tu as pris de bites depuis ? »
«  2 ce matin… mais toujours encapuchonnées…  je n’ai pas envie de crever…je connais, j’y ai laissé la moitié de mon carnet d’adresse… et vous ? »
«  On est clean tous les 3 … » dit-il en me fixant droit dans les yeux et en commençant à se branler pour faire durcir sa queue …
«  Même Manu dépense plus de fric en capotes qu’en bouffe chaque mois »  et compte tenu de son regard, j’en étais sur.
«  Je suis le premier invité du clan ? »
«  On a essayé avec un pote de muscu de Patrice. Un beau black bien monté. Il a apprécié au début … vu que Patrice passait son temps au bout de sa queue. Il a même voulu bouffer assis empalé sur son calibre . Manu et moi on l’a tiré à tour de rôle .. et il aimait ça l’enfoiré … mais au bout d’une journée il était tellement excité qu’il voulait absolument se faire une gonzesse. Il gueulait qu’il lui fallait une vraie chatte. Mais ça c’était pas possible. On a essayé les partouzes avec des nanas et ça créée des conflits. Il s’est barré au bout d’une journée avec un trique d’enfer et la nana qu’il a trouvé a du prendre un sacré pied ou souffrir. Tu es le deuxième. Je te préviens…pas de prise de tête ni de plan de tarlouzes amoureuses. Tu prends les 3 en bloc ou rien ».
« Si c’est ok pour vous…c’est ok pour moi »
«  Ok pour nous…il te reste à choisir tes pompes »

Retour dans ma piaule ou je plonge dans mon sac pour sortir une paire de – Campers – noires montantes…et je n’ai pas le temps de me redresser. Le gland de Rangers vient de me rentrer à nouveau dans le cul …bien à fond

« Autant t’habituer tout de suite. Tu vas y avoir droit pendant 2 jours, en nombre et à répétition ».
Au bout de 10 minutes de limage régulier, ponctué de coups de rein virils mon cul  a reçu ses premières giclés de foutre en « intra fion ». 4 ou 5 giclées chaudes pour la première dose de la soirée. Rangers est ressorti en me disant simplement
« T’as vraiment un bon cul …mets tes pompes …ils arrivent .. » ponctué par un bruit de motos approchant de la maison »

A suivre….

Dites moi si vous avez aimé la suite .

claza@wanadoo.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.