Page précédente

Colo

C’était il y a deux ans.

J’étais animateur de colo l’été pour me faire un peu d’argent. Pendant 15 jours j’ai bossé avec toute une équipe. Il y avait un moniteur de voile, un beau brun bronzé, Cédric. Il était grand, avec un torse bien dessiné couvert de très sexy poils ras. J’avais du mal à me contenir en voyant ses cuisses musclées, poilues et bronzées sortir de son petit short qui mettait en valeur une belle proéminence au niveau du sexe. Il était drôle et sympa : bref, le mec idéal que j’attendais depuis longtemps déjà ! Nous avons partagé la même chambre avec deux autres mecs pendant toute la colo. Il était dans le lit à côté du mien. Chaque soir j’ai pu le voir se déshabiller devant moi. Je ne pouvais m’empêcher de le mater discrètement quand il enlevait son slip libérant ainsi une belle et grosse bite très appétissante. Si seulement nous avions été seuls dans la chambre ! je ne pouvais m’empêcher de me branler le soir sous la douche en pensant à lui, m’imaginant moi en train de le sucer et lui râlant de plaisir…

Les 15 jours de colo se sont achevés et nous n’avons jamais eu l’occasion d’être seul tous les deux. Pendant la dernière soirée, déprimé, je me suis mis à l’écart du groupe et je suis allé marché au bord de lac. Je me suis assis regardant le lac éclairé par la pleine Lune. J’étais perdu dans mes pensées quand j’ai senti une main se poser sur la peau nue de mon dos (j’étais en short et torses nu, il devait faire encore presque 28° à cette heure tardive). J’ai sursauté mais me suis laissé aller sous l’action de cette main et de sa jumelle en train de me masser délicatement le dos.

Et puis j’ai entendu une voix, une vois grave et chaude. Sa voix. Il m’a demandé ce qui n’allait pas. Je lui ai dit que j’étais fatigué, triste de quitter déjà la colo. Il m’a alors répondu qu’il était triste lui, de me quitter ! Il a rigolé et m’a dit qu’il avait bien vu que je le matais tous les soirs. Et qu’il faisait exprès de se déshabiller devant moi. J’ai senti mon sexe gonflé en l’entendant et en sentant son odeur d’homme. Nous nous sommes levé. J’ai vu que son sexe ne demandait qu’à être libéré de son short. Alors je le lui ai enlevé ainsi que son slip, le laissant nu avec ses chaussures de rando et le sexe en érection. Déjà impressionnante au repos, sa bite devait dépasser les 20cm en érection. Je me suis mis à genou et j’ai commencé à lui lécher les couilles. Puis je me suis concentré sur son sexe. Je l’ai senti se gonfler et mouiller dans ma bouche. Il s’est alors mis à gémir.

Je lui est caressé le torse avec ses petits poils si excitants. Il m’a mis sur le dos, a brusquement enlevé mon short et mon slip, m’a écarté les jambes. Il m’a bouffé le cul puis m’a pénétré violemment. J’ai poussé un râle de douleur et de plaisir mêlés. Il s’est activé comme un fou pendant cinq minutes, me branlant en même temps. Chaque fois il donnait des coups de reins de plus en plus fort, faisant ainsi pénétré sa bite de plus en plus profondément en moi. Moi je lui serrais son cul poilu avec mes deux mains. Il s’est alors arrêté me demandant de le prendre à mon tour. Nous avons inversé nos positions et j’ai pénétré son cul frémissant de plaisir, d’un coup, comme il l’avait fait avec moi. Il a gémi et a continué à gémir tant que je le pénétrai. Il s’est éjaculé dessus. Son torse était souillé, ses poils noirs maculés de sperme. Le voir ainsi m’a encore plus excité. Je me suis alors vidé en lui. Puis je me suis couché sur lui, collant les poils de mon torse aux siens et à son sperme. Nous sommes resté un moment comme ça, collés l’un à l’autre, éclairés par la Lune. Il a alors commencé à me caresser le dos puis les fesses.

J’ai senti ma bite se retendre ainsi que la sienne. Nous nous sommes regardé avec un sourire complice. Nous nous sommes mis en 69 et nous nous sommes pompés mutuellement. Je lui ai bouffé le cul pendant qu’il mettait un puis deux puis trois doigts dans le mien. Nous nous sommes mis à genoux, face à face et nous avons commencé à nous branler. Il serrait fort ma bite dans ses mains vigoureuses. Il a senti que j’allais lâcher ma purée. Il a alors pris mon sexe dans sa bouche pendant que je le branlais de plus en plus fort. Je me suis vidé dans sa bouche. Il m’a embrassé avec tout mon sperme encore dans sa bouche et m’a amené la tête sur son gros sexe que je me suis empressé d’avaler. Je l’ai sucé et j’ai retiré ma bouche juste avant qu’il n’éjacule. Je me suis reçu son foutre en plein visage. Il m’a alors léché le visage pour me nettoyer. Nous avons alors couru vers le lac pour prendre un bain et nous rincer de tout ce sperme…

Nous nous sommes quitter le lendemain et nous nous revoyons de temps quand il monte sur Paris. Nous nous faisons des petites parties tous les deux ou avec l’un de mes potes, en guise du bon vieux temps…

Clary

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.