Page précédente

Correction.

Cela faisait déjà trois quarts d’heure que j’attendais. Je sortais pour me fumer une clope. Mes collègues étaient tous occupés avec des parents et le directeur s'était enfermé dans son bureau histoire d’avoir la paix. Il faisait un temps de chien. La cours était encore trempée. L’obscurité s’installait et le froid s’alliait à l’humidité pour me glacer les os. Ce n’était pas le moment d’attraper la mort, dans 3 jours, c'était les vacances… Je commençais à faire demi tour lorsque je vis arriver Maxime, accompagné de son père.

Maxime était un garçon de 18 ans. Bien qu’il soit de taille moyenne, sa carrure en imposait pas mal. Le garçon était loin d’être un rat de bibliothèque, et il était clair qu’il passait la plus grosse partie de son temps à faire du sport plutôt qu’à bosser mes cours d’histoire. Le garçon avait le cheveux blond, un visage assez pale, marqué sous les yeux. Les trois années passées en maison de correction lui avaient durci le regard et lui avaient forgé des attitudes de bad boy.

Son père était visiblement sorti du même moule. Un peu plus grand que son fils, il n’en était que plus impressionnant. Il devait avoir difficilement plus de la mi-trentaine, ce qui me fit penser qu’il n'avait pas attendu sa majorité pour être dépucelé.

Je lâchais ma clope, sortis mon plus beau sourire, et m’avança, main tendue pour saluer mon nouvel entretien. Ma salle était au fond du couloir. Ce genre de matière, peu de parents s’y intéressent. On nous donne donc les salles les plus isolées. Mais cette fois, je comptais bien le coincer. Ce gamin est un chieur, et tomber sur son père est une aubaine !

Les présentations faites, je guidais tout mon monde vers ma salle. Le collège était en voie de réhabilitation. On attendait depuis dix ans. Les salles sont exiguës, et sales. Mon bureau était placé devant le tableau. J’avais préparé trois chaises en face de moi. Maxime et son père s’y installèrent.

Je présentai brièvement ma matière et le travail en cours, quand j’embrayai sur Maxime, son manque de motivation, et surtout ses problèmes de comportement. Là, son père me coupa et me dit qu’il est justement venu pour parler de ce problème, et qu’il comptait bien me voir ce soir. Découvrir le soutient des parents d’un élève chiant est un moment de soulagement pour tous profs. Mais dans ce cas précis un moment de soulagement bien trop bref !

Il continua en me disant que Maxime n’avait rien à foutre de l’histoire géographie, que lui-même ne comprenait pas l’utilité de cette matière et qu’il serait préférable pour moi que je laisse le garçon tranquille, et que j’arrête de le harceler en classe. Je ne pouvais décemment pas laisser passer ce genre de discours, et je commençais donc mon laïus sur l’importance de ma matière dans la construction du futur adulte quand j’ai compris que j’étais en train de pisser dans un violon. Le père commençait vraisemblablement à perdre patience, et Maxime le regardait un sourire en coin.

Son père tourna la tête et rendit son sourire à son fils. Il se leva brusquement, m’attrapa les épaules et me plaqua sur mon bureau. Le visage écrasé contre ma trousse je l’entendis me dire que son fils et lui allaient m’apprendre ce que c’était leur vie. Que les putains de prof comme moi ne sont que des tapettes et qu’ils ne savent rien de la réalité de leur monde. La décapitation de la Marie Antoinette c’était rien à coté de ce que j’allais souffrir.

Maxime était déjà debout à coté de mon bureau. Il fit tomber ses Nike, et pris une de ces chaussettes qu’il me mit dans la bouche. Pendant qu'il fermait ma classe de l’intérieur, son père me tira pour m’allonger sur le bureau et se plaça à cheval sur moi, me tenant les bras avec ses jambes. Mes affaires se cassait la gueule en faisant un bordel monstre, ce qui n’était malheureusement pas suffisant pour alerter mes collègues.

Maxime revenait vers nous en se tâtant le paquet, histoire de faire gonfler sa bite. Son père me mit en garde. Je ne devais pas pousser le moindre cris si je ne voulais pas qu’il pousse la punition trop loin. J’ai hoché la tête. Maxime commença alors à déboutonner mon jean avec un regard aussi joueur que pervers. En moins de temps qu’il faut pour l’écrire, je me retrouvais avec mon jean et mon slip sur les chevilles.

J’entendis mon élève cracher dans sa main, et me plaquer sa salive contre mon trou du cul. Il enfonça un doigt quand je me raidis en poussant un cri assourdi par la chaussette du gosse. Le père me colla un pain dans le dos qui eu pour effet de me calmer très vite ! En même temps, en bon fils, Maxime me cala un deuxième doigt. Cette fois je ne bronchais pas. Le poing du père avait réveillé une vieille douleur qui me faisait monter les larmes aux yeux. Maxime me doigtait donc avec vigueur quand il décida de jouer avec mes affaires. Il attrapa mes feutres et commença à me les enfoncer dans le cul. Il réussi à en faire entrer trois quand son père lui dit d’arrêter ses conneries, et qu’ils avait autre chose à foutre. Maxime sortit alors les feutres et commença à baisser son survêt. Son père lui demandAOT d’où il sortait une trique pareil, et flatta son fil d’être aussi excité par la correction de son pd de prof. Il cracha de nouveau dans sa main, s’en enduisit le gland et l’approcha de mon cul.

La peur avait fait place à l’excitation. La punition n’était finalement pas aussi terrible que je l’avait crainte. Et si ça se limitait à une sodo bien bourrin menée par le bad boy du lycée, sérieux, j’avais pas vraiment à me plaindre.

Son gland entra sans force, ce qui me valu de nouvelle insultes comprenant que je n'en étais pas à ma première sodomie. A présent, j'étais sa salope et mon cul de chienne allait voir ce qu'était une vraie bite. Maxime savait vraisemblablement mieux reconnaître un cul déjà pratiqué qu’une frise chronologique. Son père lui répondit qu’il s’en doutait, et qu’ils allaient me régler mon compte. Il sorti de dessus moi, passa à coté de son fils qui se recula, me pris la bite et les couilles et les coinça dans le tiroir du bureau. Les larmes revinrent illico.

La queue de Maxime était bien en moi. Je compris très vite que le garçon n’était pas un petit joueur, et que ça queue me remplirait bien plus que je l’espérais ! La bite tendue, il faisait de grand aller-retour, sortant son gland et me pénétrant chaque fois plus violement, claquant son bassin contre mon cul, et m’écrasant les couilles un peu plus à chaque fois. Je continuais néanmoins à bander comme un salop. Son père repris sa place a genoux sur le bureau, mais plaça cette fois son sexe face à ma gueule. Il me sortit la chaussette de la bouche, et je l’y aidais d’un haut le cœur. Il avait une bite d’une vingtaine de centimètre, légèrement courbe mais bien tendue. Il me l’enfonça au fond de la gorge sans plus de ménagement.

Son fils continuait à me limer, en rythme avec son paternel qui frappait mon palais avec son gland. Je sentais la queue de Maxime se tendre par à coup en même temps que ses va et vient se faisaient plus brutaux. Il était en train de décharger son foutre dans mon cul. Il ne m’en fallait pas plus pour que je lâche mon sperme dans le tiroir. Son père se mit à se branler énergiquement d’une main alors que l’autre me serrer les joues pour m’obliger à ouvrir la bouche. Il me lança 3 bonnes giclées de foutre dans la gueule, puis me maintint les mâchoires fermées pour m’obliger à avaler.

Je restais la, prostré le visage posé sur le bureau alors que père et fils se congratulaient d’une tape dans le dos et se félicitaient d’avoir réglé son compte à ce pd de prof. Maxime ouvrit la porte. Son père sortait quand Max fit demi-tour et me dit à l'oreille que j’avais plutôt intérêt à rester discret si je ne voulais pas qu’il mette sa bande de pote au courant que le prof d’histoire géo était un garage à bite. Il rejoint son père et referma la porte derrière lui.

Il était plus de vingt heures. Mes collègues étaient probablement déjà partis. Je me suis relevé et j’ai remonté mon fut, le cul encore poisseux du foutre de mon élève. Je ramassais mes affaires et les fourrais dans mon sac, pressé de rentrer chez moi. Quitter mes fringues et me doucher. C’est tout ce que je souhaitais. Je pris mon sac et sortit de la classe en oubliant le paquet de copies à corriger qui se trouvait dans le tiroir.
 

Loïc

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes