Page précédente

Épisode précédent

Cours de sport 2

Il est plus de 18 h, l’entraînement de rugby vient juste de se terminer. Je rejoins Philippe, mon prof, que je n’ai pas vu depuis la dernière fois. « Tu sais, j’ai eu du mal à m’asseoir pendant deux jours ». Philippe se retourne et me balance « sois discret bordel !!». Il avance vers les vestiaires, je le suis et il me donne rendez-vous dans un endroit discret du lycée le soir même.

Je rentre dans les vestiaires. Je me déshabille et rejoins Gwenaël dans sa douche puisqu’elles sont toutes prises. On se retrouve un peu à l’étroit dans la cabine. Tout excité par le rdv que Philippe m’a donné, je bande un peu. C’est rapidement amplifié par les effleurements du corps de Gwen contre le mien. Je me retourne, il est face à moi et il bande aussi en tenant fièrement sa queue dans la main : « mets-toi à genoux et ouvre ta bouche de pute». Je m’exécute, il me prend par les cheveux et m’enfonce direct au moins 15 cm de son manche qui me bute le fond de la gorge : « Alors, Philippe t’as bien baisé la semaine dernière ? Je suis passé une seconde fois dans la salle et je t’ai entendu gueuler comme une truie ». J’essaie de répondre pour nier, mais il en profite pour s’enfoncer jusqu’à la garde. Il a une queue superbe, bien large, qui me rempli bien la bouche et qui dégage une odeur de mâle qui me fait triquer à fond.

Il prend son pied, m’indique que je me démerde bien et me lâche les cheveux. Libéré de cette étreinte, je coulisse à plusieurs reprises sur sa hampe puis je décide de m’attarder sur son gland violacé, bien gonflé. Il semble apprécier cette attention, place ses mains derrière la tête et s’appuie contre la cloison. Je poursuis la dégustation de son gland, puis lui caresse l’intérieur des cuisses par de petits mouvements furtifs, tout en remontant vers ses couilles bien pleines. Je les gobe l’une après l’autre, tire légèrement dessus, remonte ma langue le long de sa queue pour revenir à son gland. Je m’attaque à son prépuce retroussé puis à son frein, il gémit. Depuis le début, je me branle frénétiquement, je n’en reviens toujours pas d’avoir la queue de mon meilleur pote dans la bouche. Gwen me tire à nouveau les cheveux, il me demande de le regarder et me crache à la gueule : « salope, arrête de te branler ». Il joint le geste à la parole en m’écrasant la main de son pied droit.

Il me prend alors par les oreilles et m’enfonce à nouveau sa queue pleine de salive, toujours aussi raide, dans la bouche. Il mène la cadence et semble apprécier ma soumission. Il me cale la tête dans un coin de la cabine et poursuit ses coups de reins réguliers et virils. Il garde un tel rythme pendant au moins dix minutes. Son corps s’est couvert d’une fine couche de sueur qui luit sous la lumière des néons. Le nez dans sa toison pubienne, je perçois au plus près son odeur de mâle en rut qui m’étourdit.

Gwen s’assoie par terre, à l’autre bout de la cabine, écarte ses cuisses puissantes et astique son engin. Je m’approche et recommence ma fellation tout en tirant un peu sur ses couilles. Au bout de quelques minutes, elles se contractent, il soupire de plus en plus fort et se vide dans ma bouche. Au moins, cinq jets bien fournis, que je contiens difficilement dans ma bouche qui enserre encore sa queue. Il la retire, baveuse, et s’en sert pour me faire ingurgiter sa semence qui coule le long de mon menton. Il m’ordonne ensuite de lui nettoyer. Je m’exécute et commence à me branler. « Putain, arrête de te branler » Je le nargue en continuant de plus belle, toujours à quatre pattes. Il me contourne et se place derrière moi. Je lui demande s’il veut m’enculer mais il ne me donne pas de réponse. Tout d’un coup, je sens un liquide chaud s’abattre sur ma rondelle. Il est en train de me pisser sur la raie, j’en suis tellement surpris et excité que je me vide sur le sol carrelé de la douche.

Gwen se lave à nouveau tandis que j’émerge lentement de cette nouvelle expérience. Il s’habille et me lance avant de partir : « on va bien s’amuser maintenant à l’internat ».

Maxence

ptijum@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.