Best Of Cyrillo

Page précédente

Cousins 1

Je me suis déplacé dernièrement pour aller revoir une cousine que j’avais perdue de vue depuis au moins 20 ans. Nous n’avons que quelques années de différence.

Pour ma part j’ai 60 ans marié et deux grands enfants. Elle est mariée et son mari à peine plus jeune que moi et la dernière fois que je l’ai vu, il y a plus de 20 ans  il  était CRS. Et c’est dire que tout le monde a bien changé.

Parti de Chambéry le matin tôt, j’étais attendu pour déjeuner. Quelques minutes avant d’arriver à Colmar, où habite ma cousine et sa famille, je me suis arrêté sur une aire de repos. Il y avait des camions et des voitures arrêtés.

Je suis allé au WC et quand j’étais dans l’urinoir est arrivé un gars, cheveux gris taillés courts des lunettes de soleil, un peu bedonnant. Il s’est installé à côté de moi et a sorti son attirail pour uriner. Au bout de quelques secondes j’ai compris que son but n’était pas de se soulager en urinant mais de mater mon sexe. Et sans aucune gène son regard a plongé sur mon sexe qui d’un coup s’est bandé et je n’ai pu m’empêcher de regarder sa bite qui  était fort belle et bien dressée sous ses doigts.

On a chacun commencé à branler son sexe et il m’a dit : « Tu me suces ! » Je n’étais pas choqué car si j’étais là c’est qu’en réalité je recherche ce genre de situation avec un ou des hommes. Je lui ai dit « oui, mais avec une capote ». Il était d’accord. J’avais une capote que je lui ai tendue, il l’a enfilée et dans une cabine où il m’a conduit, je l’ai sucé. Il me tenait la tête pour que ne me retire pas et il me baisait la bouche à grand coups de reins. Ma gorge hoquetait sous la pression de son énorme queue. Il me tenait et me caressait gentiment la tête et je prenais du plaisir dans cette situation. Dans un râle puissant, il a joui et rempli la capote.

Après quelques secondes sans bouger, il s’est rhabillé et m’a laissé dans la cabine. Dehors deux mecs avaient suivi, au son, la scène de baise. Ils m’ont juste souri, de manière complice.
Je suis reparti, un peu troublé par cette aventure que je n’attendais pas.

Dix minutes plus tard j’arrivais chez ma cousine qui m’attendait sur le pas de sa maison, dans la chaleur de ce mois de juillet, tout près de la piscine familiale. Embrassades de la cousine de ses garçons et  la porte s’ouvre et ma cousine me dit « tiens voilà Antoine » et en me retournant vers le marie de ma cousine, vers Antoine, je reconnais le gars que j’ai abondamment sucé sur l’aire de l’autoroute, il y a un quart d’heure.

On a l’air ahuri, surement. J’avais avec le temps oublié son visage. Très avenant il me lance un « Salut ! » très sympa et on s’embrasse comme des cousins que nous sommes. Le repas qui suit est très détendu. On parle de la famille, des autres cousins, on reconstruit l’univers familial.

Au moment du café, nous restons seuls, Antoine et moi. Grand éclat de rire de chacun. «  Ça alors ! » me lance-t-il !! Ni lui ni moi n’étions gênés. « <Tu as aimé me sucer ? Tu fais ça souvent ? » Je lui ai répondu que j’avais des pulsions quelques fois et là c’était pour lui. Il rigolé gentiment.

Ma cousine revient dans le salon et annonce qu’elle part avec les deux garçons et qu’elle va faire des courses. Elle a prévu de rentrer dans deux heures. « Profitez de la piscine les gars ! » nous dit-elle, en partant.

Et nous voilà en tête à tête, Antoine et moi. Il se lève et annonce qu’on serait mieux dans l’eau. Comme je n’ai pas de maillot, mon cousin me dit qu’on n’a pas grand-chose à se cacher et qu’à poil c’est mieux et que ça pourrait aussi nous donner des idées. Me voilà nu et lui aussi. Je vais au bord de la piscine bien protégé des regards des voisins. Antoine est resté dans la maison et il vient vers le bassin en me disant qu’il a invité un voisin Alexandre, de notre âge qui n’a pas de piscine.

Et il plonge dans l’eau et moi aussi. « C’est bon l’eau fraiche sur le corps ! » me dit-il en nageant vers moi. « Alors comme ça tu aimes les homme, comme moi. Mais toi tu es plutôt femelle, et tu aimes ça ! » Et il vient se coller contre mon ventre. Il bande déjà tout comme moi.

C’est alors que le voisin, Alexandre arrive et en nous voyant, corps à corps, s’excuse puis entre dans l’eau.
La suite ensuite, demain peut-être

Pierremur

pierre1pierre1@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.