Best Of Cyrillo

Page précédente

Épisode précédent

Criques catalanes 2

Un autre jour, nous voilà bien installés dans notre crique Catalane.
A proximité, un couple gay français, avec parasol rayé blanc et jaune et glacière bleue : couple un peu conformiste et assez distant… rien à espérer avec eux !

Nous alternons baignades, ballades à poil dans les rochers et étalages sur serviettes.
De temps en temps des personnes viennent s’installer une heure et repartent. C’est souvent un homme seul ou un couple hétéro, tous sont naturistes. Le plaisir des yeux est sauf : au moins on peut mater monsieur et son attirail de plongée !!!

Il y a bien des hommes isolés sur les rochers un peu plus loin au ras de la Méditerranée, couchés sur leurs serviettes ou debout pour faire passer le soleil sur l’ensemble de leur peau. On les voit depuis la mer en nageant, ou parfois depuis le haut des falaises (de 2 à 10 mètres selon les endroits). Un grand barbu, Espagnol, la quarantaine, bien fait et beau sexe au repos, est là presque chaque jour. La drague est difficile, car il change de rocher lorsqu’il voit quelqu’un approcher : est-il timide, hétéro, pas intéressé…. mystère …. que je lèverai (si j’ose dire) plus tard !

En fin d’après-midi, un magnifique jeune espagnol, brun, finement musclé, arrive seul. Il pose ses affaires, se met nu, puis chausse ses chaussures de nage, prend son masque … et alors qu’on s’attend à le voir plonger … il remonte vers l’intérieur des terres !!! Bizarre !

20 à 30 mn plus tard, nous le voyons arriver en nageant, sortir nu de l’eau tel 007 sur une plage cubaine, enlever son matériel de nage, et s’étaler sur sa serviette pour bronzer.
Plus tard, il recommence ce manège en partant par la terre, pour plonger on se sait où, et revenir à la nage vers la crique.
Lorsqu’il part pour son 3ème périple, j’attends un peu et prend le même chemin, armé de mon appareil photo numérique ! De haut de l’escarpement, je découvre l’étendue désertique : pas de trace du bel hidalgo !

Comme un chien sur la trace du gibier, je furète entre les rochers. Je jette des coups d’œil vers la mer, au cas où il aurait plongé d’on ne sais où !

Arrivé à l’extrémité de la falaise, je me penche pour regarder la mer et je l’aperçois debout sur un rocher plat de plusieurs mètres carrés, immergé et formant un large plongeoir naturel devant un bassin profond formé là entre les éboulements. Il a les pieds dans 20 cm d’eau.  Je mate les épaules, le dos et les fesses de ce beau mec qui semble scruter l’horizon se croyant seul face à la Méditerranée. Il piétine un peu, et se tourne alors de telle façon que je le vois de ¾ face : il se branle !!!!
Il tient dans sa main droite, un superbe sexe qui dépasse largement la largeur de sa paume et il s’astique joyeusement au soleil !
J’en profite pour faire quelques photos.

Voilà donc le jeu du type : s’éloigner pour se branler, éjaculer dans la mer avant de plonger depuis le plongeoir naturel et revenir comme si de rien n’était vers la crique où les mecs le dévoraient des yeux sans les gratifier d’un regard !!!

Au bout de quelques minutes, il doit se sentir observé, lève la tête, m’aperçoit et se camoufle sous la falaise. Il en ressort au bout d’un moment, équipé de son masque et de son tuba et plonge !
Est-ce un timide, un hétéro, naturiste mais méfiant : no sé !!

Sa disparition sous la roche éveille ma curiosité, je cherche donc le chemin permettant d’arriver au plongeoir naturel : je le trouve en descendant vers les roches où se balade nu le barbu déjà cité, puis j’avance sur les roches immergés au pied de la falaise. J’arrive au plongeoir. En avançant un peu, j’aperçois une cavité dans la falaise où 4 personnes pourraient tenir assises. Le sol est légèrement en pente vers la mer.

C’est donc cela : mon jeune Catalan vient cacher ici ses masturbations méditerranéennes et cracher son jus en catimini !!

Je l’imagine se branler dans le vent, répandre son foutre dans la caverne !!! Je me surprends à chercher… je trouve … la mini flaque qui stagne dans une fissure de la roche ! Je mets le doigt dedans : c’est froid, mais un peu gluant. Je passe mon doigt sur le bout de la langue : c’est bien ça.
Je quitte cet endroit qui doit être très connu dans la région et souvent fréquenté, en me promettant d’y revenir !

Je rejoins la crique par le sud. En approchant je vois mon excitant jeune homme remonter le chemin opposé pour rejoindre le parking. Fuirait-il mon retour ??
Je raconte à Daniel mon aventure. Il ne veut pas y croire ! Je lui montre les photos. Elles ne sont pas évidentes car le jeune branleur, se trouvait à l’ombre de la falaise ! En zoomant on arrive à deviner son activité, mais on ne profite pas de la beauté de son sexe dont je suis seul à témoigner !

Cette petite aventure m’a échauffé et je bande sans retenue. Il est presque 19H, tous nos voisins sont partis, Daniel caresse mon sexe puis le prend en bouche. L’excitation de la situation et la crainte (ou l’envie !) d’être surpris font monter mon jus rapidement de mes glandes au gosier de mon chéri.
Nous nous embrassons pour partager mon plaisir.
Nous plions bagages.

Demain sera un autre jour !

A suivre.

Histoire vécue en juillet 2010.

biterlin@orange.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.