Best Of Cyrillo

Page précédente

Épisode précédent

Criques catalanes 3

Retour dans notre crique préférée !

Peu de monde ce jour là, un seul mec à poil. Il est vrai que nous arrivons tôt. Nous pouvons choisir notre place et commençons d’étaler la crème solaire.
 
C’est pendant ce travail harassant qu’un couple hétéro naturiste et son chienchien arrive et s’installe. Lui : 55 ans, gros bide, est le mec qui a fait des propositions sexuelles à Daniel, mon chéri, la veille, alors qu’il se baladait nu dans les rochers.  Elle : grosse et laide étale ses bourrelets sur sa serviette et sous un hideux parasol à fleurs.
Pendant les 2 heures qu’ils passeront là, ils videront leur glacière bleue des boites de bière qu’elle contient et feront faire trempette au Yorkshire !!
Ce matin, c’est la crique des Bidochon !!!

Daniel s’enferme dans sa sieste en plein soleil, les écouteurs sur les oreilles : il devient sourd et aveugle à son entourage.
Je fuis la compagnie de nos voisins si sexy en plongeant avec palmes, masque et tuba pour la découverte des fonds marins du secteur.
En longeant le littoral, j’aperçois le barbu espagnol déjà vu les jours précédents. Il se trouve un peu plus loin que les jours précédents, et à proximité de la cavité où mon jeune catalan hétéro ( ?) se branlait la veille !
Je décidais à ce moment là de passer à l’attaque, peu pressé de retourner auprès des Bidochon.
Je continue ma nage autour du Cap en revenant deux fois vers le barbu.
La première fois, je m’installe sur le plongeoir naturel déjà évoqué, rince mon masque, me repose et prend le temps de mater le beau barbu. Ce dernier marche tranquillement sur quelques mètres de littoral au pied de la falaise et prête peu attention à moi.
Je replonge en mer, fait un nouveau tour et revient au même endroit. Au lieu de rester dans l’eau sur le rocher englouti, je sors, m’installe sur une roche plate au sec et enlève tout mon attirail de plongée.

Je m’étale en regardant négligemment la mer et en caressant ma bite et mes couilles. Du coin de l’œil je surveille le comportement du barbu : il arpente toujours les rochers, mais il suit mon activité. Mon sexe gonfle et ostensiblement, je me masturbe devant lui. Il n’est pas insensible car il se caresse tranquillement et fait gonfler son sexe en se baladant.

Après 10 mn de ce petit jeu, il se dirige vers moi, le sexe bandé en avant. Il est debout devant moi. Sa bite est à proximité de ma tête… j’avance alors vers ce bâton de plaisir proposé si généreusement, et je le prend en bouche. Je commence à sucer ce sexe et ces boules poilues offerts à ma gourmandise. Je suis d’abord surpris par le goût hyper salé de son matériel : c’est le goût de la Méditerranée ! Heureusement, je ne suis pas au régime sans sel !!

Il se laisse faire tout en surveillant les alentours. Au bout de quelques minutes, il recule et me fait signe de le suivre dans la cavité. Nous sommes grands tous les deux et ne pouvons y tenir debout. Alors que j’imaginais déjà un 69 préhistorique dans une caverne, je m’assois sur le sol en pente. Mon barbu ne m’imite pas et reste debout dans ‘l’entrée, dos à la mer. Je comprends alors qu’il ne prévoit pas de participer en sixty-nine.

J’ai déjà connu ce genre de mec, qui après avoir joui de l’action de ma bouche, refuse le retour de service sous prétexte que « ça le dégoûte ! »
Est-ce son cas ? Hétéro aimant se faire sucer par un mec ? Est-il gay ?

En tout cas, ça ne refroidit pas mon ardeur : je reste donc assis pour sucer cette belle bite espagnole, tâter d’une main les couilles poilues qui vont avec, pendant que l’autre main s’active à faire monter mon jus.
Au bout d’un moment de cet excitant exercice de plein air, je sens mon hidalgo se raidir davantage dans ma bouche. Il prend alors son sexe en main et se répand sur ma poitrine nue. Simultanément, mon sperme gicle sur le sol de la cavité et va rejoindre celui de mon jeune branleur de la veille, et tous ceux de tous les Catalans et vacanciers qui viennent ici consommer le sexe entre mecs.

Après cette jouissance partagée, il me parle en espagnol, puis en français : « Merci, à bientôt, peut-être ».
Il quitte la cavité. En sortant j’aperçois un pécheur installé de l’autre côté du bassin naturel !! Nous a-t-il maté ? No sé !!

Dégoulinant du sperme catalan, je remet mon masque et mes palmes et plonge me rincer dans l’eau salée, et retourne à la crique.

Les Bidochon sont partis.

Mon chéri m’attend impatiemment pour assurer à mon tour la garde des sacs, après mes 50 mn d’absence. Il a chaud et a hâte de plonger dans la mer rafraîchissante, et part nager vers ses propres aventures.

A suivre.

Histoire vécue en juillet 2010.

biterlin@orange.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.