Best Of Cyrillo

Page précédente

Criques catalanes 1

Début juillet, je suis en vacances du côté de Collioure, avec Daniel, mon chéri.
Le reste de l’année nous vivons ensemble à Paris. Daniel est artiste et a la chance de travailler à la maison. Il a profité de la terrasse pour élaborer son bronzage intégral Eté 2010 et peut déjà rivaliser avec les Catalans. Pour ma part, bureaucrate enfermé à l’ombre, mon bronzage est intégralement … inexistant.

L’an dernier en revenant de nuit de la visite de la maison de Salvatore Dali à Port Lligat, nous avions repéré sur le littoral espagnol en roulant vers la frontière, la présence de plusieurs voitures dans un virage. En plaisantant, j’avais dis à Daniel « Ca drague par ici !! ». Les vacances se finissant, nous n’avions pu vérifier cette hypothèse.

Cette année, à la recherche de criques naturistes gay conviviales, nous avons retrouvé le petit parking. En ce début d’après-midi, il y a plusieurs dizaines de voitures stationnées là, en plein soleil. Nous apercevons, en contrebas de la route, deux petites plages isolées, et de nombreux chemins dans les roches et les taillis qui témoignent que de nombreux pas ont creusé cela au fil des années.  Nous sommes à l’entrée d’un Cap. Les deux premières plages à l’est se révèrent bien naturistes, mais très occupées par des familles,  les culs, les bites, les seins et les chattes à l’air. Nous négligeons ces endroits et progressons en escaladant les chemins vers l’extrémité du Cap, convaincus que l’isolement serait la garantie de notre succès. Après 10 mn de marche sur ces chemins accidentés et en pleine chaleur, nous sortons alors de la partie boisée et sommes face à 300 mètres de désert s’étalant en monticules rocheux vers l’extrémité du Cap, qui plonge ensuite dans la Méditerranée d’une vingtaine de mètres de haut.
Nous continuons notre progression en longeant le Cap vers l’ouest. Nous voyons alors descendre d’une ancienne plateforme militaire en ruine située au point le plus haut du Cap, un magnifique jeune homme brun, entièrement nu. Convaincus d’être arrivés au bon endroit, nous visitons le site, sans vraiment quitter des yeux le bel éphèbe qui redescendait vers la mer.

Effectivement, une première crique aux abords abrupts, de forme triangulaire, abrite déjà des hommes seuls ou en couple. Elle nous semble sympathique, mais nous continuons notre exploration vers une seconde crique où notre éphèbe se dore au soleil. Il est seul, mais l’espace est trop exigu et nous renonçons à le déranger. Après une troisième petite crique, très difficile d’accès, en bas de rochers glissants, se trouve un couple nu. L’homme se tient les pieds dans l’eau et semble mater notre éphèbe dans la crique d’à côté, pendant que sa femme lit un magazine sous son parasol. Le chemin monte alors plus à l’ouest et l’on aperçoit une grande crique où plusieurs couples naturistes et leurs enfants batifolent dans la Méditerranée.
Nous rebroussons chemin vers la première crique, et nous nous installons entre 2 couples. Visiblement, nous avons dérangé le couple d’homme le plus proche de nous, qui, selon Daniel, était occupé à se branler mutuellement derrière un rocher les isolant un peu. Effectivement, ils nous regardent un peu de travers en s’écartant l’un de l’autre.

Nous profitons des plaisirs des vacances selon nos goûts, mon chéri sur sa serviette et moi dans l’eau.
Au bout d’une demie heure, je sors de l’eau, pose palmes, masque et tuba sur ma serviette, chausse mes sandales et je pars me sécher au grand air, sous le regard amusé de Daniel.
Je pars escalader le Cap, vais au point le plus haut. Nu au soleil !! Je reprends le chemin déjà parcouru en arrivant pour contourner la pointe rocheuse, je me penche au dessus de la falaise pour admirer la transparence de l’eau.
En me redressant, j’aperçois un homme nu à quelques mètres. Il se caresse ostensiblement en me regardant. Il s’agit en fait de l’un des deux mecs que nous avons interrompu en arrivant. La quarantaine, mince, très bronzé, il ne dit rien, et remonte la pente en se dirigeant vers l’extrémité de la pointe rocheuse, où je découvre en progressant, qu’il est possible de descendre sur des roches en contrebas. Il s’arrête. Je passe devant lui et continue ma descente plus bas, à l’abri des regards. Je m’assois sur un rocher assez haut collé à la paroi, et je me masturbe en le regardant me rejoindre. Tout en faisant attention à l’endroit où il pose les pieds, il garde un œil sur mon sexe, objectif de sa progression. Etant assis en hauteur, sa bouche arrive quasiment à la hauteur de mon gland déjà mouillé de mon excitation. Il lui faut peu d’effort pour l’engloutir et le sucer.

La position est superbe : bien installé sur un rocher face à la mer, je regarde passer un ou deux bateaux au loin pendant que la bouche de mon inconnu monte et descend sur mon sexe. De temps en temps, il lâche ma bite pour me bouffer les couilles, me lécher le périnée, tout en se branlant lui-même énergiquement.
L’excitation de cette pipe au soleil face à la grande bleue, et le risque d’être vu, font que nos jus montent assez vite, et c’est ensemble que nous vidons nos glandes sur les rochers, à grands jets de foutre, en gueulant notre jouissance dans le vent.

Pas besoin de remballer la marchandise, il suffit juste de laisser sécher au grand air en redescendant vers la crique, chacun de notre côté. Daniel, qui avait aperçu notre manège au loin, et nous avait vu disparaître derrière les rochers, m’interroge du regard. Je lui confirme d’un clin d’œil que le rapprochement s’est produit. En levant le pouce, comme pour me féliciter de l’incartade, il retourne sur sa serviette.
Lorsque mon suceur espagnol revient à son tour sur les galets, un échange de signes s’établit entre nous trois : il est sourd et muet.
Je ne m’en étais pas aperçu plus tôt… comment aurait-il pu parler la bouche pleine !!!!

Histoire vécue en juillet 2010.

biterlin@orange.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.