Best Of Cyrillo

Page précédente

Dans l'herbe

J'etais content ce jour là car nous allions partir à la chasse aux
trésors.
Un copain avait acheté un détecteur de métaux et il ne perdait
jamais une occasion de faire un tour dans de vieilles maisons
abandonnées ou sur de quelconques vestiges des temps passés. Je lui
avait dis que derrière chez moi, a quelques centaines de mètres
dans la campagne, il y avait une maison en ruine. Le lendemain il
arrivait avec son matériel et ses espoirs. Nous partions donc
tranquillement à travers les bois par cette douce journée
d'automne, le ciel était plutôt gris mais il faisait bon. Nous
avions sillonné ces chemins de nombreuses fois en vélo ou à pied.
La plupart des voisins aimaient aussi se balader dans le coin et il
n'était pas rare d'y croiser quelques randonneurs.
Nous discutions de ce que nous pouvions espérer trouver dans cette
ruine. Sans doute des bouchons de canettes, des bouts de méraux
divers et dans le meilleur des cas quelques pièces.
Après une heure de recherche notre enthousiasme avait quelque peu
diminué. Nous n'avions rien trouvé. Nous faisions une pause
boisson,  une petite bière nous remonta le moral. Nous avions
décider de chercher encore une demi-heure maximum.

La demi heure écoulée, sans plus de résultats, nous reprenions le
chemin du retour sans entrain. Le m'arretais au bord du chemin pour
vider ma vessie. Je tenais ma petite fontaine en faisant mine de
chercher un trésor, comme si mon détecteur aurait été plus puissant
que celui que nous avions manipulé toute la journée. Lorsque je me
tournais sans pudeur pour continuer ma petite blague je remarquais
que mon comparse souriait mais semblait un peu troublé de me voir
ainsi. Il était de 2 ans mon ainé et peut-être qu'un sexe de jeune
homme avait une autre signification pour lui. Je n'en savais rien
et fini par égoutter mon membre pour le remballer dans mon pantalon.

Nous passions derrière la maison des voisins et étions a quelques
dizaines de mètres de la maison de mes parents lorsqu'il s'arréta
et me montra un petit monticule de cailloux en me soutenant que
c'était certainement une tombe abandonnée et qu'il serait probable
que quelques ustensiles en métaux trainent autour. Sans grande
conviction je le laissais mettre en route le détecteur de métaux.
Je m'assayais dans l'herbe et le laissait faire le tour du tas de
pierre.
Dix minutes plus tard il revint vers moi en exprimant ses doutes
quand à la puissance de l'appareil. Il semblait ne pas fonctionner
du tout. Puis en rigolant il fit mine de passer le détecteur sur
moi pour voir s'il allait réagir. Effectivement, l'appareil fit
entendre un bip de plus en plus fort en se rapprochant du bouton de
la ceinture. Prenant le jeu a coeur il s'exclama qu'un trésor était
juste là ! laissant son détecteur de coté il me fit basculer dans
l'herbe et s'en pris à mon bouton de ceinture en criant au trésor.
Je ne sais pas ce qu'il lui passa par la tête a ce moment précis
mais, comme tout à l'heure, son visage pris une drôle d'expression.
Il déboutonna sans peine les quelques boutons de mon jean laissant
apparaitre mon caleçon. Surpris de la tournure de la situation, je
restait allongé dans l'herbe un peu abasourdi. Je sentais quelque
chose de bizarre dans mon ventre, un peu de peur, d'excitation,
quelque chose de difficile  définir.
Lui, sans réaction de ma part, pris l'initiative de glisser sa main
dans mon caleçon. Il la laissa entourer mon sexe mou sans bouger
pendant quelques longues secondes. C'est alors que tout ce qui se
passait dans mon ventre sembla se concrétiser dans mon membre. En
effet il grandissait jusqu'a devenir impressionant selon ses dires
un peu plus tard. Je bandais. Il n'en fallu pas plus pour qu'il se
précipite sur ma bite et ne la lèche, plutôt délicatement
d'ailleurs. Je ne savais pas trop quoi faire. Je ne fis rien.
J'avais le sexe dur mais j'étais incapable de bouger. Cela ne
semblait pas le déranger. Il léchait, suçait, aspirait, secouait,
caressait mon large sexe. C'était la première fois qu'il servait de
cette manière là. J'allais rapidement apprendre qu'il pouvait
servir d'autres manières encore.
J'étais tendu et j'avais l'impression de pouvoir jouir à tout
moment. Je pense que mon compagnon le sentait car il interrompait
les mouvements et les attouchements de temps à autre pour m'éviter
de conclure. Ce manège dura quelques minutes, durant lesquelles
j'avais peur que quelqu'un passe sur le chemin et me vois dans
cette position peu ortodoxe.
Mon membre était lubrifié a souhait lorsqu'il se retourna et me
présenta son dos, ou plus précisemment son cul. Il était alors
accroupi sur moi et avec une main tentait de mettre mon sexe dans
son anus visiblement trop petit. Je me demandais vraiment ce que
cela pourrait donner. Un peu de crainte, un peu de curiosité et mon
sexe restait dur comme du bois.

Il tenta a plusieurs reprise de le glisser dans ce petit trou et ce
n'est qu'a la troisième tentative qu'il réussi a enfoncer mon pieu
dans sa porte de derrière. Il rentra doucement jusqu'a serrer mon
bout de façon exagéré, il rentra plus et cela devenait plus
confortable. Il commença a s'agiter devant moi pour effectuer des
mouvements de va et vient. Je voyais mon sexe disparaitre et
réapparaitre dans son anus dilaté. Cela semblait lui plaire car il
ponctuait chaque descente un peu plus longue que la précédente par
un gémissement.  Personnellement je savais que je n'allais pas
tenir longtemps et chaque mouvement me faisait gonfler un peu plus
jusqu'a l'éclatement. Mon chercheur de trésor du le sentir
également puisqu'il se mit à jouir quasiment en même temps que moi.
Il tenait son sexe tout contre lui pour que son sperme gicle sur
son ventre et dégouline le long de son sexe juqu'au mien.
J'éjaculais puissament a l'intérieur de lui pendant que son anus me
serrait par saccades et que mes reins me secouaient
involontairement. Après ces quelques secondes ou j'eu l'impression
que le monde entier avait disparu, mon sexe commença a diminuer
lentemant de taille et mon sperme pu s'échapper pour innonder mon
bas ventre. Sans attendre que les dernières gouttes soient tombées,
il se retourna pour lécher le sperme chaud le long de ma bite
libérée.

Je me relevais ensuite, surpris de ce qu'il était possible de faire
avec cet engin que j'avais entre les jambes.
Les caleçons humides nous primes à nouveau le chemin du retour, les
poches... et les bourses vides...

Boboysexy

zeqman@worldonline.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.