Page précédente

Dernière année au collège, premières sodomies

Après de très calmes vacances en famille sur la côté basque, je suis de retour en septembre dans mon collège parisien. J’ai passé l’été à essayer d’oublier les dernières semaines de l’année, mais, chaque soir, je me branlais, de plus en plus fort, en pensant à mes premiers émois britanniques. Ma queue avait grossi, mes premiers poils sortis, j’abordais la rentrée avec sérénité. J’avais tort !

Le jour de la rentrée, je découvre ma classe et retrouve mes « amis » préférés : Sébastien, Antoine, Christophe et autres petits mecs. Dans la file d’attente, Christophe me fait un clin d’œil, manifestement ma bouche lui a manqué.  C’est seulement le lendemain que j’ai repris mes activités extra scolaires, par une pipe mémorable dans les chiottes du bahut. Pendant 10 minutes, Christophe m’a limé la bouche avant de gicler au fond de ma gorge, sans me faire gouter son sperme. Il me sourit, se rhabille et se casse.
Je suis déçu de ne pas avoir eu son sperme dans la bouche, je bande, me branle en imaginant jouer avec sa bite. Je viens de fêter mes 15 ans, et je suis officiellement devenu pd, en mode lope a jus !

En quelques jours, j’ai retrouvé mes habitudes, et mes semaines se suivent autant qu’elles se ressemblent :
Lundi : latin – tripotage avec Christophe au fond de la classe, j’avale en général son sperme, soit à la source, soit en léchant ses mains s’il se branle juste ;
Mardi : anglais – en général Laurent me tripote le cul sous la table et me fait toucher sa bite… souvent il m’emmène ensuite aux chiottes et se vide dans ma bouche. Souvent, des « amis » nous rejoignent. En général, j’ai toujours deux ou trois bites à vider.
Jeudi : cour de sport – le plus souvent je me fais insulter au vestiaire, et suce un ou deux bites pendant ou après le cours. Evidemment, j’avale, on n’a même plus besoin de me le demander !
Vendredi : journée assez vide, avec pas mal de cours de sciences où les apartés sont difficiles…

Le tout, bien entendu, est ponctué de nombreux déjeuners copieux, où je mange souvent plus de foutre que de dessert. En général, il y a 3 à 6 mecs en plus de moi… cette année là, j’ai gouter une bonne dizaine de bites différentes, et toutes sortes de jus, du plus liquide au plus gluant ! Et c’est celui là que je préfère :p

Un jour, j’ai eu le droit à un bon dessert concocté par Antoine et sa bande : ma salade de fruit trempait, non pas dans du sirop, mais dans du foutre. Au moins 5 ou 6 éjacs apparemment ! Mais deux voisins se marraient en mâtant ca, commentant
Antoine : « regarde moi ca mon pote, c’est trop gluant ce truc mdr »
Son pote Clément : « grave, elle va se régaler notre salope »
Antoine : « hein tu vas te régaler salope ? »
Moi : « Oh oui ! »
Antoine : « allez prends ta cuiller et bouffe tout »
Je m’exécute en souriant, et mange lentement en ouvrant bien la bouche… je me paye même le luxe de lécher la coupe de fruit, ou plutôt de fruits au sperme, et de lécher mes doigts ! Ils adorent, se marrent bruyamment ! Ils bandent. Ce jour là, j’ai eu double desset

Deux jours plus tard, Antoine, Clément et Laurent s’invite chez moi, un mercredi après-midi. Evidemment, comme d’habitude, ils mettent un film de boule hétéro ou une nana se fait tirée par plusieurs mecs. D’ordinaire, je les suce pendant qu’ils matent ca, et avale leurs spermes successivement. Ce jour là, il y avait comme de l’orage dans l’air, et tout est allé très vite : je pompais Antoine, qui m’agrippe par la tète et enserre mes mains ; Laurent s’approche de mon cul, baisse mon froc, et enfonce direct un doigt dans mon cul. J’ai mal, et tente de hurler… Antoine est aux anges : il profite de la situation et m’enfonce ca queue plus fort encore… J’en ai presque 10 cm dans la bouche (l’équivalent d’une canette de coca quand même !). J’ai encore plus mal, et je sens ce doigt qui s’échine dans mon cul, où il est bientôt rejoins par un doigt de Clément.
Tout s’enchaine très vite. Laurent enfonce d’un coup sa bite (16cm sur 4) dans mon cul, et lime assez fort. Il gicle en à peine 4 minutes et passe la main à Clément qui rentre facilement, puisque sa queue doit faire seulement 15 cm sur 3. Lui aussi gicle dans mon cul, après presque 10 minutes de limage assez doux… La douleur reste très forte, ma tête est toujours très fortement maintenue par Antoine qui lime ma bouche. Son foutre part, je l’avale et nettoie sa bite.

Ce mercredi, le plus hot du collège, fut malheureusement le dernier… Les mecs devaient avoir un peu honte, et certains commençaient clairement à se taper des meufs. J’ai surpris un jour Antoine qui se faisait sucer aux chiottes par Priscille, la cochonne de la classe. Après ca, il m’insultait parfois dans la rue, mais il ne m’a plus touché, sauf à la cantine où je continuais de boire son sperme, et celui des autres.

Jusqu’à la fin de l’année, seul Christophe s’amusait encore avec moi, ainsi qu’un autre mec de 3ème, mais pas de ma classe. Ma vie devenait plus calme, mes résultats s’amélioraient, et même si la sodomie m’avait déplu, je me sentais mal, je n’étais plus satisfait comme avant avec tout le sperme que je mangeait chaque jour ou presque. J’étais bien décidé à reprendre mes aventures au lycée, avec des mecs beaucoup plus beau et plus âgés !

Mathieu

mathieu.lope@gmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.