Page précédente

DERNIERES MINUTES.

C'était une journée de boulot parmi tant d'autres, même si nous étions sous tension depuis quelque temps. C'était une période très chargée, commercialisation de nouvelles offres, afflux de clientèle etc. Il fallait être omniprésent du matin au soir, et nous étions sur les rotules, quand mon responsable est venu me voir vers 17 heures pour me dire qu'il avait besoin de moi, que cela risquait de durer longtemps, nous avions la visite d'un actionnaire important le lendemain et qu'il fallait que nous nous montrions à la hauteur si nous voulions garder sa confiance.

Nous devions donc préparer un dossier de présentation de nos résultats, de nos objectifs, de nos plans d'action ainsi qu'une visite de nos services. J'avoue à ce moment-là que j'étais partagé entre deux sentiments, je faisais la gueule, j'aurais préféré rentrer chez moi et me faire un plateau télé pour décompresser et en même temps j'étais content de pouvoir l'épauler et bosser à ses côtés.

Il s'appelle Fabien, il a environ 35 ans, brun, une certaine classe et un petit ventre naissant.
Nous sommes allés nous installer dans son bureau, nous avons commencé à ébaucher un plan de ce que nous devions présenter le lendemain. Les idées se bousculaient, mais nous n'étions pas satisfaits de nos trouvailles. Plus le temps passait et plus nous désespérions de trouver une idée originale.

Il était déjà environ 21 heures, et toujours pas d'idée-miracle. Il me propose de faire un break, de se faire livrer des plateaux-repas et qu'une coupure nous ferait le plus grand bien. Il en profite pour appeler sa femme pour lui dire de ne pas l'attendre, qu'il rentrera très tard.

Tout en mangeant, nous avons discuté de sport, de vacances etc.

Après cette coupure, nous avons repris le boulot, les idées se sont enchaînées très rapidement, et une complicité était en train de se créer entre nous. Nous étions sur la même longueur d'onde. Je pense que c'est ce qui explique ce qui s'est passé ensuite.

Fabien était tellement content de notre boulot, il était soulagé d'être enfin prêt pour le lendemain qu'il a commencé à me mettre la main sur les cuisses tout en souriant comme le ferait un sportif, juste un geste fraternel, un encouragement. Nos regards se sont alors croisés et il n'a pas pu s'empêcher de continuer de mettre sa main sur mes cuisses, il a approché ses lèvres des miennes, et il m'a lors embrassé. Je ne savais plus que faire, j'en avais très envie et en même temps, c'est mon responsable, j'étais gêné et en même temps, la situation était terriblement excitante. Il m'a alors dit qu'il avait envie de moi, qu'il était tenté par une expérience avec un mec et que c'était l'occasion. Je me suis laissé faire.

Il m'a roulé une pelle, nos langues se sont mélangées, il a continué de me caresser les cuisses en montant de plus en plus haut. Je n'osais pas trop encore le caresser, mais après ça, je n'ai pas pu résister, je lui ai défait sa cravate, j'ai passé mes doigts sous sa chemise et commencer à caresser les poils de sa poitrine.

Il m'embrassait dans le cou, il m'a enlevé ma chemise, il me passait sa main entre les jambes, et ma queue commençait à être de plus raide et manquait de place dans mon pantalon. Il m'a dit qu'il aimerait que je le suce, qu'il avait envie de sentir sa queue dans ma bouche.

Je lui ai descendu sa braguette, je lui ai passé les mains sur sa bosse, j'ai passé la queue par la braguette et j'ai commencé à le lécher. Il semblait aimer ça, sa queue réagissait bien, il m'encourageait, il voulait que je continue et je ne me suis pas fait prier. J'ai avalé sa queue, je faisais des va et vient dans ma bouche, j'ai commencé doucement et j'ai accéléré la cadence, il gémissait de plaisir et ça m'excitait encore plus. Son gland était de plus en plus rouge, sa queue prenait de plus en plus de volume, c'était vachement bon de l'avoir dans ma bouche.

Son portable a sonné, c'était sa femme qui s'inquiétait, il lui a répondu et je continuais de le sucer pendant qu'il était au téléphone, je faisais attention, j'allais très doucement et ça me procurait beaucoup de plaisir de savoir qu'il avait la queue raide dans ma bouche alors qu'il était au téléphone avec sa femme et qu'il me passait la main derrière la nuque pour me donner la cadence d'accélérer ou de ralentir. Il a alors dit à sa femme, si tu veux que je revienne vite, il faut me laisser terminer ce que j'ai commencé en me regardant dans les yeux avec un grand sourire.

Fabien m'a dit qu'il aimerait bien s'occuper de mon petit cul, qu'il aimerait bien me pénétrer, il voulait être en moi, il voulait me défoncer son petit cul. J'appréhendais un peu, il a une queue plutôt large et je ne voulais pas qu'il me lime le cul sans ménagement. Il a dû sentir mes doutes, il m'a tout de suite rassuré en me disant qu'il prendrait son temps et qu'il allait bien me le préparer.

J'ai alors enlevé mon pantalon, descendu mon boxer blanc tout en agitant mon petit cul. Il m'a donné une tape sur les fesses, il m'a dit de tourner le dos, d'écarter les jambes, il a passé ensuite ses mains sur les fesses, il les a pétries, je sentais son souffle dans mon dos, il m'a caressé les pectoraux, il s'est collé contre moi, et j'ai senti sa queue contre mes fesses. Il a commencé à passer un doigt entre les fesses, il s'est occupé de ma rondelle, et je commençais à gémir tellement ça me faisait du bien. Il m'a mis ensuite deux doigts, il m'embrassait dans le cou en même temps et je gémissais de plus en plus fort. Je lui alors dis de me pénétrer, je lui ai demandé d'aller en douceur au début et d'augmenter la cadence.

Il ne s'est pas fait prié, j'ai senti son gland qui commençait à me pénétrer, il a ensuite continué à me pénétrer en augmentant la cadence, ses couilles tapaient contre mes fesses, il me tenait par les hanches, et de temps en temps, il me branlait. Je lui ai dit que j'aimerais bien être sur le dos et qu'il me prenne pour que je le voie. Je me suis allongé sur le sol, j'ai mis mes jambes sur ses épaules et il m'a embrassé, et il a repris ses mouvements de va et vient. Mon petit cul mouillait de plus en plus, je lui caressais ses pectoraux, son dos, ses fesses. Je voulais qu'il aille de plus en plus vite et de plus en plus profond. Je ne sais pas si c'est le stress de la situation avec la présentation le lendemain, il s'est vraiment défoulé, il a pris son pied et moi aussi.

Il a retiré sa queue de mon petit cul accueillant, il s'est branlé sur moi, j'ai senti son sperme bien chaud et bien crémeux sur mon corps. Il est venu s'allonger sur moi, et nous nous sommes embrassés tendrement.

Depuis, nos journées sont très agréables et je ne refuse pas d'heures supplémentaires le soir à condition qu'il soit présent !!!

REGIS

email: blond.93@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes