Page précédente

J’ai envie de m'exhiber

J’ai envie de m'exhiber.
J'ai envie que des mecs me regardent.
J’ai envie de me faire admirer.
J'ai envie de montrer mes muscles et ma queue raide.
J'ai trop envie.

Il est deux heures du matin et je me tourne dans mon lit.
Je bande, je mouille, je me suis déjà fait jouir deux fois depuis minuit. Mais j'ai envie de vrais garçons qui me mâtent, qui frôlent mon torse bardé de muscles puissants.

J’ai envie de sentir une bouche chaude gober ma pine chaude.
Je me lève.
J’enfile un fut serré et j'enfile un blouson à même la peau.
Je sors.

Je suis dans la rue déserte, je marche. Il n'y a personne.
Je marche la queue tendue de désirs.
J'arrive sur le boulevard.
Il y a des gens qui marchent l'air pressé.
Je vois soudain un monsieur dans la soixantaine qui viens en face de moi. Mon blouson est largement ouvert. Le monsieur a ses yeux fixés sur la ligne qui sépare mes pecs globuleux.
Il a la bouche ouverte. Je le croise, il regard uniquement mon blouson échancré.
Je marche encore un peu et je me retourne.
Il s'est arrêté. J'enfile ma main sur ma peau nue, sous mon blouson. Je fais un léger signe de la tête.
Je me remets en marche, j'espère qu'il me suive.

Les messieurs dans la soixantaine savent caresser.
Ils aiment passer du temps sur mes muscles et me lèchent partout goulûment. Je m'enfile dans un immeuble.
J'attends appuyé contre le mur. Il passe devant la porte.
J’attends.
Il revient sur ses pas.
Il s'arrête devant la porte de l'immeuble.
Pourvu qu'il entre.

Il se décide.
Je sens mon coeur qui bat.
Il entre. Il me voit, il s'approche.

- bonsoir jeune homme
- bonsoir monsieur
- vous habitez là?
- non.

Il ne sait plus que dire. Je le laisse se dépatouiller.
Il me regarde avidement. Il a envie, il se lèche les lèvres. Je dis

- monsieur...
- oui?
- vous voulez quoi?
- je n'ose pas vous le dire jeune homme
- Allez-y
- ok... j'envie de toucher votre torse qui m'a l'air très musclé.

Je sors mes mains de mes poches et je fais glisser la fermeture éclaire de mon blouson, je l'ouvre.

- jeune homme, vous êtes magnifique
- merci monsieur
- je peux passer ma main sur vos pectoraux?
- oui monsieur je suis à vous, je suis votre chose, faites moi ce que vous voulez.

Il s'approche et dépose un baiser chaud sur mon téton gauche, je sens ma pine secouée de plaisir. Il pose ses mains sur moi, il a la peau douce; il caresse à merveille.

- que vous êtres beaux jeune homme, j'ai envie de vous. Voulez-vous venir chez moi?
- je ne sais pas monsieur, vous habitez loin d'ici?
- j'habite en banlieue sud, malheureusement
- monsieur, déshabillez-moi et faites moi ce que vous voulez.
- Merci jeune homme, ça fait tellement longtemps que je n'ai pas vu un si beau garçon...

Il défait ma ceinture. Je l'aide car il est si nerveux qu'il n'y arrive pas. Je descends mon fut sur mes chevilles. Je suis entièrement nu, offert. Il se baisse et me suce délicieusement, je sens sa langue faire le tour de mon gland.
C’est bon, je lui prends la tête et je donne un mouvement de va et vient sur mon sexe tendu.
Il malaxe mes couilles pleines d'envie de cracher ma jute épaisse.
Il me pince les tétons avec douceur, il m'enfile un doigt dans le trou du cul, je gémis, j'avais tellement envie de cela.
Un homme, un expert en caresse, je l'ai rencontré et il me touche de partout, il me bouffe la queue. Il se relève

- me permets-tu de mettre ma langue dans ta bouche ?

Je m'approche de son visage et j'entre ouvre mes lèvres, il y glisse sa grosse langue de mâle.
Je sens sa langue me fouiller la bouche.
J'aime ça. Je sors du poppers de ma poche je snif et je me tourne.

- Enculez moi monsieur, j'ai envie de me faire mettre par vous. Baisez-moi le fion, pinez moi

Il sort sa queue pas très raide et essaie de me la foutre au cul mais il 'y arrive pas il est trop énervé.

- ce n'est pas grave

Je me penche en avant et il me fout son visage dans la raie des fesses et je sens son menton râpeux dans la marge anale. Il enfile sa langue dans mon trou du cul. Il se retire et dit dans un murmure

- Pète moi dans la figure

Je pousse et je lui large un pet en pleine tronche. Il soupir

- Avilis moi, fait moi ce que tu veux.

Je me retourne et je lui pisse dessus
Son costume est plein de pisse il se masturbe furieusement.

- insulte moi

Je le traite de sale pd de pute

Il grogne de plaisir. Il se relève et me dit

- j'ai trop envie de toi, mais là j'ai peur, si tu veux, on va au bois de Vincennes. J'ai ma voiture pas loin
- ok je vous suis.
- Rhabille-toi
- non je préfère être nu

On sort dans la rue, il porte mes fringues. On croise un mec genre loubard reubeu

- salle fiote de merde

Je le regarde et fais mine de lui claquer la gueule, il se tire en courant.

On arrive à sa bagnole. Je suis nu à côté de lui. On roule. Soudain, il met sa main sur ma pine et me regarde. Il ne fait pas gaffe et l'on entend un sifflet. Il a grillé un feu et un flic arrive derrière nous. Je suis nu, je m'en fous. Le flic arrive et me voit à poils.

- qu'est-ce que vous faites tout nu dans cette voiture monsieur ?
- je me suis fait tabasser et ce monsieur m'a aidé à m'en sortir.

Le flic félicite le monsieur et on s'en tire avec tous les honneurs
On arrive au bois de Vincennes et je sors.
Je me mets contre un arbre. Je le sens derrière moi, il me masse les pecs et je sens sa pine dure contre mon cul et soudain il me l'enfonce sans ménagement.
Je sens enfin un gros-bout dur dans le cul ahhhh quel bonheur!
Il me ramone, j'ai toujours mon poppers, je snif. Il me pine il me pine j'aime ça être piner.

Je vide ses couilles sur mon dos et lèche son jus. On retourne à sa voiture. Il se penche sur ma pine raide et me la pompe à fond. Je vais jouir. Je lui dis

- Attention je vais jouir

Il sort ma pine de sa gueule et di

- je veux ton jus

Et il remet ma queue dans sa bouche.

Il va et vient sur ma colonne de viande dure. Il me pompe en me massant les muscles du torse. Je sens ma sève qui monte, je la largue dans sa bouche, il aval ma jute il pompe encore il est goulu, il veux tout jusqu'a la dernière goûte de ma liqueur. Il se relève, me sourit et dis;

- merci jeune homme c'était délicieux.

Je suis exténué.
Il me reconduit dans ma rue Il me donne son N° de tél et je remonte me coucher.
J'arrive dans mon lit et je me jette dessus.
Le lendemain il est en bas de mon immeuble.
Je me rends compte alors qu’il n’est vraiment pas beau.
Mais je m'en fous, il est super bien pour me faire jouir.
Je lui donne rendez-vous pour le soir.
Je te raconterai ce il m'a fait si tu veux...
À plus

Pascal

sport852753@aol.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.