Best Of Cyrillo

Page précédente

Épisode précédent

APRES MIDI DE L’ETE 76

Épisode 3

J’avais vraiment apprécié la proposition de Franz , un accès libre à ce petit paradis !
Si bien que, hyper motivé , le lendemain , je m’activais au récurage de mon hantre d’étudiant , le tout fut expédié en deux heures , vers midi je décidais d’aller voir un pote qui bossait à la construction de son propre bateau . J’arrivais au canal vers midi trente mais hélas Jaco n’était pas là ! Je fis le tour du petit hangar , il y avait un match de football sur le terrain voisin ! Intrigué je me suis avancé et je reconnus un beau brun au yeux verts qui passait souvant en face de notre maison d’étudiants.
Le petit match entre potes était terminé et les participants partaient lentement , enfourchant leur vélo , sauf le beau brun qui avant de partir , se changeait sans trop de pudeur . Il avait enlevé son maillot de foot , son short ajusté , il était en slip , torse nu, confiant de de ne pas  être vu du chemin . Je profitais quelques secondes du spectacle puis lui lançais : salut ! tu n’aurais pas vu Jaco ?

Surpris , avec un petit mouvement de gène , il tourna la tête vers moi , les joues rougies par l’effort mais aussi par la surprise ! Celui qui construit un bateau ! me répondit –il .
Tu le connais ? oui il est parti toute la semaine sur la côte !
Je m’étais avancé vers lui , profitant de notre dialogue , avec un large sourire  je lui dis : Alex et toi tu t’appelles comment ?
Bernard dit-il.
Salut Bernard , on s’est déjà rencontré non? On se voit tous les matins , tu passes en face de chez moi !
Ah c’est toi le gars à l’Alpha ?
Oui c’est moi !

Je dévorais des yeux Bernard qui se séchait le dos avec une serviette blanche , sa peau mate et déjà bronzée à cette mi-été constratait avec cette  blancheur immaculée . Ses cheveux abondants , portés mi-long , étaient mouillés par l’effort du match , un rapide séchage le rendit hirsute . Son corps était svelte mais visiblement entretenu par les activités physiques.Sans trop de pudeur , il trainait à se rabiller . Je distinguais la bosse que dessinait son slip moulant : un HOM lycra bleu clair . Coté face ce qui impressionnait surtout c’était son sourire  et ses yeux qu’il utilisait avec séduction .. Regards en biais , clignements, tout était stratégie ! Coté pile , les fesses tendues par le lycra restaient bombées , les muscles du dos étaient bien visibles , les épaules larges se prolongeaient vers le bas attachées par des dorsaux en V.
J’étais sous le charme , perdu dans mon observation . Bernard sortit de son sac un tube de déo et d’un geste élégant , se frotta les aiselles rapidement , il  enfila un T-shirt blanc à lacets , un jean’s délavé transformé en bermuda , les franges de la coupure formaient comme une colerette beige . Une paire de tong noires  complétait cette tenue .
Tu rentres vers le centre ?
Oui ! je t’emmène!

Je discutais avec Bernard de tout et de rien ! Il semblait à l’aise avec son corps, mais je sentis de suite que il existait un trouble chez lui , quelques petites difficultés à s’exprimer , à formuler ses phrases . Je ne lui fis pas de remarque à ce sujet ,. J’appris qu’il avait dix-huit ans , qu’il pratiquait le foot comme gardien de but , qu’il faisait partie du club de water-polo comme keeper également , mais que son gros trip c’était le basket-ball !
Sa présence me troublait , depuis trois ans , je vivais des relations amicales avec des mecs, complètement asexuées ! Uniquement basées sur la relation  sortie , travail , beuverie , ou sport.... j’avais rarement eu l’occasion de me retrouver en présence d’autres mecs ,en terrain vierge hors témoins,seul endroit discret pour me laisser aller à l’homosexualité. Cette homosexualité qui en fait n’existait pas ! Pas de bar , de journaux , de sauna , pas de lieux de rencontre ! Les contacts possibles se faisaient discrétement , entre personnes qui osaient braver les interdits et surtout assumer la réputation d’être une jeanette , un inverti , un pervers . La libérisation des moeurs apportées par les excentricités des jeunes des 70’ allait arranger ça  des le début des 80’

Bernard bien installé profitait du confort relatif de ma voiture et me dirigeait pour retourner en ville . Je le déposais à l’entrée du béguinage et lui dis qu’il était le bien venu chez moi s’il voulait discuter !  Il me remercia et me lança un’ ciao ‘ qui découvrit ses dents . Quel beau sourire ! Et ses yeux !!

J’aurais pu trainer en ville faire quelques terrasses avant de me rendre au ‘grand large ‘ mais il faisait si chaud que je partis directement avec l’espoir que Franz et Tom m’y rejoindraient ! Durant le parcours, je pensais à Bernard , c’était un garçon troublant par sa beauté , un profil haltier , mais une blessure pronfonde devait certainement le mettre mal à l’aise ... j’avais perçu un béguément ... cela s’ajoutait  à son charme . Une petite fêlure qui le rendait humain .
Je franchis la grille en composant le code du cadenas 6969 ! C’était bien vu pour rappeler les actions privilégiées de ces lieux ! Je mis la voiture à l’ombre et fis le tour des lieux ! Vraiment un bel endroit ! Si calme , si reposant ! La double porte n’était pas fermée , il y avait contre le mur droit un grand baquet en inox , un robinet , une taque double de cuisson , le tout encastré dans une tablette de bois massif blanchi à l’eau de javel . Dans un coin un tableau électrique ... tout le confort ! Le pan de mur opposé était garni d’un placard caché par un grand rideau de toile de jute écru.

Dans ce placard je découvris des palmes  , des parasols, des bouées , des matelas tatami enroulés , le stock de serviettes de plage , une radio –cassettes , des outils de jardin et plein d’autres objets comme des lanternes à pétrole , des canes à pêche , câbles , chaines , mousqueton treilli militaire , bâche de camouflage ,  une petite caverne d’Ali Baba !
Je me suis déshabillé et après avoir plongé dans cette eau à 25 degrés quelques minutes , me suis allongé sur le ponton . Le soleil était fort , trés fort ! Si fort que je crus bon d’aller chercher un des parasols ! Je me réfugiais bien vite à l’ombre , le bois était brulant et c’est en sautillant que je franchis les quelques mètres sépartants le cabanon du ponton !!
Il me fallu quelques minutes de rêverie , avant de plonger dans un profond     sommeil .,Avide de récupérer toutes les heures de travail faites de jour comme de nuit je profitais de l’instant , mes pensées  occupées par le sourire de Bernard .

Une heure et demi plus tard je me suis réveillé en plein tremblement de terre ! Le sol vibrait et soudain je me suis retrouvé complètement arosé par les deux entrées dans l’eau fracassantes de Franz et Tom qui venaient d’arriver !! Leur course rapide sur le ponton avait provoqué ces vibrations ! leur saut , une énorme gerbe d’eau !
Salut ! Viens nous rejoindre !!

Rafraichi , je restais sur le ponton en les observant . Salut !! dis-je .
Viens me dit Franz d’un ton plus que demandeur , à la limite de l’ordre !
Je bougeais mes fesses , pivotais, et me glissais lentement dans l’eau ne sachant pas cacher un début d’érection !  Ce détail n’avait pas échappé à Tom qui se précipita sur moi immédiatement , de ses mains habilles il me caressait lentement , il dirigea sa bouche vers la mienne , on s’est embrassé longuement , son sexe glabre collé à mon bas ventre .  !
Franz, comme à son habitude, fonçait au large dans un crowl superbe d’éfficacité !
Je regardais Tom dans les yeux , lui caressais la tête et je pu constater que sa coupe de cheveux avait été raffraichie ! Quant à son pubis légèrement garni hier après midi , il était devenu lisse comme les fesses d’un bébé ! Je constatais aussi que le fin duvet couvrant ses joues avait été supprimé , il était encore plus enfantin comme ça !
Tu es passé chez le coiffeur ? Non Franz a fait ça hier soir après le service !
Je me suis rappelé immédiatement les propos de Franz au sujet de mes poils pubiens . L’idée d’être manipulé par un mec comme lui , être rasé , caressé me plaisait assez !
Après dix bonnes minutes de batifolage aquatique , nous sommes remontés tous les trois sur le ponton , Franz m ‘entoura les épaules de son bras gauche , et de la main droite frotta ma tignace longue de plus de 15cm !

Qu’est ce que c’est que cette forêt ? Petit Hippy !  
Oh là ! il s’attaquait à mes cheveux ! Le symbôle de cette révolution flower power venue de californie ! Mon identité d’étudiant engagé ! Pas question de toucher à mon identité ! Je m’accrochais à cette idée le plus longtemps possible mais Franz du haut de son autorité m’emmena dans le cabanon , me fit assoir sur le petit tabouret , ouvrit la trousse de toilette qui se trouvait sur le plan de travail de la cuisine .  il brancha la tondeuse électrique , me fit pencher  le tronc et la tête vers l’avant . Son emprise et son autorité naturelle avaient eu raison de mes principes !

Il attaqua la tonte par la base de la nuque juste au milieu et centimètre par centimètre il avançait vers le sommet du crâne . Il entamma une seconde rangée de coupe , puis une troisième , dès la cinquième l’arrière de mon crâne était dégagé !  Il me fit me renverser vers l’arrière , le dos posé sur le plan de cuisine , mon sexe se déploya bandé à mort ! Tom observant l’épreuve s’agenouilla et commença à me pomper avec gourmandise. Tu mouilles à mort me dit-il !! J’étais éffectivement trés excité à l’idée de me soumettre à la volonté de quelqu’un . Dans ma tête trottait l’idée que avec ou sans cheveux peu m’ importait .. je parvenais à relativiser la perte de mes cheveux face à ce jeu de soumission.

Franz attaqua le haut du front quelques secondes après et de nouveau il dégagea de larges bandes verticales . Je me retrouvais avec une coupe militaire type brosse de trois ou quatre millimètres sur le haut et deux sur les côtés ! La queue de Franz frottait depuis le début sur mon épaule  , en demi-érection , je la pris en main et commençais à le masturber , sa queue se gonfla tout de suite . Il se mit face à moi la queue raide à l’horizontale et regarda son travail en quelques coups de tondeuse il rectifia quelques zones et après un ‘ voilà c parfait ‘ je pus voir qu’il y avais un tas de cheveux assez imposant sur le sol .

Je pris conscience réellement de cette calvitie forcée au moment ou Franz langoureusement , sensuellement a commencé à me caresser le crâne . Que de frissons , c’était vraiment bon ! C’est à ce moment que Tom reprit sa pipe délicieuse ! j’étais aux anges ! Le sexe de Franz força ma bouche , il me pénétra avec énergie vraiment satisfait de son travail . Après deux ou trois minutes de ce jeu , Franz se retira , se branla fort se mis sur la pointe des pieds , le dos arcqué  il  éjacula avec de grands râles . Son sperme retomba sur mon visage , une quantité importante qui me zébrait la face . Il  posa la main sur mon visage et me massa avec son sperme , me forçant à ouvrir la bouche , je résistais un peu , puis devant sa détermination j’ouvris tout en grand , je gobais les doigts gluants avec une excitation nouvelle  .
La queue encore raide , flattée par sa main , Franz vint m’embrasser en disant : tu aimes le goût de mon sperme ? Je hochais la tête ! c’est doux et amer dis-je. Je vais m’occuper du bas maintenant , répondit-il.

Il me fit m’allonger sur la terrasse ,  reprit la tondeuse , élimina directement les quelques poils qui trônaient sur ma poitrine , remonta de mon pubis jusqu’au nombril , passa sur les côtés , la grosse masse de poils était déjà partie . Il me retourna , s’attaqua à mes fesses et la raie culière mmmmmmm quel frissons ! Une bombe de mousse à raser apparut , un énorme boudin blanc en sortait ! Les doigts de Franz étalèrent cette douceur entre mes jambes sur les couilles sur la bite , entre les fesses . C’était d’une douceur . Un rasoir suivit le même chemin , à petits coups vifs et précis il coupait ras ce qui me restait de pilosité !
Je me sentais nu , tout nu , une sensation de fraicheur sur toute la tête et à l’entre-jambe. Après avoir passé un linge humide , Franz me passa une pommade cicatrisante sur toutes les parties rasées , une caresse supplémentaire qui ne fit que renforcer mon érection !
Tom vint vers nous avec des boissons fraiches , on s’installa tous les trois au bord de l’eau sur les serviettes , Tom trés taquin , pressait son verre glacé sur le gland de Franz , chaque contact glacé provoquait une contraction de sa queue ! C’était trop beau à voir !
Franz chauffé se remit à bander comme un âne , il plaça Tom sur le dos , me fit comprendre que je devais le baiser , il pris une noisette de vaseline , enduisit le trou de Tom , puis le mien , je compris ce qu’il voulait , je m’attendais au pire , moi l’actif bi-sexuel ! Mon dieu comme son sexe était gros .....

Je pénétrais donc Tom avec une certaine facilité habitué sans doute aux sailies répétitives et au diamètre du sexe  de son patron . Tom commençait à gémir et à se tortiller , il savait s’y prendre et bougeait parfaitement pour ne pas rendre monotone le va et vient .
Franz glissa un doigt entre mes fesses , buta sur mon orifice , força un peu , il me dit ‘pousse ‘ et tout doucement son doigt entra en moi . Mon reflexe premier fut de me crisper , mais sa douceur fit merveille et deux minutes après avec une grosse quantité de vaseline , il était parvenu à introduire quatre doigts , j’avais l’impression que mon cul allait se déchirer !
Franz poussa mon torse vers le bas sur celui de Tom , mes fesses étaient restées en position haute , ma queue bien emboitée dans son cul  . Sa bouche était plaquée contre mon oreille , il murmura : c’est la première fois pour toi?  Je lui répondis : non , mais c’est une queue énorme !
La queue de Franz plaquée mon dos  s’avança , il commença à me pétrir les fesses avec force pour me détendre , il fit des pressions concentriques tout autour de mon trou , doucement il poussa , son sexe lentement entra en moi,!  Souffle , pousse me dit-il! Je lui obéis et j’eu la preuve qu’il avait de l’ expérience lorsque mon sphincter se relacha , j’ai senti alors son membre dur entrer lentement jusqu’à la garde . Il pressa son ventre sur mes fesses saisit mes hanches et maintint la pression à son maximum . Tom commença à gigotter , il parvint à me traire le gland , à tout moment ma queue pouvait sortir mais cela n’arriva pas , il avait une force de sucion énorme qui me rappelait un vagin de fille lorsqu’elle jouit .
Franz commença un léger va et vient , tout en douceur , chaque coup de boutoir me faisait pénétrer Tom plus profondément , le rythme s’accéléra , sa queue sortait de plus en plus , un bruit de succion se faisait entendre , je prenais les vingt centimètres de Franz sans douleur , j’étais surpris !

Je me concentrais sur le plaisir de Tom , je déplacais mes doigts sur ses tétons , les pinçais fortement il rugit de plaisir ! Un ‘encorrrrr’   et jouit immédiatement . Il s’accrocha à mes épaules et me glissa dans l’oreille : ‘ mmmm trop vite ..’
Franz continuait ses efforts , s’accrochant à mes hanches ,un pilonnage intense ,  une pression un peu plus forte déclencha ma jouissance et à mon tour , j’envoyais des flots de sperme sur le ventre de Tom sans même me toucher ! J’ai  relevé un peu le torse , toujours bloqué dans cette position de soumission , je subis le pilonnage de Franz quelques secondes , cela me parut trés long et pour la première fois de ma vie je reçus le sperme chaud dans mes  tripes !
C’était la première fois que je jouissais autrement que par une masturbation , ma première jouissance anale en fait !
Franz se releva , et lança : putain les mecs vous avez un bon cul tous les deux ! Tom lui avait le torse couvert de sperme , encore couché sur le dos dans une pose élégante , il étalla le sperme sur toute sa poitrine . C’était trés beau !
‘Tous à l’eau ! ‘lança Franz .
En trois bons nous fûmes dans l’eau ! Au lieu de nager , notre trio restait groupé , ce ne fut que frôlements , caresses , baisers partagés . Ce merveilleux moment avait malheureusement une fin .

Franz proposa de sortir de l’eau et de l’aider à décharger la voiture . Il avait amené des panneaux de bois , des planches , des clous , scies  diverses , foreuse , le break ainsi que la gallerie étaient remplis .
Que vas tu faire avec tout cela ? lui dis-je
Finir cette installation , je veux construire un lit , des portes pour le placard et avec le tonneau métallique une réserve d’eau chaude ! me répondit-il
C’est du boulot !  Hé oui  ! voudrais –tu m’aider ?, tu es bricoleur ?,
Je suis expert bricoleur !  et comme je cherche du boulot pour Aout  ce serait super pour moi !

Franz me montra ce qu’il prévoyait comme travaux , son but était de rendre autonome ce cabanon pour pouvoir y passer la nuit , cuisiner , prendre une douche . Vu la beauté des lieux je ne pouvais que être d’accord avec lui !
Franz et moi avons convenu des détails , nous étions vendredi , il fut décidé que lundi matin on se rejoigne ici pour commencer ensemble le boulot , le lundi étant son day off . D’ici là je devais rentrer pour visiter mes parents qui habitaient à 60km . Mon weekend serait occupé !

Une demi-heure plus tard , Franz et Tom étaient rentrés au restaurant pour préparer le serrvice du soir , moi de mon côté j’étais rentré dans mon studio !
Il y faisait une chaleur terrible , le soleil ayant chauffé la baie vitrée toute la joiurnée , je me mis immédiatement à transpirer , je laissais tomber bermuda , T-shirt , me retrouvais en slip . Je me sentais déjà plus à l’aise . Pour créer une meilleure ventilation , j’ouvris la porte du studio, puis la fenêtre côté rue , immédiatement un flux d’air plus frais me rafraichit . Je me penchais un peu par la fenêtre pour voir ma voiture et je reconnus Bernard , sur le trottoir . Mon coeur ne fit qu’un bon !

Il me cria : ‘ Salut , Pierre est –il là? ‘
C ‘est moi ! répondis-je .... et au moment  où je prononçais ces mots , je me rendis compte que depuis ce matin j’avais changé de look , j’avais le crâne rasé ! Bernard ne m’avais pas reconnu !


AVIS :
Suite à la parution de la trés émouvante histoire de CYRILLO rapportant ses sentiments, ses angoisses , sa paranoia ,  lors une nuit non protégée et durant les semaines qui suivirent ... je crois bon de rappeler ici en toute modestie que cette histoire se passe durant l’été 76 !!! Que cette époque bénie pour le bareback est révolue !  Protégez -vous mes beaux !!!!

Al50xl

al50xl@hotmail.com

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.