Best Of Cyrillo

Page précédente

Etudiant et vide couille

Histoire inspirée largement de faits réels. Pour m?encourager, me proposer de nouvelles aventures, ou me raconter les vôtres, une solution : mathieu.lope (@) gmail.com

Ma rentrée fut beaucoup moins prometteuse que je ne l?espérais et pendant six mois je n?ai pas réussi à trouver le moindre garçon à sucer . Frustré, j?ai décidé de prendre les choses en main et de susciter des vocations. Première tentatives dans les vestiaires de sports, où, outre des odeurs de chaussettes puantes je n?ai rien pu chopper d?autre que le boxer d?un mec d?une autre classe. Bien bandant, ce mec, à en juger par l?odeur de son boxeur, doit avoir une bite pas très propre et bien foutreuse
J?en crevais de soif

Deuxième tentative : trainer aux chiottes en espérant croiser un petit branleur à sucer
Nouvel échec ! Désespéré, je me décidais à laisser une annonce dans les chiottes, à laide d?un feutre : « mec suce et avale tous les jour a la pause de 10h et à celle de 16h » ! Avec une telle annonce, j?espérais bien trouver mon bonheur, et si possible avec un mec bien baraqué et bien teubé !!

Sur ce coupe là, j?ai eu de la chance, après 5 jours d?attente ! J?étais arrivé aux chiottes depuis deux minutes et trainait près du lavabo, face a la porte donnant sur l?unique chiotte de cet étage. Un mec débarque, je ne le connaissais pas. Il entre aux chiottes et semble attendre dans la cabine, car je n?entends aucun bruit
Là, je décide de tenter ma chance et lui demande s?il vient pour l?annonce. Il me sort « c?est toi la suceuse de l?annonce » ? Je réponds que oui, la porte s?ouvre et j?entre. Il me dit s?appeler Guillaume, être en terminal et avoir envie de se vider. Il a l?air un peu puceau
Je m?approche, me mets a genoux et attends sa bite. Il ne bouge pas. Je lui demande : « Tu veux que je te suces ? ». Il me réponds « vas y », semblant assez peu sur de lui.
Je commence alors a caresser sa queue a travers son fut, puis déboutonne le tout et descend son pantalon et son caleçon enfantin. Il ne bande pas vraiment, alors je plonge ma tête dans ses poils et commence à lécher ses couilles. Il gémit, et sa queue gonfle. Elle doit faire un bon 18 sur 4, ce qui n?est pas trop mal. Je la prends par la main et l?enfourne dans ma bouche, le suçant le mieux possible (et oui, 6 mois sans foutre, ca motive !). Après 5 à 6 minutes, il éjacule dans ma bouche en gémissant. Je nettoie bien son gland violet (qui pue d?ailleurs un peu la pisse) en léchant tout le jus restant et j?avale bien tout ce qui sort. Il remonte son froc, et commence à sa barrer
Je lui dis de revenir bientôt, il me dit « à demain suceuse ».

J?ai revu ce mec tous les jours pendant deux semaines et j?ai avalé tout son bon jus à chaque fois, c?était délicieux. Il prenait d?ailleurs de l?aisance et n?hésitait à me limer la bouche avec une certaine ardeur en gémissant bien. De mon côté, je gémissais comme une chienne en suçant cette grosse tige et en bouffant ce jus. Après deux semaines, j?ose lui dire que s?il se branle, il peut se vider dans une capote et me l?apporter et que je suis à sa dispo en dehors des cours ! Je ne m?en doutais pas, mais ca n?était pas omber dans l?oreille d?un sourd !

Deux jours plus tard, mon beau Guillaume était de retour dans les chiottes avec deux capotes vraiment très pleines. J?étais a peine arrivé (il m?attendait le coquin) qu?il me fit mettre à genoux et me dit ? assez brutalement ? d?ouvrir la bouche. J?obéis, et le voit sortir de sa poche deux grosses capotes roses avec, dans chacune, plusieurs millilitres de sperme qui semblait bien gluant. Il prend la première, la place au dessus de ma bouche et presse dessus
Le jus semble vraiment très gluant et pue un peu. Il coule dans ma bouche, j?avale rapidement en gémissant. Il semble apprécié, je vois son entre-jambe qui gonfle très fort.
Une fois la capote vidée, il me sort un « tu te régale suceuse ? ». La bouche encore gluante, je lâche un « ouiiii », plein de satisfaction. Il attrape la seconde capote et me dit « puisque tu kiffe mon jus, tu vas kiffer celui de mon frère ». Excité comme une puce, j?ure rand ma bouche et tire ma langue ! Le foutre coule, encore plus abondant et un peu plus liquide. Je l?avale goulument ! Il sort sa bite, je suce de toutes mes forces et reçoit son jus en pleine face. Il me l?étale sur la tête et me fait lécher ses doigts. Je me régale. Il se rhabille et me donne rendez vous après les cours .

A 17h, je retrouve ce mec, il traine avec deux de ses potes. Il m?attire à lui et lance devant ses potes « te voilà ma suceuse »
Je rougis en pensant que, finalement, il n?est pas si coincé que cela
Grands sourires sur la tête de ses potes
L?un des deux se touche la queue
Je bande. « On y va » lance Guillaume. Je suis le groupe. Dix minutes après nous sommes chez Guillaume qui amène des cocas et se pose avec ses potes sur le canapé. J?ai compris où est ma place. Je suis assis près de Guillaume qui se touche la bite de façon provocante. Un des mecs demande « alors c?est toi la suceuse de jus ? »
Je rougis et réponds que oui
et l?autre ajoute « cool je me suis pas vidé depuis 5 jours » ! Intuitivement je pousse un « mmm » discret, mais que tous entendent. Tout s?accélère !

Guillaume prend ma tète, baisse son froc et enfonce sa queue. Je suce comme un malade, le jus part et j?avale. Alors que je lèche son gland encore baveux, le second mec approche et me tape sa queue sur le visage. Je lèche son gros gland (au mois 6 cm de large, miam ☺) en insistant bien sur son trou et en passant ma langue tout autour. Son foutre par très vite et m?éclabousse le visage ainsi que le torse et la bite de guillaume. Le mec me force a tout lécher, et m?enfonce à nouveau sa queue dans la bouche ! Je nettoie tout en léchant bien son gros gland délicieux. Ce mec me plait beaucoup !!

Le troisème mec m?attire à lui, la bite à la main. Je me fous direct a 4 pattes et leche bien sa bite sur toute sa longueur, sans oublier ses grosses boules poilus et son gland. Sa bite est moyenne (16cm) mais assez large
elle sent surtout bien le mec et des traces de jus restent sur son gland. Je le suce pendant plus de 20 minutes devant les deux autres qui commentent mes talents de « grosse chienne à jus »
Tous semblent vouloir en profiter à nouveau très bientôt.
Alors que le mec commence à durcir, Guillaume disparaît. Ma bouche se remplit de jus hyper gluant et très abondant, si abondant que j?ai du mal à tout boire ! Je m?active toujours sur sa bite, que je nettoie, quand le second mec revient me fourrer sa queue dans la bouche. Je me trouve torse nu aux pieds de ces mecs avec deux bites dans la bouche. Je bande.

Guillaume débarque alors et lance « hey les gars, j?ai ramener la participation de mon frangin »
Manifestement le frangin se fait plaisir chaque jour dan des capotes (avec sa meuf ?) et oublie de les évacuer
Guillaume m?apporte deux capotes pleines à craquer. J?ouvre la bouche, il les vide à l?intérieur. Les mecs se marrent et lâchent leur jus dans ma bouche. Ma gueule est toute gluante, et je m?essuies avec mes doigts que je lèche devant eux !

Hyper excité, je sors ma queue et commence à me branler quand l?un des mecs me fout une baffe en me disant de dégager car « j?avais bien fait mon boulot » et que « je pouvais dégager »
Chacun des deux autres me prend par l?épaule et Guillaume me jette littéralement dehors en me disait de revenir le surlendemain à 16h00.

Le surlendemain, je me pointe un peu en avance, et sonne à la porte. Personne ne répond
Dépité, je commence à faire demi-tour quand une fenêtre s?ouvre. Un inconnu me demande ce que je cherche. Je dis que je viens voir Guillaume. Le mec m?ouvre, et m?installe au salon, m?affirmant être son frère. Il insiste pour savoir ce que je veux, et réponds avec hésitation que je viens car Guillaume me donne des cours de soutien.

Le mec pouffe de rire et me sort « mais je déconne pétasse je sais que tu s sa suceuse ! ». Je me sens bien humilié. Le frère en question, en t-shirt et calbut (crade), commence manifestement à bander. Il m?annonce que Guillaume a du partir faire une course pour les parents mais qu?il sera là dans 20 minutes. « T?as de la chance, comme ca tu va pouvoir gouter ma bite » me dit-il.

Il sort une grosse bite (un bon gros 19 sur 5 à vue de nez), me met à genoux et commence à me taper le visage. Je suce, je lèche avec avidité cette grosse teub de mâle. Elle pue
il n?a pas du se laver depuis au moins deux jours
Il mouille, je me régale. Il lime vigoureusement ma bouche, me retourne brutalement, enfile un capote, et m?encule d?un coup. Je hurle mais me laisse faire. Il lime vite, je sens sa queue gonfler. Il hurle et gicle dans sa capote. Guillaume arrive à ce moment là, et me trouve avec la bite de son frère dans le cul. Il se marre et s?approche. Le frangin me retourne à nouveau, retire sa capote et me la donne à boire. Je la bois tout seul comme un grand puis nettoie sa grosse bite gluante. Guillaume a sorti sa bite. Il se branle sur ma gueulle et m?arrose copieusement. Je nettoie - comme toujours ? et attends la suite. Cet après midi là, il m?a enculé pour la première fois, et s?est vidé deux fois dans ma bouche. Je venais de devenir sa pute perso.

Dès lors, et pendant deux ans, j?ai sucé Guillaume presque tous les jours, ainsi que ses potes (soit au moins deux giclées par jours, miam), et passait mes mercredi aprèm chez lui, parfois seul avec lui, et/ou avec son frère, et parfois avec ses potes. J?ai adoré ces moments de débauche au cours desquels j?ai beaucoup appris, surtout avec le frère de Guillaume.

Il avait manifestement de l?expérience et me faisait souvent sucer sa grosse queue (puante, sa lavait il la bite entre nos séances ?), me donnant à boire de grosse giclée de foutre, parfois à la source, parfois à la capote, parfois de façon plus amusante
Comme il se branlait chaque jour dans une capote, à chaque fois je devais boire ses capotes à genoux devant lui en gémissant
« fait ta chienne ma pupute » me disait-il ! « Bouffe bien mes bonne capote, c?est bon pour toi la bonne crème »
Voyant que j?en demandais toujours pus (oui, j?adore boire du foutre), il s?est amusé à me préparer des surprises. Un soir, j?étais seul avec lui, et j?ai eu droit à des pates ultra gluantes
Je n?avais jamais mangé autant de foutre (au moins 10 éjacs)
j?ai giclé dans mon froc sans me toucher ! D?autres fois il versait le jus dans mon verre quand j?arrivais chez lui
Bref j?étais devenu son vide couille, et il n?hésitait pas à me remplir au jus, bouche et cul.

Manifestement, Guillaume était inspiré par ces séances qu?il mattait souvent. Un jour, j?ai eu droit à mon aprèm la plus chaude de l?année. Guillaume avait invité trois potes dont le deux habituels. J?ai du me foutre a poil direct devant eux et écarte mon trou du cul, m?exposant à leur commentaires
« bon trou a bite », disait l?un, « tu veux dire trou à jus », répondait l?autre
etc.
Je les ai tous sucé à tour de rôle, puis leur ai filé ma chatte
Après 50 minutes de ramonage non-stop, j?ai reçu successivement 4 grosses éjacs dans mon trou a jus. Une sensation délicieuse
Je gueulais comme une chienne en chaleur « Oui, engrossez moi les mecs, je suis votre pute à jus ; cassez moi le cul, gavez moi au bon foutre gluant, j?en veux, j?ai soif
»

Une fois vidés, les mecs se sont assis et on pris un canette. J?ai commencé à nettoyer la bite de guillaume et aspirait les restes de son foutre en me doigtant la chatte. Le jus coulait sur mes doigts
Petit à petit, en matant les mecs, j?ai bouffé tout le jus qui sortait de mon cul
c?était délicieux. Les mecs n?en pouvaient plus et commencer à rire très fort en me traitant de « pute à jus ». J?ai nettoyé tout le foutre évidemment
sur leurs bites, et dans mon cul. J?étais devenu une cuve à jus, et j?adorais ca ! Mes maîtres aussi.

Mathieu

mathieu.lope@gmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.