Page précédente

J'ai faim

Midi, ma secrétaire me souhaite bon appétit, elle part. je traîne un peu et sort du bureau pour m'acheter mon sandwich quotidien.
Je n'ai plus de liquide et m'arrête donc au distributeur.

En arrivant, sur le parking, un mec dans sa voiture semble plutôt joli : brun environ 30 ans, des pattes. Il est au téléphone. Cette vision me chauffe un peu.
J'entre dans le local des distributeurs, ils sont tous occupés. Un mec a terminé, et part. Je ne peut m'empêcher de le mater : petit mec 25 ans, brun, petit bouc, jean moulant laissant penser qu'il est bien équipé.

En retirant mon argent, je le vois partir dans sa C3, genre voiture de commercial.
L'autre, celui qui était au téléphone, entre et attend son tour. L'impression première était bonne, c'est un beau mec, habillé aux couleurs d'un magasin de bricolage. Je pars et constate que dans sa voiture trône un magnifique fanion « Allez l'OM »
A priori du bon hetero pure souche.

Résultat, ces deux mecs m'ont mis en appétit, mais je n'ai plus qu'à me rabattre sur mon sandwich pour calmer ma faim.

Direction la boulangerie. En arrivant surprise, le beau petit paquet de tout à l'heure est la. Il me reconnaît et sourit. En faisant la queue, il dit « le monde est petit ». Moi comme un con je ne réagit pas et souris simplement.
En sortant, il traîne un peu, sort son portable et attend devant sa voiture. Je suis garé à côté. Quand j'approche, il ouvre le portable et dit qu'il va aller manger son sandwich dans les champs sur la route de La Rochelle vers l'hôtel Ibis. J'entends sans savoir s'il a réellement un interlocuteur à l'autre bout.

Je pars acheter des clopes et croise alors mon supporter de l'OM. Même discussion même réaction. En repartant, je me dis que je peux toujours aller manger mon sandwich dans la campagne. Je pars donc dans le coin indiqué par le joli paquet.

Je repère rapidement sa voiture arrêtée à l'entrée d'un champ au bord d'un petit bois. Je m'arrête à proximité, sort, et marche en mangeant. Je passe prêt de sa voiture, il se caresse en me regardant. Je m'approche donc plus. Il m'invite à monter dans sa voiture. Je ne me fais pas prier. Sitôt installé, il me met la main au paquet, déballe tout et se jette sur ma queue. Il me suce comme s'il en rêvait depuis 10 ans. Reprenant son souffle il me dit : « t'en a mis du temps à arriver »
A ce moment là, l'autre mec, le supporter de l'OM apparaît juste à côté de la voiture et regarde.

Mon partenaire sort, le caresse et le suce immédiatement. Nous entrons tous les trois dans le petit bois. Notre suceur se laisse alors déshabiller. Il est musclé, poilu sur le torse et les jambes, et pourvu d'une bite magnifique d'au moins 20cm. Il bande comme un âne, aussi nous mettons nous à deux pour le sucer et lui travailler le cul.
Le fouteux lui à une queue plus petite, mais super large, des jambes musclées. Nous nous branlons mutuellement tout en suçant l'autre.

Quand son cul commence à être vraiment chaud, il nous relève et nous suce en même temps, puis par alternance. Il sait s'y prendre, et gobe ma bite pourtant correcte (18 cm), comme un carambar.
Rapidement, il me met une capote, se retourne et s'empale. Dans le même mouvement, il choppe la bite du fouteux qui semble prêt à exploser et la suce avidement.
Je le lime avec fougue, il aime ça. Le fouteux en face semble sur le point d'exploser, il me roule des pelles et lâche des petits couinements.
Le mec que j'encule demande au fouteux de s'allonger sur le sol et lui met une capote. Excité comme un fou, il ne peut refuser. Il descend alors s'empaler sur la bite turgescente du fouteux alors que je suis en lui.
Oh miracle ça rentre. Il gueule quand même un peu, mais tout est dedans. Il donne maintenant le rythme, nous ne bougeons quasiment pas, il va et vient sur nos deux chibres.
La sensation est extraordinaire, j'encule en mec, et ma queue est plaquée contre la queue d'un autre.

Je choppe le mandrin de 20 cm et le branle en l'humectant. 30 secondes plus tard, nous jouissons tous les trois en même temps. Notre enculé gicle abondamment sur le fouteux, dans ses poils, et sur ses fringues de boulot. Il va avoir l'air con cet après midi au magasin.

Tous un peut pressé de retourner bosser, nous ne nous attardons pas. Le fouteux a tout de même le temps de nous demander si nous revenons quelques fois par ici, car il n'avait jamais niqué avec un mec, mais qu'il aimerait recommencer.

p'tit cadre

pierrickpenicaud@wanadoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.