Page précédente

De fil en aiguille...

Cette histoire vraie s'est déroulée l'année dernière. Je suis militaire et je suis parti en déplacement professionnel 4 mois en Guadeloupe. Pendant les deux premiers mois j'ai eu le loisir de faire connaissance avec les mecs avec lesquels j'étais parti. Je ne vous cache pas que les trois quarts étaient des dieux vivants, c'étaient des troupes de marine, qui, quand ils ne sont pas sur le terrain à s'entraîner, passe leur temps à faire du sport.

Donc en gros a se brûler les yeux.

Mon rang de sous officier ne me permettait pas de vraiment sympathiser avec les militaire du rang, je me devais de garder une contenance, je me voyais mal draguer tout le monde puis passer pour la folle de service. Je me devais de garder des distances, non sans regrets ! Mes collègues sous officiers étaient sympas, certains même très mignon, mais tous hétéro, et c'étais trop risquer de tenter quoi que ce soit. Et à un moment où je n'aurais cru que cela puisse se passer, une occasion en or s'est présentée.

Occasion que j'ai bien sur honorée !

Avec ma compagnie nous sommes partis deux semaines sur des îles dépendantes de la Guadeloupe afin d'effectuer une mission de souveraineté (acte de présence). En ce qui me concerne, je ne pouvais passer que quelques jours avec ma compagnie, car étant de service le week-end suivant je me devais d'être présent au régiment. Le vendredi matin, jour de mon départ, j'apprends que je dois rapatrier un blessé et que donc par conséquent je serais seul avec lui pendant une semaine. On me dis : « c'est le Caporal X » (je vais l'appeler xavier). Ce mec est une beauté fatal, 1m75 65kg de muscle brun yeux noirs, la peau claire, un sourire ravageur.

 

J'avais déjà eu le loisir de le remarquer, et de fantasmer dessus très souvent lors de plaisir solitaire. Donc en avant pour le retour sur l'île. Je profite de l'heure et demi de bateau que l'on a pour discuter et faire plus ample connaissance. Là j'apprends qu'il a 22ans, que ça fais un peu plus de 2ans qu'il est militaire, qu'il a plusieurs « meufs » en métropole et qu'il « se tape » une locale qui bosse au régiment.

 

On arrive donc au port de Trois Rivières, et là une ambulance militaire nous attendait pour nous ramener a point a pitre. De retour, on prends le temps de manger et là on lui dis que le médecin va le recevoir mais qu'au préalable il dois se doucher. Et là tilt dans ma tête, je me dis que je vais en profiter pour le mater à poil sous la douche. Je l'accompagne donc dans le local sanitaire sous prétexte de discuter. Et là je le mate a loisir, se déshabiller tout doucement (a croire qu'il le fais exprès le bougre !), le vêtement qu'il mit le plus de temps a descendre fut son boxer, un boxer DIM bleu nuit qui lui moulait bien le paquet ! Et là j'hallucine sur sa queue ! Au repos elle est déjà impressionnante ! Environ 15cm de long pour 4cm de large !

Il a dus remarquer que je le matais grave car il est rester debout nu face a moi quelques longues minutes qui me parure être une éternité. De bonheur ! Je ne savais plus où j'étais et je ne m'étais même pas rendu compte que je bandais comme un taré !

(Je porte le treillis moulant et quand je bande ma queue fais 17cm de long pour 6cm de large, donc ça se voyait méchamment !). Mais il n'a rien dis et s'est douché, moi ça m'a permis de me calmer un peu. Arrive 14h, la consultation du médecin. J'attends dehors et quand c'est terminer le médecin m'annonce qu'il doit faire des radios et qu'il a rendez vous dans une heure. Je vais vous passer l'épisode de la radiologie, mais juste vous dire que comme j'étais dans un état d'excitation intense, je me suis mis a lui faire du rentre dedans, progressivement et que par sous entendu hétéro. Durant l'après midi, il m'appris qu'il avais rendez vous avec sa copine le soir même, et qu'il avais très envie d'elle ! Et là il me fais une proposition qui me laisse muet :

-ça vous dirait de me mater en train de baiser ma meuf ce soir ?
- excuse moi je ne comprends pas ?
- je vous ai vu tout a l'heure, vous bandiez dur !
- ah ! Ça. Ouais, euh. Tu sais ma copine me manque et en pensant a elle ça m'a fais réagir.
- vous avez l'imagination fertile ! Alors ça vous dit, comme ça vous pourrez vous rincer l'oeil, ça fera comme si vous matiez un bon film de cul !
- mais tu crois qu'elle sera d'accord ?
- non elle ne le saura pas, c'est ça qui est drôle, et excitant.
- et tu fais ça souvent ?
-non jamais, j'ai fais une fois un plan a trois, mais sinon a part ça rien. J'en ai eu l'idée tout à l'heure en vous voyant bander.
- ok ça marche, je sui ok.
- ok, je passerais vous chercher avant qu'elle arrive.

 

Rendez vous était donc pris pour le soir, mais le plus dur était de patienter. Tous les plans possibles et inimaginables se déroulaient dans ma tête. Je me disais que soit c'était un prétexte pour me faire venir dans sa chambre et baiser avec moi, ou alors qu'il voulait me proposer un plan a trois et qu'elle était au courant ou que tout simplement c'était juste pour le mater baiser. Je ne savais donc pas quoi penser et je ne vous cache pas que j'en étais perturbé.
Pour l'occasion je m'étais habiller très léger et de couleur sombre, débardeur noir, pantacourt noir et aucun sous vêtement. Je me suis dis que peut importais qu'il me voit bander, au contraire ça l'exciterais peut être un peu plus.  Je commençais a trouver le temps quand je l'entendis frapper a ma porte.
- ça y est vous êtes prêts ?
- ouais on peut y aller
- je vois que vous êtes tout de noir vêtu, ça vous va bien.
- merci.

Et plus il me regardait, plus je bandais. Xavier l'a remarqué mais ça la fait sourire. Sa chambre était à l'étage au dessus, donc on ne tarda pas à arriver.
- après vous, me dit il en me laissant passer

 

J'entrais donc, et la quelle ne fut pas ma surprise de voir qu'il avait réaménagé la chambre. Il avait déplacer tous les lits pour installer deux matelas cote a cote au centre de la pièce (pour se rendre compte, c'était une pièce de 8m de large par 20m de long, et d'habitude ils étaient une douzaine a dormi là). Là je commence a me dire que le coup de la copine est un prétexte et qu'on va baiser ensemble comme des bêtes !

 

- elle va arriver dans 5min
Je me dis que c'est peut être le coup du plan a trois lorsqu'il éteint la lumière.
- pourquoi tu éteins ?
- pour éviter qu'elle vous voit en entrant.
- elle ne va pas trouver ça louche ?
- non, je lui dirais que c'est pour éviter que quelqu'un vienne voir ce qui se passe. Pour que vous puissiez voir, je vais allumer une petite lampe de chevet.
Ce qu'il fit. Et ce qui me permit de voir qu'il commençait a bander.

D'ailleurs il n'arrêtait de la remettre en place, ce qui m'excitait de plus en plus !

 

Je me mis à l'abri de tous regards à un endroit qu'il avait aménagé spécialement pour moi, je pouvais voir sans être vu.
Il vint vers moi en me tendant une petite serviette
- tenez vous allez en avoir besoin
- merci, lui dis je tout gêner
Il commençais déjà a se caresser quand ça a frapper a la porte. Quand il ouvrit je vis que sa copine était une très belle métis, vraiment bien gaulé pour une nana. Il l'a prise par la main et la fis rentrer.

Elle alla parler quand il lui mit un doigt sur les lèvres. Doigt qu'elle mis dans sa bouche et qu'elle se mis a sucer.

Ca promettait ! Ça allait être chaud ! Moi j'avais déjà viré le pantacourt avant même qu'il n'ouvre la porte, et je me branlais doucement en les matant.

Puis ils s'embrassèrent. J'étais dans un état incroyable, j'aurais pu jouir sur l'instant tellement j'étais excité mais je voulais tenir jusqu'à la fin. Ils s'effeuillèrent doucement, d'abord elle, puis lui. Il était beau ! Un cul petit, légèrement poilu parfait ! Et sa queue était monstrueuse ! Au moins 25cm de long pour 8 cm de large ! De toute ma vie je n'avais vu pareil engin ! J'enviais cette nana que le suçais, j'aurais tant aimé être a sa place... Au début je les avais de profil, puis il s'est déplacé de manière a être face a moi, et elle de dos. Il me regardais, je suis sur qu'il me voyait en train de me branler. Je le voyait passer sa langue langoureusement sur ses lèvres, ses mains caresser son torse très légèrement poilu, ses doigts titiller ses tétons. J'en pouvais plus ! Pour bien lui montrer que je me branlais je tentais une sortie rapide. Je ne craignais rien vu qu'elle était de dos. J'étais face a lui, la queue a la main en train de me branler, le regardant droit dans les yeux ! On est resté comme ça quelques minutes quand il m'a fait comprendre de retourner me planquer. Là ils changèrent de position, c'est lui qui lui lécha le minou, ça a durer longtemps. Moi je matais son cul qu'il avais fais exprès de relever. Là je me disais : « sur il est bi et après je me le fais ! ». Enfin vint la pénétration, il besogna mademoiselle pendant plus d'une demi-heure, et à une cadence surhumaine. Il changea de position plusieurs fois, et à chaque fois il me lançait un petit regard et un petit sourire. Ce qui m'excitais ! D'un coup je le vis se relever, arracher sa capote et se branler frénétiquement sur le visage de sa meuf. Plus la cadence se faisait rapide, plus fort il gémissait. Il a jouis en grognant une quantité de foutre raisonnable, deux jets forts qui atterrir par terre, puis trois suivant qui finir sur le visage de sa copine. De mon coté j'ai jouis pratiquement en même temps que lui, tout dans la serviette, je n'avais jamais jouis autant, il y en avait plein la serviette.

Elle partie se nettoyer le visage dans les sanitaires, lui en profita pour venir me voir tout souriant, fier de lui ! Mon coeur battait la chamade !

- alors ? me demanda t il
- c'est le pied ! J'ai jouis comme jamais ! D'ailleurs tu as encore plein de sperme sur toi. Je lui dis ça en lui montrant sa queue a peine débandée.
- ah oui !
Et là il me pris la serviette des mains. Il l'ouvris, et tout en me regardant se trempa la queue dans mon sperme avant de se l'essuyer ! Ça le fit bander net ! Et moi aussi d'ailleurs !
 -j'y vais avant qu'elle n'arrive, ce serait con qu'elle vous trouve. On va prendre une douche, ça vous donnera le temps de rentrer vu qu'elle va dormir là.
Et là il partit la rejoindre. Je me rhabillais vite fais. Au moment de partir, je me rappelais qu'il avait jouis sur le sol. Ne pouvant profiter de la serviette vu qu'il était partis avec, je me dirigeais là où reposais sa semence. Il y avait quand même une bonne quantité. Excité a mort, je ramassais de mes doigts tout ce qu'il y avait et le portais a ma bouche, sur ma langue. Hum. ! C'était délicieux. Légèrement sucré, je me régalais ! D'un coup je revenais à la réalité et je me suis enfui sur la pointe des pieds pour ne pas me faire repérer.

Ce n'est pas la peine que je vous dise que la nuit fut fort agiter !
Ce fut lui qui vint me réveiller le lendemain matin. Je sentis une main poser sur mon torse, j'ouvris donc les yeux et je le vis, souriant, rayonnant de toute sa splendeur. Là je me suis dis « je suis amoureux ! »

- allez réveillez vous, il est presque 11h30.
- déjà !
- la nuit fut agitée ? Me demanda t il avec un clin d'oeil.
- ouais un peu

 

Je n'osais sortir de mon lit, je dormais nu et je sentais ma queue gonfler de plus en plus.
- allez filez a la douche et on va déjeuner en ville.
Sur ces mots, il tira d'un coup sec sur mon drap, seul rempart entre lui et ma nudité virile.

-         oh ! s'exclama t il.
- eh oui c'est l'érection matinale. Ne me dis pas que ça t'arrive jamais, ni à aucun mec dans ta chambre !
- si ça arrive mais généralement on est en sous vêtements, et ça fais rire tout le monde.
- bon, allez je file me doucher.

Et sur ce je partis au sanitaire. Ce a quoi je ne m'attendais pas c'est qu'il se mette a me suivre. On parlait de tout et de rien. Les douches de la compagnie n'ayant pas de porte, il me regardait me doucher. Avec un peu d'insistance a mon avis, mais je n'y prêtais pas trop attention sinon j'allais me remettre à bander. Une fois prêt, on parti. A pied car on a pas pût avoir de voiture de location, on s'y étais pris trop tard. On passa donc toute l'après midi ensemble a faire tout un tas de truc. Et de toute la journée, on ne parla pas de ce qui s'était passer la veille. Ce fut sur le trajet du retour que l'on aborda le sujet, peut être parce que le peu d'alcool consommé au repas du soir nous avait échauffé les sens.

- au fait je voulais vous demander, ça vous a vraiment plus hier soir ?
- avec qui s'est passé hier, tu peut me tutoyer
- ok, alors tu as aimé hier soir ?
- ouais j'ai adoré ! Tout ! Tu es une bête de sexe !
- c'est ce qu'elle me dise toute !
- elle suçait bien ?
- ouais ! Je prenais vraiment mon pied !
-tu t'es déjà fais mettre un doigt dans le cul quand tu te fais sucer ?
- non jamais.
- tu devrais essayer, ça décuple la jouissance !
- j'ai un peu peur d'essayer.
- pourquoi ?
- ben je me connais, si je fais ça, ça va me plaire et va valoir passer à quelque chose de plus gros qu'un doigt.
Et là silence ! Je ne m'attendais pas à cette réplique ! A le voir, il était fier de son effet.
Je le vis s'arrêter et regarder aux alentours
- qu'est ce qui se passe ? lui demandais je.
- j'ai envie de pisser
et sur ce je le vis aller sur le bord du petit chemin que nous empruntions, petit chemin qui traversait un petit bois et qui était désert a cette tardive. Je le regardais, et devinait à ses mouvements et aux bruits qu'il sortait sa queue pour pisser.
- Doug vient voir.
Je m'approche de lui, le coeur battant. Je me mets juste a coté de lui, je pouvais donc mater sa queue a loisir. Il ne pissait pas encore. Là il se rapprocha de moi, il était tout contre moi. Il se mis à pisser et moi a bander ! Je n'ai pas le trip uro mais de le voir lui beau mec tout contre moi en train de pisser, ça m'excitait ! Le silence devenait pesant, on entendait que le bruit de l'urine qui sort de sa queue.
- tu as aimé hier quand j'ai trempé ma queue dans ton jus ?
- ouais.
- tu avais jouis depuis peu car c'était encore tout chaud.
- j'ai jouis en même temps que toi. Tu as aimer toi ?
- ouais, c'était super excitant.

Au fur et a mesure que l'on parlait cul, sa queue prenait de plus en plus d'ampleur. Il avait finis de pisser depuis plusieurs minutes mais on ne bougeait pas.
C'est lui qui brisa une deuxième fois le silence :
- tu as aimer mon jus ?
A l'entendre, j'ai cru que j'allais faire un arrêt cardiaque.
- euh. Ouais. Comment tu sais ?
- quand j'ai voulu nettoyer, il y avait déjà plus rien.

Je n'en revenais pas, sur le coup je n'avais pas pensé qu'il s'en rendrait compte. J'avais toujours les yeux rivés sur sa queue qui avait pris toute sa pleine mesure.
- tu en veux encore de mon jus ?
- ouais bien sur !
Et là je savais qu'il était a moi. Je me mis face à lui. Le regardant droit dans les yeux, je me mis a genou. Sa queue étais encore plus grosse vu de près. Je commençais par passer ma langue sur son gland, je le branlais doucement d'une main et lui caressais les couilles de l'autre. Sa queue était bonne, elle mouillait un peu lui donnant un léger goût sucré me rappelant son jus de la veille. J'avais du mal a faire rentrer sa queue entière dans ma bouche tellement elle était imposante ! A chaque mouvement, a chaque va et vient de ma bouche je l'entendais pousser quelques râles. Hum. Que c'était bon de l'avoir dans ma bouche. Je le suçais pendant dix bonnes minutes, lorsqu'il posa ses mains sur ma tête. Je le regardais droit dans les yeux, sa queue dans ma bouche.
- tu es beau mon amour, me dit il.
A ces mots, je me sentais littéralement décoller du sol, je planais. Dans l'excitation j'accélérais la cadence, je le branlais de plus en plus vite, sa queue toujours dans ma bouche.

Soudain je le sentis se contracter et m'appuyer plus fort sur la tête, et son jus vint me taper au fond de la gorge. Il me remplit toute la bouche, j'ai cru qu'il ne s'arrêterait pas de jouir. J'avalais tout son jus par petite gorgée. Hum. Que c'était bon. Il me fis relever, et m'embrassa en me serrant dans ses bras, nos langues se mêlant dans ce qui restait de son sperme. Sans mot dire il se rhabilla et on prit le chemin du retour. A un moment, il me prit par le bras, je me tournais face à lui, le regard interrogatif

- j'en peux plus, j'ai trop envie, dit il. Il me sauta dessus et me couvrit de baiser pour finir par me rouler une pelle dont je me souviendrais toute ma vie ! On a du s'embrasser pendant pratiquement plus d'un quart d'heure.

- on rentre ? lui dis-je
- ouais, me répondit il en souriant

On mis très peu de temps pour rentrer tellement on étais pressé !
La nuit qui suivis fut très chaude, très très chaude ! On a baisé toute la nuit, ce que j'ai adoré c'est qu'il le faisait tendrement, pas comme avec sa nana. Je lui permis de me prendre, à l'unique condition qu'il prépare bien le passage. Sitôt dis sitôt fais, j'ai eu droit a une feuille de rose remarquable ! Il me fit l'amour comme jamais on me l'avait fait et malgré la grosseur de sa queue, je n'ai pas eu mal, ça a chauffé un peu mais très vite remplacé par un plaisir intense.

Comme je lui l'avais supposé, il m'a laissé lui mettre un doigt tout en le suçant. Ce qu'il avait prévu arriva, j'eu le loisir de le dépuceler ! Ce fut royal !
On a baisé comme ça pendant toute la durée restante du séjour. On était tous les deux très « amoureux ». Malheureusement le retour en métropole nous a progressivement éloigné l'un de l'autre.
- tu sera le seul homme de ma vie, la seule personne que j'aie réellement aimer de tout mon être. Il n'y aura jamais d'autres hommes après toi, tu sera le seul et je serais toujours a toi.

Ce fut la dernière phrase qu'il me dit. Depuis moi j'ai trouvé quelqu'un d'autre. Et lui fidèle a sa promesse est « redevenu » hétéro, il s'est d'ailleurs marié cette été.

Doug

octochilla@yahoo.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.