Page précédente

Le fils du patron

J'm'appelle Antoine, j'ai 31 ans, brun, yeux verts, plutôt mince et le regard coquin. Je viens de décrocher un emploi dans un garage de Saint-Étienne (ma ville). On n'est pas nombreux à y bosser : un autre mec bien foutu et trapu (Jérôme, la trentaine aussi) et le patron (Patrick, plutôt bear mais musclé, un peu poilu la quarantaine, marié, mon type quoi).
Je bosse depuis une semaine et je mate mes collègue et patron en bossant. J'aimerais trop me les taper mais j'me dis qu'il n'y a aucune chance vu que le patron est marié et que l'autre doit avoir une copine. Ils sont plutôt machos alors je ne tente aucune approche depuis une semaine.
Ce lundi, j'arrive au taf et je vois un p'tit minet à l'accueil. D'habitude, c'est le patron qui fait le va et vient entre le garage et le bureau. Le patron me dit que son fils vient l'aider de temps à autre pour faire les factures, répondre au téléphone, etc. Il nous présente : lui c'est Thibault, 20 ans, étudiant, plutôt branché et très mignon avec un p'tit jean slim qui lui moule bien le paquet (je ne vois que ça car il est assis). Il a l'air plutôt grand et assez carré d'épaules.

C'est en discutant à la pause déjeuner qu'il me dit qu'il fait de la natation. Je me dis que j'aimerais bien me retrouver sous la douche avec lui !
À la fin de la semaine, mon boss me demande de venir exceptionnellement samedi matin car la voiture sur laquelle je travaille doit être livrée à 12h. Quand j'arrive à 8h, il n'est pas là. C'est Thibault qui est venu ouvrir : Patrick et Jérôme viendront vérifier mon travail en rentrant d'une course. Ils sont partis chercher la bagnole d'un fidèle client tombée en panne la veille à Marseille.

Pendant que je bosse sous la bagnole, j'ai l'impression d'être maté. En effet, quand je sors, Thibault me regarde fixement et se touche le paquet. Un peu paniqué, je lui demande ce qu'il fout au juste. Il me dit qu'il a bien remarqué mes regards vers son père et Jérôme. Je lui dis qu'il se trompe mais il me crois pas. Le comble : son père m'aurait embauché pour ma petite gueule d'ange !
À force de se tripoter, il finit par bander : on dirait que la braguette de son jean va exploser ! Je suis encore couché sur mon chariot en salopette bleue sans rien en dessous si ce n'est mon slip vu que le mois de juillet 2010 est chaud ! Il me tâte le paquet avec ses tennis et déjà qu'une réaction se faisait sentir, là je sens ma queue sortir de mon slip par le côté. Je suis monté 16 cm, normal quoi mais bon ! Il me demande ce que j'attends pour me relever et quand je me suis exécuté, il me plaque contre le mur en se frottant contre mon entrejambes et m'embrassant à pleine bouche. Dieu qu'il embrasse bien ! Ces lèvres charnues !!!! Je suis complètement scotché contre le mur. Il en profite pour me toucher les fesses, mon véritable atout en plus d'être mignon. Je risque une main vers sa braquette et je sens une barre qui descend le long de sa cuisse gauche. Il a l'air super membré en plus ! Le rêve, moi qui aime les tbm, je vais me régaler !

Il arrête de me regarder et avec un sourire en coin me demande si j'aime sucer les gros calibres. À ma réponse positive, il me dit que je vais être servi dans ce cas car il n'a pas que la sienne à me proposer. Je ne comprends pas tout de suite et puis je vois qu'à la porte sur le côté Patrick et Jérôme matent la scène ! Tout était planifié ; les salauds ! Les deux compères s'approchent et je comprends qu'à Marseille ils n'ont pas fait que récupérer la bagnole... Ils se touchent et je vois de belles bosses sous leurs salopettes. Ils portent que des calebutes (je l'ai repéré lors des douches après le boulot) alors forcément, toute réaction est visible.
Ils ne parlent pas : ça se passe de commentaires faut dire !

Thibault appuie sur mes épaules pour que je me mette à genou : les 3 larrons m'encadrent. Je les touche successivement puis 2 à 2. Ils bandent de + en + dur. Thibault baisse son jean ; il ne porte pas de sous vêtement alors sa queue se tend immédiatement dans ma direction. Son père prend enfin la parole pour m'ordonner de le sucer. Je m'exécute avec joie devant cette belle queue d'environ 20 cms assez épaisse. Je lui lèche le gland doucement avant de descendre le long de ce pieux pour le lécher également et le prendre en bouche. Il râle de plaisir. Les deux autres baissent leurs salopettes : j'en reviens pas, ils sont encore mieux membrés vu la bosse qui tend leurs caleçons. Particulièrement Patrick ! Il me regarde d'un air viscieux pendant que je m'active sur la queue de son fils puis embrasse Jérôme alors qu'il lui pelote le cul sans ménagement.

Il dit alors à Thibault de m'installer sur le capot de la bagnole que je réparais et de préparer ma rondelle. Il ne se fait pas prier. Patrick se positionne à ma gauche et me mets la queue qu'il vient de sortir de son calebute en bouche. Je le suce goulument et il a l'air d'aimer ça vu ses râles de plaisir. Pendant ce temps Jérôme assis au sol suce Thibault qui me baise le cul avec sa bouche comme personne ! Quel expert !

Là tout va très vite : après avoir enfilé une capote, Thibault m'embroche avec soin, doucement... Que c'est bon ! Il commence ses va et vient. Je suce Jérôme à califourchon sur moi à présent pendant que Thibault le prépare. Monté sur le capot à son tour, Patrick se fait sucer par Jérôme. J'aime bien la queue de Jérôme : plus fine que celle des deux autres mais non moins longue, je peux mieux la prendre en bouche. Les deux autres me la remplissaient carrément !
Après 10 min, Thibault arrête de m'enculer : j'ai le cul en feu et très envie de venir mais ils ont bien pris soin de me mettre au supplice en ne m'enlevant que ma salopette pour m'enculer encore vêtu de mon seul slip ! Je ne pouvais donc pas me branler à mon aise surtout que mes mains étaient occupées à palper les couilles de ces trois étalons.
Jérôme s'installe à 4 pattes au sol et Patrick m'indique la direction à suivre : je me mets face à Jérôme, dans la même position. On s'embrasse pendant que père et fils passent une capote. Je me dis que j'ai pas fini de déguster vu l'engin de Patrick. Heureusement que Thibault est passé avant. Décidément, tout était calculé !

Ils nous remplissent en même temps, c'est trop bon ! Ils nous pincent les tétons en même temps et se regardent droit dans les yeux. Je crois qu'ils vont jouir et que cette partouze s'arrêra là mais Jérôme s'installe sur le charriot que Thibault positionne pour que je suce Jérôme pendant qu'il le pilonne. C'est l'extase !
Au bout d'une bonne vingtaine de minutes de ces coups de butoir, Thibault et son père déculent pour nous éjaculer dessus. Jérôme enlève sa queue de ma bouche et se branle pendant que Patrick m'astique. On ne tarde pas à jouir en même temps.
Patrick nous emmène dans les douches et nous invite tous au resto car il dit qu'on a assuré ! Je vois encore un sourire en coin de Thibault et je me dis que la journée est loin d'être terminée !

Si vous avez aimé cette première histoire, dîtes-le moi car j'écrirai la suite. J'habite effectivement St Étienne et suis ouvert à toute proposition...

tybhot

tybhot@live.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.