Best Of Cyrillo

Page précédente

Fitness . Best friend. Suite.

Quelque jour après notre première aventure, je reçu un coup de téléphone de lui, il me proposai d'aller faire du fitness avec lui. J acceptais presque directement et nous nous donnèrent rendrez vous cher lui le jour même a 17h. Je préparais donc mon sac de sport avec tout le nécessaire : short, t-shirt sans manche, essuie, gel douche.

A 17h, je sonne à sa porte. Il vient m'ouvrir et a mon grand étonnement, il n'est vêtu que d'un short et d'un t-shirt. Il me propose de rentrer, je le suis et monte à l'étage avec lui, je suppose qu'il monte dans sa chambre pour se changer, mais il passe devant la porte et ouvre celle au fond du couloir. C'est alors que j'aperçois un banc de musculation à +- 20cm du sol au milieu de la pièce. Je comprends donc que nous n'allons pas à la salle de muscu mais que nous allons le faire ici. Il me propose de me changer, il y a un paravent prévu à cet effet, mais n'ayant plus rien a lui caché, je ne vois aucun inconvénient à me changer devant lui. Je commence par enlever mon pantalon, puis mon sweat et mon t-shirt, je me retrouve donc en boxer noir moulant. Comme nous ne sommes que nous deux, je n'enfile qu un t-shirt et reste en boxer.

Il se couche sur le banc et prend en main la bar d'haltérophilie afin d'effectuer quelque développer coucher. Je me place a auteur de sa tête afin de pouvoir l aider en cas de difficulté. Je pouvais voir sa tête juste en dessous de la bosse de mon boxer. Ayant fini, je me mit à sa place et lui à la mienne. Je saisi la bar, la levai une fois, devant la quantité de poids qu il avait disposé de chaque coter, j eu le réflexe de fermer les yeux. Quand je les rouvris, j'aperçu qu il n'avait rien sous son short. Je voyais sa bite pendre, elle arrivait presque à la hauteur de son short. Je déposai alors la barre sur son support et relevai le dos et la tête afin d attraper son sexe avec ma bouche. Une fois celui-ci en bouche, il se retira et me dit « ho ho, pas si vite, après l'effort le réconfort ».

Voyant que le développer coucher n'était pas mon fort, il descendit son short, l'enleva, plia mes jambes, enjamba la table et mit ces fesses sur mes genoux. Il commença à jouer avec ces couilles et sa bite et me dit que je n'avais qu à faire des abdos et qu'ils étaient à moi. Je me redressai en vitesse et engloutit son sexe toujours mou. Mais il me repoussa et me dit de continuer mes abdos. Je ne me souvient pas avoir fait autant d abdos aussi vite, rien que l'idée d'avoir sa bite et ses couilles en cadeaux chaque fois que je remontait me donnais des forces surhumaines. Il m arrêta, il avait maintenant la bite bien dure, et était très exciter, je me relevais alors. Il se mit a genoux, me descendit mon boxer et voulu me happer les couilles et la bite avec sa langue mais je me retirais et lui dit que c'était le même tarif pour tout le monde. Il se coucha sur la table et nous réprime notre petit jeu.

Apres quelque grosse minutes de jeux, je sentis que ça bite perdais en dureté. Je descendis donc afin de l'embrasser. Et avec ma main je jouai avec ses couilles et effectuais des mouvements de branlette sur son pénis qui commençait à se retendre.

Je lâchais maintenant son sexe dur comme du roc afin de m'occuper de son corps. Mes mains le touchaient, d abord les fesses, un partie du dos, puis la nuque. Elles restèrent la afin de tenir sa tête, pendants que nos langues s'entremêlaient entre elle dans sa bouche grande ouverte. Il plaça ses deux main sur mes fesses et commença a les malaxé, c'est a se moment que je sentis ses jambe se refermer autour des miennes. Il descendit ces mains un peu plus bas, et en un coup de rein, me fit remonter de dix centimètres. Il commença alors a m embrasser et a me lécher le coup. Moi alors je me décidais a jouer avec son oreille, je pris ma langue et lui en donner quelque petit coup.

Je ne sais comment il était arriver dans la position dans laquelle il était, alors je lui glissai a l'oreille, qu'il avait l'aire d être très souple, et que moi si j'était comme lui, je m amuserai tout les soirs a me faire des auto fellations. A ma grande surprise, il me répondit, tu crois que je fais quoi le soir. Sur ce, il se dégagea et s'assit à coter du banc et se plia comme en deux et commença à se sucer lui-même. Exciter par le spectacle qu'il m offrait, je ne pu m empêcher de porter ma main a mon sexe et de jouer avec. Il s en aperçu et me dit arrête de te branler et essaye de faire comme moi. Je m assis donc a coter de lui et essaya d'attraper mon sexe avec ma bouche. Voyant que je n'étais pas douer, il vint se placer derrière moi afin d effectuer quelque petite poussée pour amener mon sexe en bouche. Je pouvais sentir son sexe contre le bas de mon dos et sa bouche dans mon coup. La douceur du contact de sa langue sur ma peau me procura tellement de plaisir que je ne sentis pas sa poussée. Maintenant en sortant ma langue de ma bouche je pouvais toucher le petit trou du bout de mon gland. Je fini par arriver a avoir tout mon gland en bouche. C'était magnifique de pouvoir me donner du plaisir au endroit ou je sais que je ne peux résister et m arrêter avant que je ne craque. Il arrêta le langoureux baiser qu il appliquai a mon coup, c'est alors que je pris conscience que le plaisir que je prenais pour le moment, je pouvais le prendre cher moi a n importe quel moment, alors que lui ne m'était offert qu'a ce moment précis.

A défaut de pouvoir sucer ma bite, il me fallait la sienne. C'est d ailleurs ce que je pris immédiatement en bouche. Je léchais son gland comme si il s'agissait d'une sucette ou d'un cornet de glace. J'engloutis alors ton son sexe en bouche, essayant de l'enfoncer le plus loin possible, même à l'intérieur de ma gorge. Pendant ce temps la, je jouais avec ses couilles, les prenants dans ma main et en les serrant un peu, les faisant ressortir. Je quittai alors sa queue et gobai ses couilles, d'abord une puis l autre et enfin les deux en même temps. Ses couilles étaient épilée, se qui procurer un contact fort agréable entre me langue et la peau qui les recouvres. Je sentis alors le plaisir monter en lui. Je plaçais donc ma bouche a la sortie de son gland et commença à effectuer des allers et retours sur son membre. Son jus s'écoula alors dans ma bouche, je n en perdis pas une miette. Sachant qu'il pratique l'auto fellation, je supposai qu'il avait déjà du goûter son propre sperme. J'amenai alors ma bouche à la sienne afin d'échanger avec lui un baiser remplit de son foutre encore tout chaud. Il ne pu que me rendre la pareille. Il m embrassa donc avec mon propres sperme en bouche. Mon jus se mélangeait au reste du sien que j'avais toujours en bouche. Nous arrêtâmes notre baiser afin de pouvoir avaler le sperme qu il restait dans nos bouche, mais nous réprime de plus belle après. Nous restâmes l'un a coter de l'autre, l un sur l'autre, nous roulant dans la pièce, nous caressants et nous embrassant. Voyant que l'heure avait bien avancé et que ces parents n'allaient pas tarder à rentrer, nous nous dirigeâmes dans la salle de bain afin de prendre une douche. Celle-ci pris plus de temps que prévu car nous ne pûmes nous empêcher de recommencer une fellations car nos baiser, nos caresses et l'eau avais eu vite fait de redresser nos membres a peine remis de la partie de plaisir précédente.

A peine sécher et changer, nous sommes allé à l'ordi afin de trouver une occupation qui servirait d'alibi à ses parents. Qui rentrèrent précisément a cet instant. Nous échangeâmes alors un petit baiser avant que ces parents n'apparaissent dans l'embouchure de la porte de sa chambre.

Arrivé cher moi je remarquais que dans la précipitation et dans l'excitation qu'il régnait dans la salle de bain, je n'avais pas enfiler de boxer. Celui devait toujours pendre au banc de musculation. Je me dépêchais de vite envoyer un message avec mon Gsm afin qu il l'enlève avant que c parent ne le trouve. Il me répondit qu'il l'avait prit dans la salle de bain et qu il espérait que je l oublie afin de pouvoir garder un souvenir de moi. Il m avoua qu il était sous son oreiller, comme ça il pouvais sentir l'odeur de ma bite, le soir dans ses moment d'intimité avec lui-même.
Il faudra donc que j'ai le chercher, afin de le remplacer quand mon odeur aura disparu, et surtout que j'en prenne un a lui, car lui n'ayant pas mit de boxer se jour la, je n'ai pas pu lui prendre comme je le désirai.

Pilou

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.