Page précédente

La flûte enchantée

Depuis fort longtemps, j’aime énormément la musique d’orgue. Je ne suis pas musicien, mais un grand mélomane et j’assiste à énormément de récitals. Avec le temps, je suis de plus en plus convaincu que cet instrument est très sensuel surtout lorsqu’il est « manipulé » par un bel et merveilleux organiste. N’oublions pas que pour un orgue, on parle, entre autres, de flûtes, de pipes… et j’en passe.

Je connais un organiste italien, beau comme un dieu, cheveux bouclés, yeux bruns, corps élancé, bref ce genre de type qui me fait volontiers craquer. S’il est beau, il n’en demeure pas moins qu’il est hétéro dans l’âme, donc rien à espérer de ce côté-là. Un jour, il me fait voir un instrument nouveau, mais ayant l’apparence d’un ancien instrument, une merveille. Je suis fasciné par l’architecture du buffet, par la beauté des sculptures et de la manière dont les tuyaux sont installés.

Je peux entendre l’instrument et c’est un doux rêve. Je le vois ce beau mâle sur son banc et jouer de tout son être, les mains, les pieds vont d’une gamme à l’autre, c’est extraordinaire. Il y a longtemps que je souhaitais poser mes mains sur un clavier d’orgue et jouir du son à chaque pression des doigts…

Je ne peux plus m’interdire un tel bonheur et je demande à mon bel italien s’il me permet de prendre sa place… Il est pleinement d’accord et je m’installe sur le banc encore bien chaud de sa présence… Je commence à poser un doigt sur une touche, un deuxième, sans aucune méthode, donc purement au hasard. Le bel italien se place derrière moi et me montre quelle position je dois avoir mon dos ; pour démonstration, il passe ses mains tout le long de ma colonne vertébrale en faisant ses commentaires. Ensuite, il se colle à moi et me montre de quelle manière je dois tenir mes bras, mes mains. Evidemment, je commence à sentir sa chaleur, ce qui me fait un plaisir immense…

Sa manière d’être et les sons musicaux qui se propagent dans le lieu, tout cela me met dans un état pas possible. Il veut absolument que je suive ses mouvements et se serre de plus en plus contre moi Je me mets à rêver… Je le sens, j’entends la musique, j’improvise, j’essaie de démasquer dans la position de son corps contre le mien éventuellement quelque chose qui pourrait prendre de l’ampleur, peut-être une flûte enchantée… Il me parle toujours plus de sa voix aussi belle que lui avec son superbe accent, insistant sur certains points… C’est une véritable jouissance et tout mon corps se met à vibrer et j’ai le sentiment qu’en même je me dénude entièrement, lui aussi…

Mais tout cela n’était qu’un rêve, un très beau rêve. Mon bel italien a trouvé que je n’étais pas très doué, que je ne me laissais pas assez aller, que je ne suivais pas son rythme, que je me crispais par trop. Il précise : c’est comme en amour, il faut se laisser guider, se laisser aller, s’abandonner totalement…

Ce n’est pas surprenant de la part d’un italien… Entre lui et moi, il y a une grande amitié qui ne cesse de croître avec le temps. Je l’ai remercié de m’avoir procuré un tel moment de bonheur et je l’ai embrassé en tout bien tout honneur. Ô surprise, il me dit que lui a eu aussi un immense plaisir et que de me sentir si près de lui, ça lui a donné une immense envie d’avoir une première aventure avec un homme…

Depuis, entre lui et moi, il y a de l’amour. Il a vraiment une superbe flûte enchantée... et je suis toujours plus convaincu qu’un orgue est très sensuel, certainement pas autant que mon organiste italien. Depuis, je ne vais que rarement seul à un récital car j’au trop besoin d’explications venant de la part d’un tel ange…

Tu veux réagir, alors écris-moi à flute38@bluewin.ch.

Allegro con brio

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.