Best Of Cyrillo

Page précédente

Dans la foret de l'automne...

Je roulais depuis quatre heures. Il fait chaud, ma clim est foutue. Je suis torse nu dans ma bagnole. J'ai envie de me faire une queue, putain que j'en ai envie. Je vois un panneau indiquant un parking. Je vais m'y arrêter. J'espère qu'il y a au moins un mec pour me vidanger les couilles. Même pas beau, je m'en fous, j'ai trop envie de cracher ma purée.

J'arrive au parking. Il y a deux bagnoles vides. Je sors et je me dirige vers les chiottes. Je suis toujours torse nu, exhibant mes muscles puissants. J'arrive au pissoir, je sors ma pine, y a personne. Je pisse et je ressors. Je décide d'aller voir dans le bois derrière. Je suis certain que les mecs se font du bien là bas. En effet je vois un mec appuyé contre un arbre et l'autre accroupi qui lui suce la queue. Je m'approche. Ils me regardent sans arrêter leur cirque. Le suceur se relève et me demande si je veux être sucé. Je décide de jouer à l'hétéro. Je dis:
 — je ne suis pas pd
Il dit :
— c'est pas grave, je te suce si tu veux
je m'approche. Le mec qui se faisait sucer pose sa main sur mon pec droit. Je dis :
— eh mec, je suis pas pd, ôte ta paluche de là.
il dit :
— va te faire foutre ailleurs connard, si tu es là c'est pour te vider les couilles alors fait pas le difficile.
je dis :
— ok mais allez-y doucement j'ai jamais fait ça le mec me caresse le torse, l'autre entreprend de me baisser le fut. Ma queue est raide de chez raide. Il s'accroupit devant et se l'enfile dans la tête.
Il me suce à fond en faisant du bruit. L'autre me fouille la raie du cul.
— alors comme ça t'es pas pd ? Mon œil !

Il me fourre un doigt dans le fion. Je me cabre il en met une deuxième. Je sens qu'il me masse la prostate. Je suinte du cul. Il s'accroupit et se délecte de mon jus d'anus. L'autre me suce en aspirant et en malaxant mes burnes pleines de jute qui ne demande qu'à gicler. Soudain on entend une bagnole qui arrive sur le parking. Un mec en sort. C'est un gars musclé. Il vient droit sur nous.
— alors les fioles ?! on se fait du bien ?

Il prend ma tête et l'approche de la sienne, il me fout sa langue dans la bouche. On se bave dans la gueule. Je sens que l'autre essaie de m'enculer. Une main me tend un petit flacon, je reconnais l'odeur, je snife. Et là je décolle, je deviens une salope de première, je me baisse vers le dernier arrivé et je mets sa grosse queue raide et chaude dans ma bouche, il m'insulte. J'aime ça, je me fais enculer et je sens une bouche qui me pompe la pine. La queue du mec sort de mon trou du cul et j'en sens une autre qui entre et me ramone plus fort, les couilles du mec tape comme mes cuisses. Je re snif. Je sens la que ressortir et le mec me fou la main dans le fion. J’aime ça. J'ai une queue dans la bouche avec des couilles qui me tapent le menton, une main dans le cul et des mains qui massent mes muscles.

Je suis une salope. Un des mecs me crache dessus. Un autre me pisse dessus. Je jouis sur le torse d'un gars qui est arrivé sans que je le voie. J'ai le cul grand ouvert. J'aime ça. Je me repose une minute et on recommence comme des salopes de mecs enragés.
La nuit tombe. On s'encule à tour de bras. Ça fait déjà cinq fois que je jouis. J'ai du foutre partout sur moi. Je suis entièrement nu comme les autres mecs.

Soudain une lumière éblouissante. C'est un car de flics. On se met à courir dans le bois. Ils en attrapent un. Moi je réussis à leur échapper. Mais ils ont l'immatriculation de ma bagnole. Je ne sais pas que faire. Alors soudain, il me vient une idée.

Je vais à leur rencontre et je leur raconte l'histoire du petit chaperon rouge. Ils sont assis dans nos flaques de jute et ils pleurent en m'écoutant raconter comment le loup a mangé le petit chaperon rouge. Y en a un qui se lève et qui demande s’il peut aller faire caca. Je lui donne la permission. Il y va et on entend soudain un pet tonitruant sortir de son cul. Un nuage nauséabond envahi le bois et tout le monde s'évanouit, sauf moi.

Je retourne à ma voiture et je m'en vais. Je suis nu au volant. Mon corps sent le sperme et la pisse. C'est grâce à cette odeur forte que j'ai échappé à l'agression du pet du flic.
Alors, je ris de me voir si belle en ce miroir. Un lapin traverse la route, je l'écrase. Je continue ma route jusqu'au parking suivant.
Là, je vois deux voitures. Je sors, nu. Et un vieux monsieur tout chenu me saute au paf. Un garçon hyper poilu m'encule violemment. Un ours de passage me tire la langue. Un raton laveur me pète au nez. J'éjacule sur le crâne du vieux monsieur. Je n'en finis pas de jouir, des litres de foutre épais sortent de ma bite en feu. Bientôt le sol devient glissant de jus de couille.
On patine dans le foutre. Je tombe et me casse le col du fémur au raz de l'épaule.
Alors, je rampe jusqu'à ma voiture et j'écris mon histoire sur Cyrillo pour faire te faire bander et te faire rire un peu.

Donc voilà l'histoire qui m'est arrivée hier. Bon, j'arrête, car je dois aller faire caca.

Pascal

sport852753@aol.com

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.