Best Of Cyrillo

Page précédente

Épisode précédent

formation -14

J’étais encore assis sur mon fauteuil, à me pâmer de plaisir, lorsque l’on frappe à la porte. Youssouf va ouvrir et apparaisse quatre malabars.
« On vient enlever les sièges ! », dit celui qui semblait être le chef. Soudain, je reconnais le gars goguenard de la salle de cours, celui qui était en formation avec le petit Paul.
« Alors salope ! On en a plein de cul, espèce de fiotte ! » ajoute-t-il. Je ne réponds pas mais, Youssouf est prêt à bondir. Je demande à Youssouf de laisser tomber et ce dernier dit : « Ta gueule David, fait ton boulot et dégage ! ».
« On se reverra fiotte, tu peux me faire confiance ! » dit David en sortant.

A 16 heures, Monsieur Aimé entre dans le bureau de Monsieur Jean.
« Assieds toi, Aimé, et regarde, je t’ai préparé une compilation des meilleurs moments des exploits, de la nuit dernière, de ma pute Marc ! ». Tout a été filmé, même le moment où Marc lèche l’anus de Monsieur Jean. Monsieur Aimé est troublé, il a mal de voir son amour se donner à Monsieur Jean. Ce dernier le regarde du coin de l’œil en souriant. Monsieur Aimé de laisse rien paraître. Monsieur Jean, pervers, repasse parfois, deux ou trois fois, un passage. Monsieur Aimé ne bronche pas.
A la fin de la séance, Monsieur Jean pensant qu’il n’avait pas réussi à le vexer, lui demande : « Que penses-tu de ma nouvelle petite pute ? ». Monsieur Aimé répond que d’après ce qu’il a vu, c’est une bonne recrue. Avant qu’il ne s’en aille Monsieur Jean lui dit « N’oublie pas de m’amener ma petite pute chérie pour ma nuit d’amour ! ».

Dans la nuit Monsieur Jean, m’a pénétré et rempli plusieurs fois tout comme à son habitude. Au matin après lui avoir lécher son anus et qu’il m’ait remis ma cage, Monsieur Jean me dit : « retourne toi je dois pisser ! ». Je me demande bien ce que je peux y faire. Il me fait pencher en avant. Il bande. Je sens son gland pointer sur mon anus et il me pénètre sauvagement. Une fois au fond de moi, je sens mon rectum se remplir de liquide chaud. Monsieur Jean pisse en moi. Il me tient par les hanches et murmure : « que c’est bon, mais que c’est bon ! ». Puis au bout d’un moment il me dit : « Tantôt on te ramènera ton petit déjeuner. Je vais me retirer, serre bien ton anus pour ne pas tout saloper. Tu te videras chez toi. J’ai gaffe de ne pas en perdre une goutte en chemin, sinon tu seras puni.
Je pense que mon « petit déjeuner » sera l’occasion de donner du plaisir à mon bien aimé !!!
Monsieur Jean appelle. Monsieur Aimé, entre et il me ramène à mes appartements. En chemin il dit : « le salop, mais quel salop ! ».

Nous marchons vite et à peine arrivé chez moi je courre vers les toilettes et je me soulage.

Après ma toilette et mon lavement, alors que je pense pouvoir me reposer, la porte s’ouvre, sans que l’on y ait frappé.
David entre en souriant : « salut fiotte ! Je t’apporte ton pti déj ! ».
Je suis révulsé, ce n’est pas possible, pas lui !!!
Il a un gros gode à la main qu’il tend à Youssouf.

« Allez mec installe moi ca ! ». Youssouf ne peut que s’exécuter, prenant soin de bien l’enduire de graisse.

« Toi chiotte assied toi là ! » me dit-il. Docile je relève ma gandoura, écarte les fesses et m’empale doucement sur le gode. A peine mes fesses ont-elles touché le siège que la petite lumière rouge s’allume. Le gode gonfle en moi et se dégonfle, pour redevenir encore plus gros.
David s’approche de moi, baisse son pantalon de jogging, me passe une main sur la nuque et me fait me pencher en avant. Il pré-bande déjà. Son gros gland est décalotté. A l’extrémité il y a un gros prince Albert.

Sa verge, plus fine est percée de toute part de piercing. Sur le dessus est tatoué un serpent. Son gland pointe vers le haut. Il me dit que si je veux connaître la raison de l’état de son sexe, je n’ai qu’à demander à Monsieur Jean. Son sexe exhale une forte odeur de rance. C’est dégeulasse !
« Ouvre ta gueule, sale pute, que j’enfourne ma pine ! » m’ordonne-t-il.
J’ouvre ma bouche et il y dépose son gland.
« Vas-y, suce ! ». Je m’exécute donc. Le prince Albert me gène. Le gode que j’ai dans le cul change sans cesse de grosseur. David me lime la bouche et rapidement, il crie et se déverse sur ma langue, non pas en jets, mais doucement et copieusement. Son sperme est acide, tout comme le bonhomme sans doute.
« Avale garce et nettoie bien mon anneau ! ». Je m’exécute. Une fois terminé il remonte son jogging et sort en me disant : « à demain salope ! ».

Une heure et demie s’est passée. Je me lève de mon fauteuil tandis que Monsieur Jean entre.
« Que penses-tu de ma nouvelle recrue mon petit Marc ? Je l’ai déjà, baisé pour qu’il sache l’effet que cela fait, mais il sera surtout un baiseur et un dresseur. Qu’en penses-tu ? ».
Je ne sais pas quoi lui répondre et je le regarde sans doute l’air hébété. Monsieur Jean s’approche de  moi et me gifle violement.
« Youssouf va me chercher un martinet dit-il et lui tendant sa télécommande. Youssouf revient du donjon et Monsieur Jean me fait mettre à quatre pattes, cul en l’air.
« Tu vas compter en disant, merci Maître ! ». Vlan le premier coup s’abat.
« Un, merci Maître ! », et ainsi de suite jusqu’à dix coups. J’ai le derrière en feu et je sanglote.
« Alors tu as compris, petite salope ? Tu l’appelleras,  Monsieur David, et moi désormais, Maître ! », me dit-il.
« Youssouf je t’interdis de le soigner ! Alors petite pute que penses tu de Monsieur David ? ».
« Il est très bien Maître ! ».
La vie a suivi son court au fil des semaines. Monsieur Aimé, Youssouf et moi, sommes maintenant épilés définitivement. Après chaque séance Monsieur Antoine m’a baisé, pendant que Maître Jean, baisait Gatien, pour finir dans le cul de Monsieur Antoine.
Je passe toute mes nuits avec Maître Jean, tandis que mon Aimé passe les siennes avec Youssouf et Mustafa. Monsieur David m’apporte mon petit déjeuner, chaque matin.

Un soir, alors que Monsieur Aimé m’amène à la chambre de Maître Jean, lorsque j’y pénètre, il est au lit, avec Monsieur David. Je suis effaré et j’ai peur de ce qui m’attend.
« David, je pense qu’une petite toilette nous ferait un plus grand bien qu’en penses-tu ? ».
« Vous avez parfaitement raison, Monsieur Jean ! Allez petite salope à genoux ! », répond Monsieur David.

Rolex59

rolex59@club-internet.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.