Best Of Cyrillo

Page précédente

Epidode précédent

formation -2

En descendant du bus, je suis inquiet de la réaction de mes copains, mais personnes n’a l’air d’avoir vu quoique ce soit.

Arrivé au centre d’hébergement, nous sommes accueilli par la chef de centre, Monsieur Aimé, un grand black tout en muscle dans son tee-shirt moulant, pantacourt et tongs. Je lui donnerai 35 ans.

Il nous indique les règles de conduite du centre et nous dit que les étudiants coucheront au second étage, les animateurs au premier et que les différentes autres salles sont au rez-de-chaussée.

D’un geste de la main, il fait signe de prendre l’escalier et mes potes s’y dirigent en rigolant.
Je m’apprête à les suivre quand j’entends la voix de Monsieur Jean qui me dit « tu restes ici Marc ! ».

Monsieur Aimé se retourne et me regarde en souriant. S’adressant à Monsieur Jean il dit « C’est lui Marc dont vous m’avez parlé ? ».
Monsieur Jean répond, « oui exactement ! »
Monsieur Aimé me regarde des pieds à la tête et un sourire, laissant apparaître une dentition blanche et superbe.  Suis-moi, je vais te conduire à ta chambre ! » me dit il.

Il me fait entrer dans la chambre et me dit, « installe toi et couche toi, bonne nuit ! ». Il sort et j’entends que ma porte se ferme à clé.

Trop fatigué je fais comme il m’a dit et une fois couché, la lumière s’éteint toute seule.

Dans l’obscurité je pense encore à ces derniers moments dans le bus.

Pourquoi me suis-je laissé faire par Monsieur Jean ? Pourquoi Monsieur Daniel, qui a tout vu n’a rien dit ? Certes Monsieur Jean est bel homme et il est vrai que j’ai un faible pour les hommes, surtout les murs, mais jusqu’à présent je n’ai jamais eu de relations homosexuelles.
Certes j’ai parfois acheté des revues homos ou regardé des vidéos pornos gays mais de là à prendre une queue dans la bouche, à avaler le foutre, à me laisser travailler mon anneau, ca non jamais. Des larmes coulaient doucement de mes yeux et je m’endormi.

Une sonnerie me tira de mon sommeil.
Je pris ma douche et me décidais à sortir en vue d’aller prendre mon petit déjeuner et décidé à ne plus penser aux « incidents » de la veille.

Tournant la poignée de la porte je fus, tout à coup, surpris qu’elle s’ouvrit.

Monsieur Aimé qui était dans le couloir, en débardeur de couleur rose, faisant ressortir sa musculature impressionnante et une toison courte et frisée, noire comme ses cheveux coupés très courts, presque rasés. Il était en short ultra court mettant en relief une grosse bosse à son entre jambe et, il me salua. Il n’avait pas oublié mon prénom et il m’invita à me rendre au réfectoire.

Chacun avait sa place indiquée par son nom et prénom gravés dans le rond de serviette.

Ma place était en bout de table face à la table de la direction qui était à angle droit par rapport aux tables des participants et à laquelle se sont assis d’autres personnes qui ne nous ont pas été présentées.

Les serveurs étaient tous des mecs d’origine nord-africaine ou noire, tous plus mignons et sexys les uns que les autres.

Le directeur, Monsieur Jean nous fait un discours, précisant les règles de discipline, assez stricte, les différents horaires et l’ordre dans lequel allait se passer les choses.

De là, direction les cours.

En fin de matinée, on nous remet une convocation à une visite médicale et Monsieur Aimé me dit que le directeur veut me voir après le repas et qu’il m’amènera à son bureau.

Effectivement, après le déjeuner, Monsieur Aimé vient me chercher et m’introduit dans le bureau de Monsieur Jean.
Monsieur Daniel est là aussi avec un journal sur les genoux.

Monsieur Jean ne me propose pas de m’asseoir donc je reste debout.
Il me demande si je suis bien installé et satisfait de ma chambre. Je réponds que oui et lui dit qu’hier soir, à mon grand étonnement ma porte a été fermée à clé mais je pense qu’il s’agit sans doute d’une maladresse.

Monsieur Jean, me regarde fixement, le regard froid.
« Pas du tout ! » me répond-il, « tu es à moi et à personne d’autre ! ».
« J’ai été satisfait de ta prestation d’hier et je vais te prendre en main ! ».

Je bafouille « Mais Monsieur Jean, je ne veux pas…. Je…… ! ». Un cinglant « ta gueule ! C’est hier qu’il fallait protester. Tu ne l’as pas fait, c’est que tu es un petit PD et je t’ai choisi ! Tu vas voir, tu vas aimer ta formation ! » Et, il part d’un grand rire.

Je suis abasourdi !
Sur ce il recule son siège et je découvre que sa queue est sortie, bandante et lâchant de longs fils de mouille. « Allez, vient nettoyer tout ca avec ta bouche délicieuse ! ».

Je m’approche quand même et lui répond « Excusez moi Monsieur Jean, mais je ne peux pas ! » Un coup de roseau cinglant me marque la main. Je pleure, je tremble et Monsieur Jean hurle « EXECUTION ! ».

Je n’ai pas d’autre choix que de me mettre à genoux et de lécher ce gland, pourtant sublime. Je bande malgré tout, j’avale le gland et très vite Monsieur Jean me largue sa purée copieuse au plus profond de ma gorge.

« AVALE ! » et avec un haut le cœur je m’exécute. « Tu vas t’y habitué, ce sont tes vitamines ! ».

Puis il ajoute : « tu as remarqué la présence de Monsieur Daniel ? lui qui hier est resté sur sa faim … vas près de lui ! ».

Rolex59
Si vous désirez me demander la suite :
rolex59@club-internet.fr

Rolex59

Si vous désirez me demander la suite :

rolex59@club-internet.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.