Page précédente

Épisode précédent

formation -9

Au matin, Monsieur Aimé vient m’apporter mon petit déjeuner. Assis au bord du lit, je le suce avec détermination. Une fois tout avalé, je le remercie doucement, il et me caresse légère la joue, dos à la caméra.

Je passe la journée seul avec Youssouf.
Toujours à voix basse je lui demande s’il aime Monsieur Jean.
Sur le même ton il me répond qu’il lui est très attaché. Il m’explique qu’il a fait connaissance, au Maroc, de Monsieur Jean qui lui a fait des promesses et l’a ramené en France.
Monsieur Jean est puissant m’explique-t-il, fortuné et il a beaucoup de relations.

Très vite Monsieur Jean l’a dominé, éduqué et lui, seul, loin de son pays s’est soumis.
Comme moi, il se dit que pour le moment il est bien soigné et tant que cela dure, mais qu’il sait qu’un jour il sera vendu.

« Vendu ? » « Un jour ? » lui dis-je.
Oui me répond-il, ici de toutes les lopes, soumis, ou souffres douleurs, etc…, personne n’a plus de 30 ans, sauf Monsieur Aimé qui en a 40 mais ne les fait pas.
Et ajoute que, d’ailleurs je crains que ce ne soit ce qui est arrivé au petit Paul.
Monsieur Jean l’a emmené et nous verrons bien s’il revient avec lui.
Je demande à Youssouf s’il connaît Paul et il me dit qu’il a parfois participé à son dressage. Ses rondeurs excitaient Monsieur Jean et ses pleurs et ses supplications ne faisaient que le rendre plus dur. Aujourd’hui Paul est brisé mentalement et prêt à tout accepter. C’est pourquoi, il intéresse moins Monsieur Jean, et que Youssouf pense que ce dernier va s’en débarrasser.

Je lui demande s’il pense que moi aussi je serai vendu un jour et Youssouf me répond : « sans aucun doute ! ».
Il ajoute ensuite : « ne lui en dite rien, il serait fou furieux ! ».
« Rassure toi Youssouf, jamais je n’oserai poser une question à Monsieur Jean ! ».

La journée s’est passée très calmement.
A 20 heures Monsieur Aimé est venu m’enlever mon plug et à 22 heures Youssouf, m’a couché et à regagner sa couche dans l’antichambre.
Je dors profondément. Dans la nuit, je me réveille subitement. Quelqu’un se glisse dans mon lit. Je suis prêt à en sortir quand une voix me chuchote : « c’est moi Aimé ! ». Je sens son corps chaud et doux se frotter à moi. Il me passe un bras autour du cou et de l’autre main il me caresse doucement. Sa bouche chaude et humide s’approche de la mienne que j’entrouvre. Sa langue douce et soyeuse envahit ma bouche.
Sa queue bandée se presse contre ma cuisse.
Un long, très baiser langoureux, s’ensuit.
Il me lèche le lobe de l’oreille, tout en caressant mon crâne nu.
« Je t’aime, Marc, depuis le premier instant où je t’ai vu ! ». Je lui réponds : « Moi aussi je t’aime Aimé, mon Aimé », et je sanglote tant notre situation est désespérée.
« Je te promets, que je te sortirai de là un jour ou l’autre et, nous ferons notre vie ensemble ! ».

Monsieur Aimé me lèche mes larmes et me serre dans ses bras. Je lui caresse un téton et lui mordille l’autre. Ma langue descend, jusqu’au son nombril et ma bouche enfin, gobe son gland et je tête goulûment.



Monsieur Aimé, me fait passer au dessus de lui la tête entre mes jambes et tandis que je continue à le sucer tout en caressant les grosses couilles, de ses deux mains puissantes, il écarte mes fesses et me caresse doucement mon anus, puis le lèche, le suce et y introduit sa langue le plus loin qu’il peut. Au bout d’un long moment, Monsieur Aimé, se dégage et vient s’allonger à côté de moi. Il me bascule sur le côté, me soulève là jambe et je sens  sa queue qui entre en moi. « Surtout pas un cris, sinon, Monsieur Jean nous tue ! », me dit-t-il à l’oreille.
Après un long moment à aller et venir dans mon cul, je sens qu’il me largue sa purée.
Monsieur Aimé, ne se retire pas et je m’endors avec sa queue en moi.

Nous avons fait l’amour plusieurs fois dans la nuit et ainsi toutes les nuits de la semaine.

Le matin Monsieur Aimé venait me poser mon plug qui me retirerait le soir.
Chaque matin Monsieur Aimé vient se faire sucer et simule l’éjaculation.
Chaque matin Youssouf après m’avoir ôté ma cage de chasteté me baignait et me la reposait.  Ensuite, il m’appliquait un lavement.
Chaque soir il me faisait un autre lavement puis me douchait.

J’étais tout au bonheur de l’amour de Monsieur Aimé et la semaine s’est écoulée paisiblement.

La nuit de dimanche à lundi Monsieur Aimé, n’est pas venu me voir.

Le lundi matin, Monsieur Jean, de retour, l’air joyeux entre dans ma chambre.
« Bonjour mon petit Marc, je suis heureux de te retrouver, je t’apporte ton petit déjeuner ! ».
Une chape de plomb me tombe dessus.
Je m’assieds sur le bord du lit et ouvre grand la bouche sans conviction.
Il enfourne sa queue déjà bandée et me demande de le sucer goulument. Je m’applique pourtant. Monsieur Jean me prend par les oreilles et me lime la bouche violemment. J’ai des hauts de cœur, mais il n’arrête pas. Ma bouche est inondée par sa mouille abondante.

Il hurle : « Youssouf en position !!! »
Youssouf se met à quatre pattes à côté de moi, sur mon lit.
Il se retire de ma bouche et encule Youssouf d’un coup, qui ne bronche pas.
Monsieur Jean me dit : « toi aussi en position ! ». Je me mets à côté de Youssouf, dans la même position.
Monsieur Jean se retire brusquement du cul de Youssouf et plonge dans le mien. Une plainte s’échappe de ma bouche, malgré moi.
Monsieur Jean commence ses va et vient avec ardeur, il me baise hard.
« Youssouf, roule des pelles à Marc ! ».
Youssouf s’exécute et pour la première fois ses lèvres sensuelles entre en contacte avec les miennes.
« Mieux que ca Youssouf !!!!!!! » Hurle Monsieur Jean.
Sa langue parfumée pénètre ma bouche. Je lui rends ses baisers avec plaisir. C’est si bon que j’en oublie la pine de Monsieur Jean.
Ce dernier commence à rugir et à me remplir le cul de son jus.
« C’est trop bon, quel cul, mais quel cul !!! » dit Monsieur Jean tout en continuant ses va et vient.
Puis il s’arrête tout en laissant sa queue dans mon fondement.
« Je vais la laisser dégonfler dedans ! » dit-il.
Puis il se retire doucement  et remet aussi sec mon plug en place.
« Ainsi ton petit déjeuner déjà digéré, restera en place jusqu’à ce soir ! » dit Monsieur Jean.
En partant il me dit : « je vais aller voir les vidéos. J’espère que tu as été bien sage en mon absence, mon petit Marc, sinon, tu vas morfler ! ».

Rolex59

Si vous désirez me demander la suite :
rolex59@club-internet.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.