Page précédente

Francis est un très bon élève !

Pour moi le sexe, ce doit être hard avec soumission et domination. C'est la première chose que j'ai dite à Francis, le soir où je l'ai rencontré dans ce bar à moustaches parisien. Depuis, on se voit de temps en temps pour des nuits plus viriles les unes que les autres.

La dernière fois, quand je suis arrivé chez lui, j'ai découvert Francis torse nu, les couilles et la queue moulés dans un fute en cuir. Il avait une pince sur chacun de ses seins. Il m'a demandé si je voulais voir où il avait mis la troisième pince ! J'avais bien une idée évidemment...
Je lui ai ordonné de se coucher à mes pieds et j'ai porté le pied droit sur son paquet. Petit à petit, sa bite a pris forme jusqu'à tendre le cuir du pantalon. Il s'est déculotté tandis que je restais habillé : au bout du gland pendait un petit anneau. C'était donc ça la surprise ! Il s'est retourné, devinant qu'était venue l'heure de sa fessée. Je le frappai sur les revers de la main. La fessée est ainsi alors plus sonore et plus bandante. Voir ce cul rougir, ça m'a fait triquer. Je lui ai mis un doigt dans le fion et j'ai repris ma correction, lui claquant les fesses de plus en plus fort.

Je savais que Francis ne résisterait pas très longtemps à ce traitement de faveur ! Je le laissai à genoux et j'allai m'asseoir au fond de la pièce. Il s'est alors traîné jusqu'à moi, et a commencé à me lécher les bottes. Il y avait un fouet près de moi, mais je n'avais plus envie de m'en servir.  Je voulais voir Francis s'enfiler un gode de bonne taille et éjaculer à mes pieds. Je lui ai expliqué mes désirs et immédiatement il s'est exécuté comme un petit chien ! Il a pris le plus gros gode et l'a enfilé sans même mettre un peu de lubrifiant, tout en se branlant avec frénésie.
Enfin, j'ai décidé de jouer du fouet pour l'exciter un peu plus. L'effet n'a pas tardé. Il s'est collé à moi et, quelques secondes plus tard, il a déversé son foutre chaud sur mes bottes de motard.
Cela méritait une correction et il savait quel était l'usage. Je l'obligeai à me lécher les bottes et il s'exécuta avec plaisir.

En guise de récompense, il eut droit à une bonne fessée. Et comme j'étais en veine de gentillesse, il a eu, en plus, le droit de me sucer la queue. Je le savais expert en la matière et une fois de plus il ne m'a pas déçu. Un bon élève...

Histoire extraite de MARCUS #2, 1990.

etienne02

etienne02500@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.