Best Of Cyrillo

Page précédente

Gaël

Une fin d'après midi, je devais aller déposer un colis chez un artisan de mon bled.
Je rentre dans l'atelier et tombe sur Gaël, son employé. Le patron n'est pas là ce soir et Gaël est seul.

Gaël est bien foutu : 26 ans, 1m80, sportif, assez musclé, de grosses mains, une belle gueule avec des lunettes qui lui donnent un air intello, malgré qu'il soit ouvrier. J'apprécie particulièrement ce genre de look.

Gaël me tend la main, je la serre bien fort, il a une poigne de mec viril.
Je laisse le colis à Gaël, et lui demande si je peux aller pisser.
Il me guide jusqu'aux toilettes : de simples urinoirs côte à côte que rien ne sépare.
Je m'installe au premier urinoir, déballe ma bite et commence à pisser.
À ma surprise, Gaël a aussi envie de pisser, il se place à côté de moi, déboutonne son bleu de travail, sort sa bite et pisse à son tour.

Vu la disposition des pissotières, même sans le faire exprès, je ne peux pas m'empêcher de voir la queue de Gaël entre ses mains.
J'imaginais déjà sa bite en rêve, mais là je la vois en réel : Gaël a une super belle bite bien épaisse, qu'il tient entre ses gros doigts, son gland dépasse largement de ses mains, elle mesure facilement une douzaine de centimètres. Je me régale de ce spectacle.

Je continue à pisser en matant discrètement la belle teub de Gaël, d'ailleurs lu aussi peut voir ma bite mais ça n'a pas l'air de l'intéresser spécialement.
Moi je suis de plus en plus excité, je termine de pisser mais ma queue commence à bandouiller. Je veux la secouer pour la remballer, mais je sens mon érection monter de plus en plus fort et elle devient complètement raide. Je ne peux plus la remballer.
Gaël termine de pisser, secoue sa queue fermement et jette un coup d'oeil vers moi, il aperçoit ma queue raide.
— Dis donc, t'as un problème, on dirait ?
— Ouais, désolé, je sais pas ce qui m'arrive, je ne peux pas me retenir.
— C'est moi qui te fais cet effet, me demande-t-il ?
— Euhh, non, non, lui dis-je gêné.
— T'as quand même maté ma bite, non ?
— Ouais, mais bon...
Gaël mate ma bite raide, 17x6 toute droite et me dit :
— Pas mal, mais la mienne est plus grosse, mec
— Ah, c'est vrai ?

Je suis un peu moins gêné, je mate franchement sa bite encore molle qui pend entre ses mains.
Gaël se caresse lentement et je vois sa queue commencer à grossir, elle prend des proportions de plus en plus intéressantes, mais reste encore molle.
Ça m'excite à mourir et je bande comme un taureau devant Gaël, qui lui a un peu de mal à bander.

Il étire sa bite et caresse son gland épais qui rougit. Elle commence enfin à raidir, le gland se décalotte, Gaël tapote sa queue sur sa cuisse. Hummm, il a réussi à la faire se dresser, et elle présente bien. Gaël a raison, ça bite a des proportions très avantageuses : un bon 21 cm * 7.
Je me sens un peu petit à côté de lui.
— T'as raison Gaël, t'as vraiment une belle queue Gaël se branle doucement en gémissant, il est fier de son braquemart et il a de quoi.

Je crois savoir que Gaël est hétéro, mais je suis tellement cho je que lui demande si peux caresser ça bite.
Gaël n'est pas trop emballé au début, mais j'approche ma main et commence à caresser sa queue.
Gaël ne dit rien. C'est tripant de tenir sa bite dans ma main, elle est épaisse et bien raide. Je la branle doucement.
Gaël se laisse faire et ferme les yeux.
J'en profite pour m'agenouiller, je commence par lui lécher le gland, puis l'enfiler dans ma bouche et je me mets à sucer sa queue.
Je sens Gaël gémir doucement, son corps musclé se raidit et sa queue prend encore plus d'ampleur.
Je l'astique de plus en plus avec ma bouche, tout en branlant sa tige et en lui malaxant ses grosses couilles.
Gaël commence à prendre de plus en plus de plaisir, il me prend par la nuque et dirige ma tête pour le sucer de plus en plus profondément.
Y a pas à dire, Gaël est un mec puissant, viril. Je ne le connaissais pas vraiment auparavant, mais j'ai déjà fantasmé sur lui en me branlant.

Là, ça se produit en réel, et je lui prodige une pipe que jamais une fille n'a du lui faire avant.
J'ai envie d'enfiler sa bite, et lui demande si ça le branche.
Il est tellement cho qu' il n'a plus de tabou, je me retourne, il me plaque contre le mur, je le sens diriger sa queue entre mes fesses et chercher ma rondelle, son gland appuie fermement dessus, j'écarte les fesses, il a un peu de mal à me pénétrer avec sa grosse queue, il y va progressivement, puis me lime de plus en plus vite.
Gaël est collé contre moi, je sens son excitation monter dans tout son corps musclé, jusqu'au bout de sa bite. Je gémis comme un animal, j'ai jamais connu ça.
Gaël donne des à coups de plus en plus violents, j'ai l'impression qu'il va m'exploser le cul, je sens sa sève monter dans sa bite puis d'un coup il retire ça bite et me gicle 5 ou 6 sur le haut du dos son sperme liquide.

Grandiose, je me retourne et vois Gaël en train de branler doucement sa queue toute rouge, pour extraire les dernières gouttes de jus.
Je me branle et éjacule immédiatement.
Putain c'était vraiment super, Gaël a bien apprécié.
Depuis il passe de temps en temps à mon appart, et on remet ça.

Gaetan

olivio@free.fr

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.