Page précédente

le gang bang.

Antoine (voir « mon ouvrier ») a enfin réussi a me convaincre de le suivre dans sa collocation pour réaliser l’un de me fantasmes : le gang bang.

En fait de colocation, il s’agit d’une maison vigneronne avec le domaine qui va avec et qui est toujours en exploitation.

En plus d’Antoine, il y a là 4 mecs bien baraqués dont trois travaillent à l’exploitation du domaine et le quatrième avec Antoine sur les chantiers. Il ont tous la quarantaine mais leur travail physique donne de meilleurs résultats qu’un fitness ou programme de mise en forme : les muscles sont bien dessinés sans être surdimensionnés et ils dégagent une certaine animalité qui n’est pas pour me déplaire.

Nous commençons par prendre un verre dans le grand salon ; la discussion dévie rapidement sur ma rencontre avec Antoine et les expériences vécues ensemble, en insistant particulièrement sur la capacité de mon cul à encaisser sa bite démesurée ; ce qui m’a particulièrement plu ou déplu dans le gang bang auquel j’ai assisté sur le chantier, sur mes fantasmes dans le domaine que je souhaite mettre en pratique aujourd’hui et sur mes tabous.
Puis Antoine propose de passer dans le jardin clos pour profiter du beau temps et de la piscine et ce qui nous oblige à nous dénuder. A la remarque que je n’ai pas de maillot de bain, Antoine réplique que je n’en ai pas besoin car je ne suis pas le seul…

Je tremble un peu à me dénuder entièrement aussi vite. Antoine le remarque et annonce que chacun retirera à tour de rôle un vêtement à un des autres participants afin de prendre le temps pour faire connaissance de nos corps respectifs. Je suis prié de commencer. Je choisi de retirer le t-shirt à celui dont je ne connais que la queue pour l’avoir vue sur le chantier afin de vérifier que son torse à la même construction : peu en longueur, mais d’une largeur conséquente, une fois le vêtement ôté, je ne suis pas déçu et la pilosité soigneusement taillée qui le recouvre me donne envie de le lécher immédiatement, mais je me retiens.
Une fois tous nus, nous nous plongeons avec délice dans l’eau fraiche. S’il est vrai qu’Antoine à la plus grande queue, tous sont plus que bien dotés par la nature – ma rondelle n’a qu’à bien se tenir.
Après quelques temps les jeux de gamins laissent la place à des attouchements de plus en plus sexuels et d’un coup, je me retrouve avec une première queue dans la bouche. Une main sur ma tête me guide afin que je prenne une plus grande partie du sexe qui me remplis la bouche. La première queue est remplacée par une autre et ainsi de suite. Brusquement je suis soulevé et sorti de l’eau et je me retrouve dans les bras d’Antoine qui me porte à l’intérieur dans une pièce qui doit être leur baisodrome : plusieurs grands lits, des miroirs, un sol recouvert de cuir. Je n’ai pas le temps d’en découvrir plus avant de retrouver deux queues à sucer devant moi. Je sens une langue sur ma rondelle en alternance avec un puis deux doigts ; ma queue subit une fellation experte et je suis sur le point de jouir, ce que je dis. Antoine me prend alors d’une seule traite et je jouis au moment ou sa queue est entièrement en moi.

reprendre mes esprits avant de commencer ses vas et viens en moi. Les queues ne cessent de changer devant moi puis Antoine se retire, immédiatement remplacer par un des ses camarades. Après avoir goûté plus d’une fois toutes les queues, tant avec ma bouche qu’avec mon cul, je ressens une certaine fatigue bien que je sois excité en permanence. C’est à ce moment qu’Antoine me demande de me coucher sur le dos et que tous ensembles m’aspergent de leur sperme.

Après une douche revigorante un léger en-cas nous attend dans la cuisine. Antoine en profite pour me demander si cela m’a plus et si je me sens prêt à continuer. Répondant positivement au deux questions, nous retournons sur l’un des lits du baisodrome et la partie reprend. Après quelques pénétrations, je sens qu’en plus de la queue qui me pénètre un petit gode cherche a se frayer le passage ; je suis surpris et effrayé à la fois. Antoine me rassure et me dit qu’ils ne veulent que tester mes capacités. Au bout d’un certain temps, le gode se retire, la queue change et elle est suivie d’un nouveau gode légèrement plus grand.
J’ai à nouveau jouis plus d’une fois depuis la reprise que je sens que le gode est remplacé par une queue.

Cette double pénétration, bien que bien préparée, est douloureuse – mes cris sont assourdis par la queue qui se fraye en passage en direction de ma gorge. Les queues changent jusqu’au moment ou Antoine et l’autre ouvrier se trouvent dans mon cul en même temps : j’ai les deux queues avec le diamètre le plus épais dans ma rondelle – la douleur et la jouissance me tétanisent… je viens de réaliser plus que mon fantasme : un gang bang et une double pénétration.

Puis Antoine annonce que cela suffit pour aujourd’hui. Nous nous séparons et il me porte dans un bain puis dans son lit où il me masse avec du lait corporel et passe un baume apaisant sur ma rondelle en me félicitant pour ma « prestation » du jour. Il me dit que si je le souhaite, je peux rester avec eu et partager la maison car il reste une place de libre suite au départ d’un autre. Les conditions sont de participer à l’entretien de la maison et à cuisiner pour le groupe entier et que si je le souhaite, je peux travailler à temps partiel pour l’exploitation en m’occupant de toute la partie administrative et de la vente directe.

Il m’averti que si c’est le cas, je serais à la libre disposition de tous les membres du groupe et que les activités sexuelles ne se limiterai pas à celles du jour, certains appréciant les jeux de domination ou le bondage ; quant à ma rondelle, elle devra se préparer à recevoir le poing de l’un ou de l’autre en fonction des envies.
Je lui demande un temps de réflexion puis accepte cette offre, quitte mon boulot et trouve un peu de télétravail pour compléter mon revenu de l’exploitation.

Depuis, je suis comblé par cinq hommes endurants, même si certains jour je préfèrerai avoir un peu de repos.

Chris Jean

chris_1974@infomaniak.ch

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.