Page précédente

Gore

Je viens de faire une séance de muscul terrible.
J'ai travaillé les cuisses. 140 kg au squats en série de 5. Putain j'ai les cuisses brûlantes et dures comme de l'acier.

J'ai été sous la douche et un pote m'a laver. Il a passé ses mains pleines de savon liquide sur mes épaules globuleuses et sur mes pecs saillants, il a passé ses mains sous mes bras et tâté mes biceps au passage. Il est descendu le long de mon torse, frôlant mes abdos et dirigeant ses intentions sur mon pubis rasé. Il s'est attardé sur la naissance de ma tige au repos, il l'a malaxé avec une infinie douceur et à triturer mes couilles pleines d'envie avec dextérité. . J'ai écarté mes cuisses ciselées et lui ai laissé passer sa main dans ma marge anale. Mon trou du cul s'est ouvert au passage de ses doigts experts. Il en a glissé deux dans mes tripailles chaudes.

Je me pinçais doucement les tétons pendant qu'il me fouillait le fion  avec sa main pleine de savon et de désirs inavouables. Je sentais ma colonne de viande se durcir par à-coup. Quand elle a été complètement dressée, un gars que je ne connais pas est entré dans les douches. Il a mâté un moment en se douchant, débarrassant son corps musclé de la sueur. Puis il s'est approché de nous, il tendu sa main droite vers mon visage et j'ai ouvert la bouche, il y a mis trois doigts. De la main gauche il s'est mis à caresser mon torse bardé de muscles puissants.

Je frissonnais sous ses attouchements virils. Je gémissais de plaisir, sentant ma sève bouillonné dans mes burnes gonflées. Je voulais une pine dans mon cul et une autre dans ma bouche. Je n'ai pas eu besoin de demander. J'ai eu ce que je voulais. Ils me ramonaient copieusement alors qu'un autre garçon se masturbait devant nous, la bouche ouverte comme si il avait ma queue raide dedans. Il passa sa langue sur ses lèvres et j'ai eu envie de mettre la mienne dans son orifice buccal. Je léchais ses dents et sa bave me coulait sur le menton pendant que la bite d'un gars me pistonnait le fondement et que le chibre de l'autre me tapait les couilles par en dessous.

J'avais envie que tout le monde me regarde et m'admire pendant que je me faisais piner par ces mecs aux allures de voyous patentés. J’en voulais plus, je voulais qu'un de ces mecs me pisse dessus. Je me suis allongé sur le carrelage et j'ai ouvert ma bouche, le plus grand des trois a compris ce que je voulais, il s'est vidé la vessie sur moi et j'ai bu de son urine délicieuse. Les autres se branlaient furieusement devant ce spectacle.  Le plus petit s'est accroupi sur mon visage et je commençais à lui lécher le trou du cul. Il n’avait pas un poil et sa rosette était délicieusement douce.

Il grognait de bonheur et il s'est contracté et ma largué un pet tonitruant en pleine gueule. J'ai senti ce vent chaud d'automne sur mon visage. J'avais envie de plus. Il l'a compris et j'ai vu poindre par l'ouverture de son anus, un truc marron qui pointait. Puis-je vous raconter la suite sans risquer d'être censuré ? Non, je ne crois pas.

Alors je ne vous dirais pas comment j'ai accueilli son étron et comment je l'ai dégusté. Je ne vous dirai pas non plus comment le plus grand, en voyant cela, m'a vomi sur la pine. Je ne vous raconterai pas non plus comment l'autre a nettoyé ma queue souillée avec sa langue râpeuse. Je ne vous le dirais pas. Mais par contre je vous dirai comment on s'est laver à l'eau bouillante et comment on est rentré chez moi pour se finir avec du poppers et comment les voisins gueulaient en nous entendant nous pilonner le cul a grands coups de pines. Vers trois heure de l'après midi, on est allé au cinéma pour exciter les vieux dans les WC. On s'est fait sucer et branler une bonne demi douzaine de fois avant de nous rendre au resto pour y  manger du homard.

Et là ! O scandale, j'ai trouvé un cheveu dans la soupe. J’ai fais un scandale. Quelle honte ! Quel manque de propreté ! Quel manque d'hygiène ! J'étais tout offusqué. Alors, pour humilié le patron du resto j'ai sorti ma pine longue et dure, veineuse et turgescente.

Ça l'a humilié car je sais que lui, il en a une toute petite et molle.

Écris-moi pour me dire si je t'ai fait rire.

Pascal

pascalsport@orange.fr

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.