Page précédente

Hétéro

Je suis hétéro, 38 ans et j'ai découvert mon attirance envers les hommes depuis peu. je regarde depuis quelques temps des sites gays sur internet et j'aime imaginer sucer une queue d'un homme mur, enrobé, depuis que j'ai eu ma première expérience avec un homme de 54 ans qui a su me montrer que j'aime être guidé par un mâle et qui m'a fait découvrir mon goût pour la passivité et surtout pour sucer les queues et lécher longuement les rondelles.

Je n'avais que ce fantasme de recommencer ce type d'expérience avec ce type d'homme car les mâles plus jeunes ne m'attirent pas du tout car généralement trop efféminés. Je passe donc des heures à me branler devant des hommes âgés présentant leur queue bien raides soulignées par leurs bourses poilues que j'aimerais bien lécher et gober à souhait.

Ma société m'a envoyé une semaine en formation sur Paris et j'ai réservé un hôtel à 100 mètres du centre de formation. En arrivant le matin, un réceptionniste d'origine d'Afrique du Nord m'a gentiment accueilli. Il a mon âge, habillé très mode, les cheveux gominés, un regard très charmeur et la voix posé, le corps fin et élancé mais pas maigre. Le courant est immédiatement bien passé sans arrière pensée. Il a immédiatement remarqué mon accent du sud et nous avons discuté de mon travail et d'où je venais. Je suis donc reparti pour ma formation. Le soir, après une bonne journée de travail, je suis rentré à l'hôtel pour prendre une douche et me relaxé. Le réceptionniste m'a toujours aussi bien accueilli et nous avons discuté un peu de ma journée. Je refuse poliment un café car je dois me dépêcher avant d'aller manger avec mes collègues de travail.

La soirée se passe très bien ainsi que les autres journée. Je discute systématiquement chaque soir avec Ali et je prends l'habitude de déguster un café avec lui. Durant nos conversations, nous discutons de tout. Le personnage est intéressant et intéressé par ce que je fais et ses projets de création de société. Comme c'est mon métier de base, je lui donne certains conseils.
La fin de la semaine arrive et je quitte l'hôtel non sans prendre un dernier verre et annonçant à Ali que je dois remonter dans moins d'un mois sur Paris et que je compte réserver une chambre dans son hôtel.

Un mois plus tard, quelques branlettes bien arrosées avec le net en mattant des hommes et en discutant avec certains, ma société réserve l'hôtel sur Paris et je remonte en formation. En arrivant à l'hôtel, Ali est toujours là. Il m'accueille avec un large sourire.
« Bonjour, bel homme. Tu reviens en formation ? » Je réponds par l'affirmative et cherche immédiatement dans ses papiers.

A ma grande surprise, pas de réservation de faite et comble de la déception, aucune chambre de libre. Ali est très embarrassé d'autant que la société lui réserve constamment des chambre et que c'est un client important. Après de longues minutes de recherches infructueuses, nous devons nous rendre à l'évidence. La réservation n'a pas été faite et je n'ai pas d'hôtel de réserver pour 3 nuits. Ali, optimiste, appelle donc un hôtel situé un peu plus loin afin de négocier la chambre. Il arrange tout, m'indique le chemin et tout en s'excusant une fois de plus m'invite à repasser quand même le soir même pour prendre un verre au bar de l'hôtel. Je prends cette expérience avec humour ce qui le fait rire et nous nous quittons car ma formation commence dans quelques minutes.

Le soir, après avoir posé mes affaires à l'hôtel et après avoir mangé avec mes collègues, vers minuit, je passe devant l'hôtel. Ali est présent à son poste à surfer sur le net car le monde est rare et tous les clients sont déjà couchés. Je rentre donc à l'accueil et nous installons dans les fauteuils pour boire un verre. Nous discutons ainsi une heure et demi et Ali me complimente sur mon costume, mes boutons de manchette et ma cravate en disant qu'il est rare qu'un homme de mon âge aime les manchettes.  Nous discutons de ses projets puis nous en venons, l'alcool aidant, à parler de mes orientations sexuelles car il est bi. Je lui raconte donc mon attirance pour les hommes murs et Ali me raconte également son histoire. Tout ceci est assez excitant mais je n'ai à ce moment là aucun arrière pensée envers lui. Nous ne nous connaissons pas, et je suis libre de lui raconter mes envies sans craindre que quiconque dans mon entourage proche le sache.

Vers 1h30 du matin, je lui annonce qu'il est temps que je parte. A ce moment là, Ali me retiens par le bras doucement et me dit : « il faut quand même que je te dise que ta chemise est mal placée dans ton pantalon et qu'elle baille devant. C'est dommage pour un homme aussi coquet. » « Que veux-tu que j'y fasse, c'est toujours comme ça. » je lui réponds.
« Viens, je vais te montrer, si cela ne te dérange pas. » me dit Ali en m'emmenant à l'arrière de l'accueil dans ce qui doit être sa chambre de garde. Je le suis jusqu'aux toilettes où il y a la seul glace et me place devant elle en me montrant ma chemise qui, effectivement, baille, détail qui me gêne personnellement depuis longtemps mais sur lequel je ne me suis pas franchement attardé.
Avec tact, Ali me demande s'il peut dégrafer mon pantalon afin de me montrer. Je me laisse faire dans cette pièce exiguë et Ali détache ma ceinture, dégrafe mon bouton et fais descendre la braguette pour ouvrir le pans de mon pantalon et mettre à jour mon slip blanc. Après avoir retiré le bas de ma chemise. Il fait attention à ne pas me gêner et cela me fait rire.
« Ne sois pas gêné et montre-moi ce que tu veux me montrer. Cela ira plus vite. » je lui dis sur le ton de l'humour.
« bon, tu dois mettre ta chemise dans ton slip et remonter ton sexe à la verticale. » m'annonce-t-il.
Je baisse mon pantalon pour m'exécuter. Pour mettre ma chemise dans le slip, je baisse ce dernier un petit peu et Ali remarque que je suis épilé du pubis.
« Tu t'épiles. J'aime beaucoup chez un homme surtout avec une peau aussi blanche que la tienne. » me déclare Ali avec envie.
« depuis qu'un homme me l'a demandé, je le fais toutes les semaines avec de la crème dépilatoire parce que sinon, ma peau est trop sensible et cela me provoque des boutons. Mais j'aime bien me caresser là et sentir ma peau lisse. C'est certainement mon côté féminin. » Je mets donc ma chemise dans le slip, je prends mon sexe du bout des doigts car je suis un peu timide de le faire devant un homme même si je ne veux pas le reconnaître et je mets ma queue maladroitement à la verticale. L'effet n'est pas super et Ali s'en aperçois.
« Bonn je te montre sur moi. » me dit-il en dégrafant son jean et en me montrant son shorty et sa chemise mise dedans. Il écarte son sous-vêtement pour me montrer sa chemise et je découvre son sexe à la verticale, brun, épais, sans prépuce et avec un pubis peu poilu mais dont les poils sont très frisés. Je reste en admiration devant cette queue inerte mais très belle qui tout à coup me fait envie. Sans s'arrêter, Ali, tout en s'excusant poliment, m'écarte le slip et prend ma queue pour la mettre bien droite entre les deux pans de ma chemise. Je ne me sens pas gêné et je laisse faire l'expert qui replace le paquet correctement.

« Tu as une peau extrêmement douce et j'aime bien ta queue. Elle doit être bien grosse en érection. » « c'est ce que les filles me disent en général mais je la trouve normale. Ni trop longue, ni trop épaisse. » « Mais bien proportionnée. » rétorque Ali en rigolant.
« par contre, la tienne est très joli et surtout bien épaisse. » Sans savoir pourquoi, j'écarte doucement son shorty afin de contempler l'objet et une excitation commence à monter avec le fantasme d'avoir cet engin qui grossit dans ma bouche. Ali prends son shorty et le descend un peu afin que je découvre son sexe plus en détail. Il est épais, brun, un gland un peu gros, très bien proportionné tenu par 2 petites bourses remontées que je trouve très excitantes.

« Arrête de me présenter ta queue, cela me donne des envies. Je te la sucerais bien. » Je déclare cela sans réfléchir et je me rends compte après coup de ce que je viens de dire. Mais l'excitation est là, dans cette petite pièce dans laquelle nos 2 queues sont présentées.
« Si tu veux me sucer, tu peux. Ne t'inquiète pas, j'ai fait le test HIV et je suis négatif. » Ali m'enlève la veste et déboutonne ma chemise tout en frottant sa queue contre ma jambe. Je suis dans un état second et je me laisse faire. D'un geste avec les pieds, j'enlève mes chaussures et mon pantalons tombe à mes pieds. Ali prend doucement mon slip et le descend à mi cuisse pour le laisser  également tomber à me cheville. En l'espace de quelques secondes, je suis nu devant lui et j'aime cette impression. A son tour, Ali se déshabille et me présente l'engin qui est courbé vers le bas en début d'excitation.
Je me mets immédiatement à genoux, sa queue est devant mes yeux et je peux découvrir les détail de son gland qui m'excite déjà à l'idée de l'avoir en bouche. Ali ne bouge pas et je gobe sa queue au quart sentant immédiatement le gland grossir. Son sexe a le goût du savon. Il est propre et cela m'engage à l'avaler un peu plus. Son sexe me prend toute la bouche. C'est la première fois que j'ai une queue aussi grosse à sucer et je tente de l'avaler le plus possible. Je commence des vas et viens réguliers afin de lubrifier le pieu qui entre de plus en plus profondément en moi. Ali se tend, il savoure, me prend la tête à 2 mains et m'imprime un mouvement pour me montrer comment il prend son plaisir avec ma bouche. Plus cela va et plus il m'empale la tête sur son peu qui est désormais très dur et qui m'envahit la bouche. Ali devient plus frénétique et respire lourdement. Il me presse la tête vers son bas ventre et sa queue vient choquer le fond la bouche alors que je n'ai que les 3 quarts de son membre en moi. J'ouvre plus la bouche afin de mieux le prendre et Ali gémit.

« oui, vas-y. Continuer de me sucer comme ça.  Avale-là tout entière. » Ali me prend la tête avec plus d'insistance et me force à l'avaler de plus en plus profondément. J'en viens presque à m'étouffer mais j'aime son attitude de mâle qui profite de ma bouche et m'oblige à lui donner du plaisir sans que je puisse faire autrement. Je me détend un peu afin d'accueillir le sceptre et Ali me pilonne fermement mais doucement la bouche jusqu'à ce que son membre soit finalement presque totalement en moi et que je touche du nez son bas ventre. Je savoure ma soumission à un tel sexe si beau.

« Tu sais faire les gorges profondes. Tu aime ça en plus. Mmmmh, tu as vraiment une bouche de suceuse et tu aimes être une bonne femelle. » me dit-il avec jubilation et en insistant encore plus pour m'enfoncer sa queue. Ali prend mes cheveux en même temps que ma tête et accélère le rythme. J'ai du mal à respirer et je sens son gland énorme qui me défonce le fond de la bouche au point de ma faire baver et de sentir un filet qui coule sur mes genoux.

Puis Ali sort sa queue, me regarde avec une envie un peu vicieuse. « J'ai envie de te prendre. Viens me sucer sur le lit d'abord. » Il se met sur le lit, jambe plier, genoux vers le haut, le dos appuyé contre le mur. Je m'installe immédiatement entre ses jambes non sans regarder son cul fait de 2 petit fesses bien fermes qui me découvrent une rondelle brune. J'ai l'envie soudaine de la lui lécher et je me jette dessus à la plus grande surprise d'Ali qui lève les jambes afin de savourer ma délicate attention. Je passe ma langue entre ses fesses et je remonte vers le trésor tant convoité que je lèche avec insistance pour bien sentir ses replis et enfonce ma langue dans cet orifice qui m'excite.

Ali a l'air gêné et je comprends la raison lorsque j'enfonce ma langue et qu'un goût âcre remonte dans ma bouche. Mais au contraire, cela m'excite de savoir que je lui nettoie le cul et qu'après mon passage appliqué, Ali aura une rondelle toute propre, lisse et massée par mes soins. Voyant que je ne dis rien mais que j'insiste encore plus pour glisser ma langue dans son trou, il lève un peu plus les jambes et les écarte le plus possible avec ses mains, me permettant ainsi de planter ma langue avide qui lape la rondelle qui se détend sous mon massage. Sa raie est bien humide et je me régale dans état second. Je lèche à grand coups avant d'enfoncer ma langue dans cet orifice chaud et dilaté.

« Oh oui, tu aimes ça aussi. Tu es vraiment une vraie salope en fait. Lèche moi bien le cul. » me dit Ali tout en se masturbant. Durant de longues minutes, je m'attarde sur sa rondelle maintenant bien lubrifiée et détendue, ce qui me permet d'enfoncer un peu plus ma langue dans cet orifice si chaud que je nettoie à chaque fois un peu plus.
Puis Ali décide que ce plaisir est suffisant. Il s'allonge de tout son long sur le lit et me présente sa queue raide, longue et épaisse.

« Viens sur moi. » m'ordonne-t-il avec une excitation insistante.
Je passe au dessus de lui et il me saisit les couille fermement.
« Empale-toi sur ma queue comme une bonne femelle. » Tout en me disant cela, il crache dans sa main, passe entre mes jambes. Je me relève, tends le cul instinctivement et Ali me passe sa main sur la rondelle qu'il masse avec insistance.
« Tu as un petit trou bien étroit. Un petit trou de femmelette que je vais élargir avec ma queue. » Et il m'enfonce vivement un doigt, me tirant un petit cri de surprise.

« Tais-toi, ne dis rien. Il peut y avoir des clients à l'accueil. » me déclare Ali avec autorité.
Et il m'enfonce un second doigts aussi vivement que le premier. Je me retiens cette fois-ci mais difficilement.

Puis Ali pèse de ses bras sur mes anches et me dirige doucement vers sa queue tendue qu'il place ensuite sur mon orifice avant d'appuyer pour que je descende sur son membre qui vient taper à la porte de mon intimité. Obéissant à son injonction, je descend sur sa queue dont le gland après avoir forcé la porte, s'introduit soudainement en moi. Je le sens qui m'ouvre le trou étroit mais à ma grande surprise j'aime cette sensation d'être pris et d'appartenir à un mâle par sa queue. Je m'assoie un peu plus sur son pieu qui pénètre et m'écarte un peu plus la rondelle jusqu'au moment où cela commence à tiré par manque de lubrifiant. Ali insiste. Je remonte un petit peu pour mieux redescendre et sentir à nouveau mon cul qui se fait déflorer jusqu'à ce que cela devienne difficile d'en prendre plus.

A bout de quelques va et vient, Ali me prend par la taille et me soulève. Il me met de côté et prend un tube qui se trouve sur une table à côté de lui.
« Tourne toi que je te mette du gel. » me dit-il en me prenant une fesse et à me faisant tourner. Je m'exécute en me retrouve à quatre pattes, le cul dirigé vers la tête d'Ali, mon intimité bien présentée et à sa merci. La sensation d'être totalement découvert et offert au bon vouloir d'un homme que j'excite me plaît et je baisse mon buste pour mieux présenter mon intimité. Je sens alors le froid du gel couler entre mes fesses en même temps qu'un ou plusieurs doigts me fouillent le ventre. C'est doux, cela glisse facilement et Ali semble y prendre un grand plaisir.
« descends du lit et écarte les jambes en te penchant sur le lit. Je vais te prendre bien à fond. Tu as un cul de femelle que j'ai envie de bourrer. Je suis certain que tu vas aimer ça. » Je me mets immédiatement en position, fesses levées et bien écartées, attendant la sentence et le bon vouloir du mâle qui me possède désormais. Je suis impatient de sentir cette queue qui m'excite. Je la sens d'ailleurs se frotter entre mes fesses et prendre les reste de gel qui n'a pas été introduit dans mon anus. Elle est chaude. Tout à coup, Ali me pénètre doucement mais fermement et rentre en moi totalement jusqu'à cogner au fond de mon ventre. Il gémit de plaisir lorsque son ventre viens se colle à mon cul. Je sens que mon trou est bien ouvert par la queue épaisse que j'ai avalée sans douleur. Puis Ali commence des vas et viens qui deviennent de plus en plus frénétiques et entreprenant. Il me prend alors par les anches afin de mieux me baiser le cul. Je gémis un petit peu à chaque fois qu'il m'enfourne sa queue tout au fond. Ali me fesse immédiatement et m'intime l'ordre de ma taire. Je mets la tête dans les draps et j'étouffe mes gémissements pour le contenter.

« Qu'est-ce que tu es bonne. Une vraie salope qui aime prendre ma queue. » Et Ali accélère. Je bouge au gré de ses coups de butoir dans mon cul. Je suis à lui, je suis sa femelle et j'aime ressentir ça. Je sens bien sa queue encerclée par ma rondelle et pour lui donner encore plus de plaisir, je serre autant que possible mon trou. Il apprécie mon initiative et accélère encore me défonçant maintenant sans retenue. Son sexe cogne mon ventre et je ressens un mélange de douleur et de plaisir intense. Ali souffle de plus en plus et je sens qu'il va jouir. Je suis en train de faire jouir un homme avec mon cul qu'il utilise. La sensation est délicieuse.
Ali, tout à coup, se tend et m'enfonce son pieu épais au fond de mon cul et je sens des soubresauts de sa queue qui se déverse totalement en moi.
« Maintenant, tu es à moi. Tu es ma salope et tu sais ce qu'il t'attend chaque fois que tu viendra dans cet hôtel. C'est bon un petit cul blanc de salope. » me dit Ali penché sur moi et laissant sa queue terminer ses spasmes en moi. Il reste alors quelques minutes en moi jusqu'à ce qu'il se calme et se retire sans ménagement. Mon cul est déchiré. Je le sens défloré, la rondelle ouverte qui a du mal à se refermée.
« Viens me nettoyer la queue. » m'ordonne Ali dans un souffle et à me tirant par les cheveux pour me mettre à genoux. Je me retrouve la tête devant sa queue humide de son sperme, de mon cul et du gel. Toujours en me tenant la tête par les cheveux, il me dirige vers sa queue que je gobe sans réfléchir. Aussitôt j'ai le goût de son sperme acide mélangé à celui de mon cul et du gel.

« Suce-moi bien à fond et lave moi bien la queue comme une bonne salope. » Ali m'enfonce sa queue et commence des vas et viens dans ma bouche afin que je le nettoie bien. Je prends tout le sperme qui reste et avale tout. J'aime cette sensation de possession et je me laisse guider pendant que je me fais pilonner une fois de plus la bouche par une queue qui mollit mais qui est toujours aussi épaisse. Lorsque Ali juge que c'est suffisant, il enlève sa queue et me relève par les cheveux pour m'embrasser et fourrer sa langue bien au fond de sa bouche. Tout à s'occupant de ma langue, il descend ses mains vers mes fesses qu'il écarte afin d'enfoncer un doigt dans mon cul. Il fouille sans ménagement mon intimité qui lui appartient avant de me relâcher et de porter les doigts qui m'ont fouillé, à ma bouche.
« Regarde ce que tu as pris dans le cul et lave mes doigts. » Ses doigts sont plein de sperme et de traces de mon cul. Il les fourre dans ma bouche et me regarde en souriant les lui nettoyer pendant que je sens qu'un filet humide coule entre mes jambes.
« Tu vas mettre ton slip de femmelette sans t'essuyer. Comme ça tu sauras ce que c'est de m'appartenir en rentrant à l'hôtel. » Et Ali m'embrasse à nouveau en me malaxant les couilles.
« Tu n'as même pas bandé. C'est le signe que tu es une vraie bonne salope et que ton sexe avec moi c'est la chatte que je viens de déflorer. J'adore comme tu es et comme tu aimes te faire prendre. J'espère que nous aurons l'occasion de recommencer souvent. »

Après avoir pris un dernier verre, j'annonce à Ali que je dois partir parce qu'il est tard. Je lis dans son regard qu'il regrette cette séparation. Avant de me laisser partir, il m'embrasse une dernière fois non sans me mettre la main au cul et enfoncer mes vêtement dans mon trou inondé de son foutre afin que mon slip soit imprégné de sa semence. Je quitte Ali, le cul dilaté qui palpite encore de cette nouvelle expérience, totalement excité au point qu'arrivé à l'hôtel, je me branle longuement en me doigtant le cul. Je suis vraiment en chaleur avec l'envie de me faire prendre encore et encore par un mâle digne de ce nom. Après avoir longuement éjaculé tant je suis excité, je m'endors le cul tout ouvert et suintant du foutre d'Ali qui est encore en moi... Vivement ma prochaine venue sur Paris...

Alsa

alsa2008@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.