Best Of Cyrillo

Page précédente

Initiation d'un homme marié

Je suis un homme marié de 32 ans et j'aime beaucoup les femmes mais suis fidèle à mon épouse. Reste que d'un point de vue purement sexuel, l'idée d'avoir un rapport avec un homme m'a toujours excité.
Je me branle souvent en pensant à une belle queue que je pourrais branler et sucer. Rien ne m'excite plus que de m'imaginer en train de me faire prendre par derrière par un beau mec imberbe et musclé.
L'idée d'une initiation un peu sous « domination soft » m'attire tout particulièrement.

J'avais donc laissé un petite annonce explicite sur un site internet gay ou j'expliquais ma recherche en me décrivant, étant plutôt pas mal physiquement : 1,90 m, mince, 80 Kg bonne queue pas très longue mais assez épaisse (17 x 5).
Au bout de quelques jours j'eu la réponse d'un garçon de 27 ans qui me disait qu'il était très attiré par les hommes mariés et qu'il me proposait de le rencontrer si je voulais. Il m'envoyait sa photo torse nu ou je pu voir un garçon mignon, mince et semblant imberbe, ce que qui correspondait assez à ce que je recherchais.

Je lui répondis et progressivement le courant semblant passer assez bien je décidais de le rencontrer.
Mon excitation était très forte, je me posais beaucoup de questions sur moi et le déroulement de cette rencontre.
Le jour arriva et je me rendis chez lui à Paris. J'arrive devant son immeuble et puis sa porte, mon coeur bât la chamade comme pour un premier rendez-vous.
Il ouvre la porte et nous nous disons bonjour, en nous serrant la main. Lui, très calme me demande si j'ai fait bonne route et me propose un verre. Je prends un whisky pour me détendre, j'en ai bien besoin !
La discussion revient bien vite sur le sexe et je lui explique que même si je n'ai jamais réellement été attiré physiquement par un garçon, je suis très excité quand je vois la queue d'un beau mec et que je pense que j'aimerai en goûter une.
Entre temps, il s'était rapproché et assis à coté de moi et me posait la main sur la cuisse, je bandais déjà à fond.
Sa main remontait vers ma braguette qu'il n'ouvra pas mais qu'il massa un peu, sentant mon sexe qui était déjà bien dur. Sa main remonta vers ma chemise qu'il ouvra pour me caresser et me pincer les seins, c'était si nouveau pour moi, me faire caresser par un homme, je commençais déjà à perdre un peu les pédales et me laissais faire.
Sa bouche redescendit vers le bas et il ouvrit doucement ma braguette, enleva mon pantalon puis fit jaillir mon sexe de mon slip. J'étais vraiment dur et mon gland bien proéminent virait au rouge. Alors, doucement il se mit à me masturber en laissant un peu de salive sur mon gland. Sa bouche s'approcha et il embrassa mon gland, si gros. Ses lèvres l'entourèrent et il commença un va et vient autour de ma queue. C'était si bon et voir ma queue rentrer et sortir de sa bouche m'excitait au plus haut point.

Mais vinrent vite des sensations nouvelles pour moi. Au cours de ses va et vient, il massait mes couilles de sa main droite mais sa main gauche descendit vers mes fesses, qu'il massa tout d'abord. Puis il s'insinua entre les deux et commença à titiller mon petit trou. Quel délice !
Perdant les pédales, je commençais à onduler du bassin pour lui montrer combien j'appréciais. Il s'arrêta de me sucer, ce qui fut une bonne initiative, n'étant pas loin de gicler.
Il se concentra sur mon cul qu'il léchait maintenant doucement en tentant des petites incursions avec sa langue. J'étais maintenant couché, nu, les jambes en l'air, lui encore habillé m'explorant le cul : j'étais son objet.
Au bout d'un moment de pur plaisir, il s'arrêta et me dit qu'il fallait que je le suce.
Un peu surprit par un tel ordre, mais en fait tellement excité, je me mis à genoux devant lui et défit rapidement son pantalon, le fit descendre ainsi que son slip. A ma grande surprise, il ne bandait pas encore complètement. Me prenant tendrement la tête avec sa main, il me guida vers son sexe, en demandant de l'embrasser. Il était pratiquement rasé et j'avais en effet bien envie de goûter ce sexe si beau.
Ce que je fis assez maladroitement au départ. Il me donnait donc des instructions : « lèche-le », « prends-le dans ta bouche ». Commençant à prendre le pli j'accélérais la vitesse de mes va et vient, sentant sa queue grossir dans ma bouche. Je n'étais plus moi-même, je faisait ses mouvements par pur plaisir, lui en prenait apparemment aussi, il commençait à râler mais laissait sa main derrière ma tête pour me guider. J'entendais ma bouche émettre des bruits de succions si excitants pendant qu'elle se resserrait de plus en plus autour de son membre. D'une main je prenait ma queue et commençait à me branler.

Au bout de plusieurs minutes, il me demanda si je voulais qu'il me prenne. Je lui dis que l'idée m'excitait beaucoup mais que j'avais un peu peur de la douleur. Il me rassura en me disant que son sexe n'était pas trop gros et qu'il y irait doucement. Pendant qu'il prenait une capote, je me mettais à 4 pattes sur le canapé, l'attendant pour ce dépucelage. Sur le coté il y avait la glace du salon, je me voyait maintenant nu, les fesses en arrière et prêt à recevoir ce sexe comme je me l'avais imaginé tant de fois avant pour m'exciter seul.
Il ne se pressa pas et arriva doucement derrière moi. Commençant à me travailler les fesses et mon petit trou avec les doigts. C'était si bon, j'étais sur une autre planète. Mon corps ondulait d'avant en arrière, il n'avait même pas besoin de bouger les doigts.
Il pris sa queue recouverte de la capote et l'approcha de mon trou qu'il venait d'enduire avec du gel. Je sentais se sexe contre moi, mon excitation était à son comble. Il passait sa queue le long de la raie de mes fesses en augmentant la pression. Enfin vint le moment fatidique. Maintenant son sexe dans la main il le guida vers mon trou et accentuant la pression et d'un coup commença à me pénétrer. Cela faisait mal mais le gel facilitait le passage. Il y allait doucement et progressivement, le plaisir reprenait le dessus. Un plaisir étrange et venant de l'intérieur que je ne connaissais pas.
Je fermais les yeux, il s'introduisait de plus en plus en moi au gré de ses va et vient. Je tournais la tête et me vis dans la glace, il lâcha son sexe qui maintenant était bien en moi, il me prit par les hanches et continua à ses vas et vient qui devinrent plus rapides. J'étais pris en levrette comme je le fais souvent à ma femme.
Mes bras reposant sur le dossier du fauteuil ma queue non maintenue, j'agitait au gré des coups de butoirs, je la reprenais bientôt dans ma main pour me branler et décupler mon plaisir.
La tension montait, et je sentais que l'un comme l'autre on n’en aurait pas pour longtemps avant de gicler.
D'un coup, il s'arrête et ressortant de mon cul, me dit : « fais-moi gicler maintenant » : il enlève sa capote, je me mets à genoux devant lui et je prend son sexe dans ma bouche, l'englobant autour de mes lèvres je sens sa chaleur monter en moi. Sentant son explosion proche, il me dit « maintenant ! », et je sors sa queue de ma bouche et la branle avec vigueur, et s'est l'explosion. Son foutre surgit à grands jets, et me submerge le visage et la main, il râle, je continue les mouvements de la main.
Le jet ultime venant, il me demande de relâcher sa queue. La mienne étant toujours aussi dure. Il me dit de l'attendre cinq minutes, qu'il va chercher à boire. J'étais un peu bête, la bite en l'air et lui débandé. A son retour, il est en peignoir, deux verres à la main, s'assoit prend une gorgée et me dit : « branle-toi comme tu le fais quand tu es seul ». M'étant entre temps assis, je fait face à lui, j'écarte donc les jambes et saisit ma queue à pleine main et l'agite pour quelle reprenne du volume. Il me regarde. Si excité par la situation, je m'assois à califourchon sur l'accoudoir du fauteuil et serre ma queue bien fort et imprimant des va et vient, j'ai la tête en arrière, les yeux fermés, les muscles bandés et je fait des mouvements de bas en haut avec mon corps comme je l'aurai fait pour le chevaucher si sa queue était encore raide. Le regardant au bout d'un moment, je le vis peignoir ouvert, en train de se toucher. Mais mon tour était venu : d'un coup, ayant retardé au maximum l'échéance j'explose et mon foutre jaillit comme jamais.

Bref ce fût une superbe première histoire, qui même si elle n'est encore qu'un fantasme, ne demande qu’à être réalisée au moins en partie.
Si cette histoire t'inspire aussi et que tu désires m'initier tu peux me contacter sur yvan782002@yahoo.fr

Yvan

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo