Best Of Cyrillo

Page précédente

 Hôtel de Lyon .

Je suis à Lyon, je prends une chambre d'hotel. A la réception je signe les papiers d'usage et le garçon frôle ma main en reprenant le document, je le regade, il me sourit. Je lui dit

C'est vous qui servez dans les étages?"
"oui monsieur"
"ok, merci"

je prends ma valise et je monte au troisième. J’entre dans la piaule. Minable comme d'habitude pour ce genre d'hotel. Je pose mes affaire dans un coin, je me fous à poil, mets une serviette autour de mes hanches et ressort pour aller prendre une douche sur l'étage. Y a pas de douche dans les chambres dans ce genre de tôle.

Je longe le couloir, j'observe qu'une porte n'est pas tout à fait fermée. Je ralenti et regarde à l'intérieur. Il y a un mec nu sur son lit, il se paluche doucement, conscient qu'on peut le voir. Je mâte deux secondes, il est bronzé, taille fine, pectoraux bombés et sa queue est moyenne. Il masse lentement pour faire durer le plaisir. Je reprends mon chemin vers la douche. J'entre et fais couler l'eau. Je me lave de toutes les souillures de cette journée.

Je me suis fait enculer deux fois sur l'autoroute entre Paris et Lyon, sur des parkings. Je sens mon trou du cul qui est béant. . Mes couilles sont lourdes, et dejà bien rechargées. Quelles salopes mes couilles ! Elles en veulent encore, ma queue est a moitié dressée entre mes cuisses musclées. Je me savonne. Je me rince et je sors de là. Tout mouillé. Je vais à ma chambre, la porte est ouverte et le gars et là, me regardant marcher dans ce couloir, presque nu. Il a un slip de coton qui laisse entrsevoir que sa pine est raide.

Il me toise avec admiration. Je passe, j'entre dans ma chambre, je ne ferme pas la porte et je me jette sur le lit. J'attends. Va-t-il venir ce porc goulu de queues ? J’écoute espérant entendre ses pas, mais je n'entends que les battements de mon coeurs dans ma poitrine musclée. J'ai envie qu'il entre et qu'il me bouffe la queue et le trou du cul, qu'il me fasse jouir sans rien dire et qu'il se taille avec ma jute dans sa bouche de pute virile. Je ferme les yeux, j'attends. Je suis là, la serviette cachant à peine l'émotion de ma tige dure. Je sens que j'ai envie qu'il me lèche le trou du cul avec sa langue râpeuse.

Soudain j'entends un bruit léger et je sens sa main chaude sur mon pec droit. Il descend en tâtant mes muscles et se baisse pour lécher mon téton gauche. Mes yeux sont fermés, je laisse faire, j'écarte les cuisses pendant qu'il passe ses doigts dans les poils de mon pubis. Il me saisi la pine et se la met dans la bouche.

C'est brûlant. Il me malaxe les burnes. Je pose ma main sur sa tête et je dirige le mouvement de va et vient sur ma pine en rut. J'aime être sucé par un inconnu. Je sens que ma sauce monte et que je vais larguer. Je lui dis:

"je vais jouir"

il pompe encore plus, je décharge dans sa gueule. Il couine comme une femelle. Il s'enfonce ma queue au plus profond de sa gorge, le jus de mon sucre d'orge coule en lui. Il aime et aspire, il en veut encore. Il me fout deux doigts dans le cul et s'active sur ma bite, au bout de deux minutes le volcan recrache une bordée de foutre en plusieurs giclées chaude. J'ouvre les yeux et il me regarde, sa bouche est ouverte est pleine de ma substance liquoreuse. il en bave devant moi et je me précipite sur ma sève pour la manger. J’aime le goût de ma jute mélangée à sa salive.

Je suis un sale vicieux de putain de pd. Le mec, sans rien dire est sorti de ma chambre et je me suis endormi. Ce n'est que quand la chambre était dans la nuit que j'ai été réveillé par une bouche goulue qui me pompait le dard…

C'était le garçon d'étage. Il était nu et me suçait la pine. On a jouit comme des bêtes trois fois en une heure. Il y avait du sperme plein les draps. J'ai dormi dans ce jus collant et odorant et le matin je suis sorti nu de ma chambre pour aller me laver.

Là j'ai croisé un vieux qui m'a suivi et qui m'a regarder me doucher en se branlant son bout tout mou. J'ai joué à l'exhibitionniste, j'aime ça. Ce vieux monsieur  jouit et m'a remercié chaleureusement de m'être laisser observer nu. Il était touchant.

Je vais aller à mon rendez vous et je remonte sur Paris ce soir. Je dormirai sur une aire d'autoroute et je me ferai enculer sauvagement par des loubards en mal de mecs musclés et bien monté.

A plus

Pascal le musclé

lpmuscle7a@aol.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.