Page précédente

Il A 18 ANS !!!

Mon prénom est  TOF et j'ai 40 ans (déjà !)
Depuis plusieurs mois je suis un homo célibataire et déprimé. Je prends des bonnes doses d'apéritif en espérant oublier mon ex (Alex). De plus, le frère d'Alex (Bérang) me rends toujours visite, et leur ressemblance physique m'est difficile à supporter.
Un jour Bérang passe chez moi avec un de ses copains.
On se donne le bonjour, et je ne sais pas pourquoi, la poignée de main de son copain est insistante et sensuelle.

Je suis troublé. Sait-il que je suis homo ?
Je détaillais un petit mec d'un mètre soixante dix, mince, les cheveux blonds bouclés en bataille et une belle gueule de gosse. Il était vêtu d'un survêtement  blanc et d'un pull blanc, les deux trop larges pour lui. Son pantalon de survêt descendait sur ses fesses, laissant apparaître le haut de son boxer moulant. Il s'appel DEAN.
Après avoir était sur le net, et après plusieurs heures de discussion ils repartent.
On se dit au revoir, et là, pareil, Dean me serre la main de façon insistante et caressante.
Deux jours plus tard, la sonnette sonne, le chien aboie, donc je ne comprends pas le nom de mon visiteur à l'interphone, mais j'ouvre.

Et là, qu'elle surprise : Dean venait me rendre visite.
Il s'assoit sur le canapé, proche de moi. Nos jambes se touchent alors qu'il y a largement de place. Il me dit qu'il s'est donné rendez-vous avec Bérang chez moi. Ah !  Les heures passent, je bois l'apéro. Nous discutons de choses et d'autres. Toujours pas de visite de Bérang.
Et là je ne sais pas comment, je me retrouve avec mon bras droit autour de sa taille, et ma main gauche sur son sexe qui durci.  Mes mains parcourent son corps, et je le découvre musclé malgré sa minceur. Des bons abdos, des bons mollets.

Je le détaille et le sculpte de mes mains (envahissantes) : ses mollets bien musclés n'ont presque pas de poils, mais des bons petits poils blonds qui se parsèment tout le long de ses jambes. Son visage fin et poupon n'a aucune barbe, qu'un petit duvet blonds parsemés le long de ses joues et un tout petit peu sur son menton. Craquant le gamin. mon gamin ! il est beau comme un ange ! Mais il ne faut pas ! Même s'il accepte !
Qu'est ce que je fais : il a 18 ans ! il est beau comme un ange, mais bon, je n'ai pas le droit !
Le silence était là depuis un grand moment. Mais mon envie et la sienne remplaçaient nos mots. Je ne sais pas comment je me suis retrouvé avec son sexe en bouche . je commence à le sucer et son sexe devient de plus en plus long.  Il est de bonne taille, gros et non circoncis (ce que j'adore !).

Je relève la tête le dévisage, et vois mon petit mec qui était aux anges. Il tient son survêt et son boxer au bas de ses belles testicules, et remonte son pull. J'embrasse et caresse son torse imberbe, puis replonge ma bouche sur son sexe. Je le suce de plus en plus énergiquement, je sens sa jouissance arriver. Mais là, pris de remords j'arrête tout. Je remonte ma tête sur son ventre. Lui fait un bisou, et lui dit qu'il ne faut pas. Je remonte son survêt pour cacher son sexe et lui applique un dernier bisou sur sa joue.
Le silence se réinstalle de nouveau. Tandis que je le garde serré quelques instants dans mes bras.
On regarde la télé comme deux cons, on commence à reparler de choses et d'autres puis après encore une paire d'heures, Dean décide de partir retrouver Bérang.
Je le raccompagne à la porte et les larmes aux yeux je ne peux m'empêcher de le prendre dans mes bras. Il passe aussi ses mains autour de moi et me caresse tendrement le dos. Il sait qu'en ce moment je suis malheureux. On reste enlacé plusieurs minutes, je lui refais un bisou dans le cou et lui dit que je suis désolé.   Il s'en va, je suis seul et très perturbé par ce qui vient de se passer.

Les jours passent, Bérang et Dean me rendent visite régulièrement. Tous est normal comme si rien ne s'était passé mais à chaque fois sa poignée de main est toujours insistante et caressante. De temps en temps on parle d'Alex, et Dean ne se retient pas pour en dire du mal, comme s'il était jaloux !

3 semaines plus tard, coup de sonnettes, j'ouvre et voilà mon Dean qui vient tout seul me voir. Il s'installe de nouveau à mes côtés sur le canapé. Et de nouveau nos jambes se touchent. On discute, on rigole et je ne peux m'empêcher de poser ma main sur sa cuisse. Je caressais sa jambe tendrement comme si tout cela était naturel. Je vis alors son survêtement tendu au niveau de son sexe.

Je pose ma main dessus. Il passe son bras autour de mes épaules. De sa main droite il baisse son pantalon pour me mettre devant les yeux sa belle queue bien bandée, avec une petite couronne de poils blonds. Je ne peux pas résister et le prend dans ma bouche. Je commence une bonne fellation tout en le branlant de temps en temps. C'est bon, je fais durer le plaisir le plus longtemps possible mélangeant ma sucions et ma main qui le branle doucement. Je relève ma tête, le regarde et lui demande si ça va. Il me répond que oui, et me dis vas-y continue !
Je retourne donc à ma besogne, et là j'accélère le mouvement. Je le sens qu'il va jouir, sa respiration s'accélère tout en laissant sortir des petits gémissements. Et sa main se crispe sur mon pull au niveau de mon épaule. Avec un râle retenu, il décharge 3 grands flots de son merveilleux sperme que je m'empresse de déglutir.
Je fini de le sucer pour bien nettoyer sa bite, pose ma tête sur ventre pour finir par des baisers, tandis qu'il me tient toujours par les épaules.
Il m'avoua que c'était la première fois et que son « dépucelage » était un cadeau !

Des semaines repassent, et hier (25/01/2007) : mon Dean arrive tout seul. Il est toujours aussi beau, il s'est rasé les cheveux, il n'a plus ses belles boucles blondes.
Mais il à toujours sa belle petite figure d'ange.
Comme d'habitude, il s'assoie à mes côtés. très à mes côtés. Il est gelé, je lui prends les mains pour les réchauffer. Comme d'habitude, on regarde la télé, on parle, on rigole. Et une fois de plus je pose ma main sur sa jambe. Je la glisse sous son pantalon pour prendre sa bite en main. Elle est toute petite et toute froide. Je lui dit : même ta quéquette est gelé. « Ben oui » me répond-il, « il fait froid dehors ».
Je m'empresse alors de bien la tenir et la réchauffer. Je l'embrasse sur sa joue, son coup, et lui dit que je l'aime. Il me répond qu'il le sait !  Je réplique que je l'aime, mais quand même tant j'ai peur de l'aimer !

Il m'avoue qu'il est puceau est n'à jamais eu de relation avec ses copines. Et que je suis le premier à lui avoir donner du plaisir.
Son sexe commence à se réchauffer et à bien grandir ! Je lui demande si je peux lui faire un bisou, il me dit oui. Je lève donc sont pull et embrasse son petit ventre. Il descend son pantalon et me laisse faire des bisous sur son sexe qui gonfle de plus en plus. Là elle n'est plus gelée ! Que faire : je la regarde, je l'embrasse . puis enfin je la prend dans ma bouche, doucement, calmement pour continuer a la réchauffer avec ma bouche chaude.

Elle grandit de plus en plus. 19 cm il me dit. Je vais chercher une règle, je mesure : Et oui ! il a 18 ans, et elle fait 19 cm ! j'y crois pas ! Et elle n'a jamais servie !
Il passe son bras gauche autour de mes épaules.
Je reprends son beau sexe en bouche, tout en caressant son corps, ses couilles. Je le suce doucement et comme la dernière fois ma main le masturbe tout doucement pour lui faire durer son plaisir. Je le suce doucement. Il met sa main sur la mienne pour accompagner le mouvement doux et délicieux. Et là, je le laisse. Je garde son prépuce en bouche, et lui continu les mouvements de sa main faisant sortir son gland, le recouvrant, encore et encore, mais toujours doucement.

Sa jambe gauche est passée entre les miennes. Il doit sentir mon érection. Tant pis même si j'ai honte !
Je le suce de plus en plus vite, sa main gauche sert mon épaule. Et d'un coup sa main droite vient se poser sur ma tête, et me guide !  c'est la première fois que sa main se met sur ma tête, j'en suis troublé et heureux. Je le laisse faire, il me dirige, fais aller et venir mes mouvements au rythmes qu'il veut.

Je le suce, j'enfonce ma bouche jusque sa garde, le laissant me tenir la tête, et le laissant caresser mon épaule. Ça dur un long moment.
Je reprends son sexe en main pour accélérer le mouvement tout en le gardant dans ma bouche. J'accélère et lui appuis de plus en plus sur ma tête.
Ça y est il arrive, son sexe se gonfle encore plus, je sens son corps se crisper, frissonner, se cambrer. Il m'empoigne la tête, me sert fort l'épaule et il gicle. Il me fait tout avaler et j'adore : 1, 2 , 3 , 4 jets de sa substance sublime, délicieuse.

Je termine avec plein de tendresse de nettoyer son prépuce, son gland et de ne rien perdre de sa fabuleuse liqueur.
On termine par des bisous. Je lui redis que je l'aime mais que j'ai peur de notre relation. Il me réponds que oui, mais reste tendre avec moi et me fais comprendre que tout cela lui fait plaisir.

Je ne sais pas comment tout ça va se terminer, mais je l'aime de plus en plus. Je pense et je sais qu'il a des sentiments pour moi. Je l'aime et j'aimerai aller plus loin : qu'il me fasse l'amour ! Qu'il me mette son engin entre mes fesses. Je ne sais pas s'il est prêt à passer à cette étape. Mais moi je ne ferais rien à sa rosette, je ne veux pas abîmer son petit trou du cul. Et de toute façon je ne pourrais pas.

Il doit passer cet après midi à 15h30. J'attends avec impatience, peur et en même temps avec envies !

tof

totof51@aol.com

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.