Best Of Cyrillo

Page précédente

(Épisode 3 ici)

Il a 18 ans (Épisode 4)

Mon Dean arrive à 14h30, il a mal au dos. Bien sûr je m'empresse de lui faire un massage tout le long de son dos jusqu'à la raie de ses fesses.

On boit un verre, fume une cigarette et comme d'hab', ma main va se poser sur son ventre ! Puis il s'allonge un peu plus sur le canapé, me permettant de mieux caresser son thorax et d'y parsemer des bisous tendres et amoureux.

Je glisse ma main délicatement sous son jean pour toucher ce magnifique objet. Il répond vite à mes caresses, il se durcit et se raidit de plus en plus. Il faut le libérer !
Je n’y arrive pas, donc c'est Dean qui dégrafe son jean, et ensemble nous descendons le tout jusqu'à ses chevilles. Ça y est, la « bête » est libre et se dresse comme un poteau venu de nulle part avec un peu de pelouse a son pied.

Je le caresse, je commence des petits bisous ... Puis avale ce gros calibre. Je fais des vas et viens doucement, par moment j'accélère, puis je ralenti .il faut que ça dure ! Il prend ma main pour la poser dessus et me guide pour le masturber lentement, tandis que ma langue continue à titiller son gland, à l'avaler. J'enlève ma main et le laisse faire avec la sienne, ayant toujours ma bouche ouverte. Il se branle doucement, il est heureux et commence à pousser des petits gémissements. Il retire sa main pour entraîner la mienne et me la tient pour faire les allers retours à sa vitesse. Ma main droite était passée sous ses fesses, et je pouvais sentir son petit cul, et j'arrivais à remonter jusqu'à ses petites testicules (poilues, que je veux raser !). Je le suce à fond, j'accélère le mouvement de ma main, et lui gémit de plus en plus. Son sexe se durci encore plus, je sais qu'il va arriver au plaisir suprême. J'arrête un moment, mais il me dit de continuer. Je reprends donc ma branlette experte, tout en gardant son gland dans ma bouche. Ça s'accélère, j'ai l'impression que son pénis prends encore du volume, il m'appuie sur la tête, j'accélère mon mouvement et là .... Le jus suprême sort !

J’en ai plein la bouche, j'avale. Puis il me tient toujours la tête tout en faisant sortir le restant de son nectar.  Je termine le nettoyage, refais des bisous partout. Nous restons un moment comme ça, moi contemplant cet objet qui vient de me procurer une grande joie. Puis il se lève pour se rhabiller me permettant de faire un gros baiser sur sa fesse.
Je voulais l'emmener dans ma chambre, pour sentir son corps sur le mien, et essayer de me faire pénétrer par cet étalon. Mais il est encore trop tôt je crois !


15/03/2007 : vers 13h30 Dean arrive à la maison, il n'a pas cours. Il fonce sur l'ordinateur ! Au bout d'un petit moment, je me met derrière lui, lui caresse le ventre, passe ma main sous son jean pour caresser son sexe. Je le malaxe, mais il ne réagit pas. Je lui dit « quéquette est fatiguée ? » il me répond que oui. Je lui demande avec qui, il me dit « moi tout seul ! » Je le laisse donc et retourne dans le salon, déçu !

16/03/2007 : Début d'après midi, ça frappe à la porte... C'est mon DEAN ! Il n'a pas cours ! A mon avis, il sèche !
Comme hier, il fonce sur l'ordinateur pour graver un CD. Comme hier, au bout d'un moment, je me mets derrière lui et commence à lui caresser le ventre pour sentir ses beaux petits abdos. Puis, comme hier, je glisse ma main sous son jean, pour prendre son sexe au repos entre mes doigts. Ah ! Il réagit, il commence à grossir sous mon tripotage. Dean ne dit rien, il se laisse faire, et laisse son pénis prendre toute sa tension. Je lui demande si « je peux faire un bisou quéquette », il me répond que « oui ». Je suis heureux, je vais chercher le pouf du salon pour m'asseoir à ses côtés. Je commence à déboucler sa ceinture, puis à déboutonner son jean. Il tourne la chaise vers moi, et baisse son pantalon pour me laisser découvrir son sexe, qui aujourd'hui est en pleine forme !

Je commence à lui faire des bisous, puis le prends en bouche pour commencer une pipe en douceur. J'y vais doucement, je le suce a fond tendrement puis le branle en même temps, mais lentement, pour faire durer le plaisir.
De ses deux mains, il agrippe ma tête et la fait aller et venir à son rythme. Alors j'accélère le mouvement. J'augmente la cadence de ma branlette, tout en gardant son prépuce dans ma bouche. Il me tiens la tête de plus en plus fort, il oscille du bassin et commence à pousser des petits gémissements. La cadence s'accélère encore, puis il m'empoigne la tête encore plus fort pour me décharger son jus dans la bouche. J'avale avec délectation mais il n’y a pas grand chose aujourd'hui, on voit qu'il s'est branlé hier ou ce matin !

Je déguste jusque la dernière goutte, puis le garde en bouche, le temps qu'il se remette au repos. Je l'embrasse, lui dit des mots tendres. Puis il se rhabille. Je suis heureux et lui aussi !

tof

totof51@aol.com

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.