Page précédente

Mon inconnu

Suite à ma première expérience littéraire, je m’en vais vous en raconter une autre, plus ancienne, mais plutôt mémorable. Ayant un après-midi de libre, j’enfilais un short et des baskets et décidai d’aller courir dans un bois de Montpellier. Excuse pitoyable pour un sportif pitoyable, le lieu étant surtout réputé pour ses activités de l’ombre. Je me baladais donc dans les chemins, admirant les joggers musclés et transpirants, pour la plupart des étudiants, essayant de maîtriser la bosse qui gonflait lentement dans mon short, heureusement un peu large.

Je pris la direction d’une zone plus…discrète. Un gars se dirigeait dans ma direction, vêtu d’un pull jaune et bleu et d’un jean. En le croisant, je constatai que c’était un uniforme d’un magasin de bricolage. J’avais pu détailler ses épaules carrés, sa taille élancée et un visage à faire tomber. Une mâchoire carrée, un nez fin et surtout des yeux d’un bleu glacial. Pas un sourire sur son visage, un regard froid quand il me croisa. Sûrement un pur hétéro de passage pour rentrer chez lui. Mais je ne pus m’empêcher de me retourner quand il m’eut dépassé. C’était plus fort que moi. Même sans aucune chance, autant que je me rince un peu l’œil. Et là, à ma grande surprise, le voilà qui bifurque dans un sentier menant à un coin calme que je connaissais bien. Après une hésitation, minime, j’emboîtais le pas à mon inconnu si peu souriant. J’entrevoyais son pull jaune se faufiler au travers des arbres et ne risquais pas de le perdre de vue.

Il finit par s’arrêter dans une petite fosse abritée et retira son pull, me dévoilant un torse aux abdos dessinés et des pectoraux à tomber. J’étais face à lui, matant son corps si sexy, presque imberbe, savourant la chance qui s’offrait à moi. Il déboucla sa ceinture, le visage toujours fermé, ses yeux durs fixés sur moi. Le message était clair, il veut du sexe, pas du sentiment. Du sexe il veut, du sexe il aura. Du moins j’aurai. Illico, je quitte mon tee-shirt et tâte son paquet. Et là le choc ! Hypnotisé par ses yeux, j’en avais oublié de mater plus bas, et la chose qui se cachait dans son jean était de taille impressionnante. Elle lui barrait tout le côté droit et gonflait le haut de son pantalon. Excité comme un gosse devant un cadeau, je m’agenouillai et déballai ma surprise sans attendre. Je découvris effectivement une bite énorme, bien qu’à demi bandée, parfaite, droite, large d’au moins 4 cm, le gland pointant à peine sous la peau non décalottée. Une de mes mains glissa sous ses couilles duveteuses, l’autre astiquai doucement son manche, mesurant ses dimensions et observant sa croissance. Je décalottai le gland avec ma langue, ma main tirant la peau vers le bas, un goût salé se répandit dans ma bouche. Son gland était assez volumineux, à l’image du reste et j’entrepris de le faire rouler pour le mouiller de salive. Mon inconnu gémit et appuya sur mon crâne pour me faire descendre. Je suivis le mouvement mais, malgré toute ma bonne volonté, je ne pus prodiguer ma caresse que jusqu’aux trois quart de son engin maintenant bien en forme. Tant pis, je continuais le mouvement, m’interrompant parfois pour lécher le reste de sa tige tout en pétrissant ses boules gonflées. Au bout de 10 minutes de ce traitement, il me fit redresser et retourner sans un mot, m’appuya sur le cou pour me faire pencher, ce que je fis en m’appuyant sur un rocher. Il s’agenouilla derrière moi et commença à me bouffer le cul d’une langue souple et envahissante. Des doigts me pénétrèrent, s’enfoncèrent en moi, me branlèrent le !
 cul et m
oi, appuyé sur mon rocher, en pleine extase, je regardai par-dessous cette incroyable bite, partagé entre plaisir et effroi. Je ne me fais pas mettre souvent et ce gars a la plus grosse queue que j’ai pu voir. Et je savais très bien que je ne pourrai pas résister à l’envie de me faire baiser par ce dieu grec. Ce qui allait arriver sous peu.

J’entendis le bruit d’une capote que l’on déroule, du gel s’insinua dans mon trou et une masse qui me parut énorme se présenta sur ma rondelle. Il posa ses mains sur mes épaules et commença à forcer ma petite porte. Entre le gel et la salive nullement économisée par ce gars, le gland entra sans finalement trop de mal, et c’est finalement moi qui m’empalai sur sa verge en me redressant un peu. Je l’entendis souffler dans mon cou, fortement, sa bite au fond de mon cul. Je glissais une main entre nous et m’aperçus qu’au final, il n’en restait pas tant que ça à l’extérieur. Il me repoussa en avant et se mit en mouvement, me procurant des sensations fabuleuses, son gland percutant ma prostate, sa tige limant mon anus sur sa longueur. J’étais maintenant bien détendu, totalement focalisé par cette barre dure qui se déplaçait en moi. Quelle sensation ! Ma bite tressautait de plaisir sans même un frôlement de ma part, j’étais en train de vivre une vraie jouissance anale, chose complètement nouvelle pour moi. Je perdais le contrôle, lui aussi, il se mit à me défoncer la chatte comme un forcené, sa main sur mon épaule, les doigts de l’autre dans ma bouche. C’était une baise bestiale. J’étais sa pute en chaleur. Soudain, ma queue explosa, mon foutre s’écrasa sur la roche grise, dégoulinant sous mes yeux. Son membre sembla grossir encore et dans un râle retentissant, il s’effondra sur mon dos, m’attrapant la tête et me roulant une pelle sauvage. Il décula, me laissant une sensation de vide intense, se rhabilla en silence, puis disparut en me grognant un merci.

Nous nous sommes revus plusieurs fois dans ce coin. A chaque fois, se fut aussi intense. Puis plus rien. Sa bite m’avait obsédé, si belle, si parfaite. Je n’en ai plus revu d’aussi parfaite et grosse depuis cet inconnu, dont je n’ai jamais su le nom. Parfois, quand j’y reviens, j’espère le revoir. Dommage.

Si mon histoire vous a plu, n’hésitez pas à m’écrire.

cedryk

gboycool@gmail.com

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.