Best Of Cyrillo

Page précédente

Vacances 1

Samedi matin.

Aux aurores, je vais chercher Pierre qui doit nous accompagner à La Palmyre.
Je salues ses parents. Sa mère me dit de faire attention, c’est son fils unique ! je lui dis que je m’en occuperais comme si c’était mon petit frère.
Pierre descend avec un gros sac. Je le regarde et lui dit que nous allons en laisser les 4/5ème, nous voyageons en motos pas en voiture !
Une fois le sac réduit au minimum, nous redescendons de sa chambre. A sa mère inquiète qu’il n’emporte rien, je lui précisais que nous serions au bord de la mer et que ce que nous userions le plus sera les maillots de bain.
Après une dernière recommandation et l’enveloppe de son père pour ses « frais »,  j’ai pu enfin l’embarquer.

Arrivés à la maison et une fois ses quelques affaires réparties dans nos deux sacs, nous nous sommes mis en route.
J’aime bien rouler avec un passager. Surtout du gabarit de Pierre, pas trop grand mais avec les bras suffisamment longs pour se tenir à mon paquet.
Comme la place arrière sur mon monster1100s n’est pas des plus confortable, il passe régulièrement sur la selle de Marc. De plus ça m’évite de juter dans mon cuir, ce petit salaud non seulement s’accroche à mon paquet mais en plus masse ma bite et mes couilles pour me faire bander un max.
Après un déjeuner rapide chez Mac Do, nous arrivons en fin d’après midi à la Palmyre.
Nos affaires à peine déposées dans l’appartement, nous filons à la piscine.
Après un bon ¼ heure à nous rafraîchir de la route, nous avons le plaisir de trouver Manu (le jeune serveur de l’année passée) qui nous attendait sur le bord avec sur un plateau des cocktails offerts par son patron (il faut dire que l’an passé, il avait fait avec nous un bon chiffre d’affaire !).
Comme il ne peut pas rester très longtemps avec nous, Marc lui dit de passer chez nous après son service, il nous dit qu’il essayera.
Nous profitons des rayons du soleil de fin d’après midi en sirotant nos rafraîchissements.
Avant de remonter nous commandons le repas qui nous sera livré plus tard.

Dès que nous sommes rentrés, j’attrapais Pierre et lui baissais son slip de bain. En se débattant, il réussit à me faire la même chose.  Je le maîtrisais et le plaquais sur le lit, profitant de mon poids pour le bloquer, je lui pris la bouche dans un baiser fiévreux. Il allait « payer » l’excitation permanente à laquelle il m’avait soumis pendant le voyage !
Ça ne prit pas longtemps avant que ses bras se serrent autour de mon cou et que ses jambes fassent de même autour de ma taille. Je sentais son corps vibrer sous mes caresses et sa petite queue bander entre nos abdos. La mienne, de bite, s’allongeait et s’installait naturellement dans le creux de ses fesses. Quelques rotations de bassin pour placer mon gland sur son petit trou et, sans quitter ses lèvres, de courts coups de rein me permirent de le pénétrer doucement mais sûrement !
Trop bon de pouvoir y aller sans kpote ! Pierre gémissait sous les effets de ma pénétration. Il y prenait plaisir lui aussi.
J’attendis d’être bien calé tout au fond avant de commencer mes va et vient. J’alternais rapides, lents, courts et longs.
Subitement, j’ai senti une présence dans mon dos et tout de suite après la bite de Marc qui me rentrait dans le cul, juste lubrifiée par sa salive.
Je ne connais rien de meilleur que de se faire enculer pendant qu’on sodomise quelqu’un.
J’ai retourné et mis Pierre sur ses genoux, en le prenant aux hanches je maitrisait mieux mes mouvements. J’était le seul à bouger. En avançant je rentrais ma bite dans le cul de Pierre et sortait celle de Marc du mien et inversement jusqu’à ce que Marc décide d’accélérer la cadence. Là, se sont ses coups de reins qui me propulsaient dans le cul de Pierre.
Soumis à la double stimulation je ne mets pas longtemps avant de partir le premier et j’envoie mon jus dans le cul de Pierre, mes contractions anales ont raison de la résistance de Marc qui fait de même dans le mien, et Pierre se répand dans ma main. Une fois sur qu’il avait bien tout éjaculé, je lui ai fait boire son sperme. Je sais qu’il aime ça, quand il nous suce, nous devons faire attention sinon, il nous tète jusqu’à nous boire, ce qui arrive parfois.
Comme j’étais son premier contact sexuel, nous avons fait très attention et nous pouvons baiser tous les trois sans kpote. Tous les rapports que Pierre peut avoir eu avec les autres membres (dans les deux sens du mot) du groupes s’est fait sous notre surveillance, pas question de lui faire prendre des risques !

Quand nous sortons (Pierre et moi) de la douche, juste vêtus de serviettes très courtes nouées à la taille (c’est à dire drap de bain plié en 3 pour ne recouvrir que les fesses et le sexe), nous retrouvons Marc en train de réceptionner le dîner. Avec surprise je m’aperçois que ce n’est pas Manu mais un jeunot déjà tout rouge devant Marc en slip de bain.
Quand nous arrivons, il nous regarde et manque de s’étrangler. Je regarde son pantalon et vois que ça s’agite derrière la braguette.
Je lui demande son age, car il fait très jeune. Il me dit venir d’avoir eu 18 ans, ce qui lui permettait de travailler cet été.
Il nous dit que Manu ayant été retenu et qu’il l’avait envoyé à sa place.
Comme il va pour sortir avec le bon signé de Marc, je lui mets la main au paquet et le prenant à pleine main pour l’évaluer, lui dit que je lui remets en place pour que ce soit plus discret quand il arrivera au service. De rouge il passe à pivoine et part sans rien dire.
Marc et Pierre me questionnent du regard. Je leur dis « environ, 16x4 ». Pierre nous dit le trouver mignon, il a l’air plus jeune que lui alors que c’est le contraire ! ça l’amuse.
Avec Marc nous nous disons que ce petit morceau tombera dans nos filets avant la fin du séjour !

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.