Best Of Cyrillo

Page précédente

Jeunes Danois,

J’ai 50 ans, très sportif, et suis cadre supérieur dans une grande entreprise de communication.
Chaque année, j’entreprends un partenariat avec une école de commerce européenne. En 2006 je recevais pour 5 semaines huit jeunes danois de 20 à 25 ans.

Je suis connu pour mes performances professionnelles (uniquement) et surtout ayant la capacité de m’entourer d’équipes de jeunes et en tirer d’excellents résultats. Je suis particulièrement directif quoique très attentif aux critiques En réalité j’ai une véritable tendresse pour les gens et en particulier les jeunes. Parfois certains collaborateurs pensent que je suis macho ou insensible mais ceux qui me connaissent savent que je suis tendre sous mes airs bourrus. Je suis veuf depuis 5ans et j’avais une vie très équilibrée avec ma compagne ce qui m’a permis de mener librement ma vie de Bi sexuel.. Depuis, personne ne me connaît de relation suivie et je suis catalogué comme hétéro bon teint. Je passe le plus clair de mes loisirs dans ma résidence secondaire en bord de mer à 120 km de mon lieu de travail ou je suis trop connu.

Pendant, la première  semaine de formation avec les 8 jeunes minous j’avais  repéré deux merveilles qui ne se quittaient pas d’une semelle. Jason grand brun couleur corbeau de 1m 85 pour tout au plus 65 kg. Il était élancé et gracieux, yeux noirs, imberbe, toujours la chemise ouverte de deux boutons de col laissant voir un torse bronzé et lisse sur lequel je me serais volontiers couché. A plusieurs reprises je me suis surpris à détailler l’intérieur de cette chemise lorsque Jason travaillait en dessous de moi. Son jean large ne permettait pas de voir d’autre forme de son corps. Mais il avait un sourire ironique qui le rendait énigmatique et beau.

Quant à Rodes, c’était l’antithèse. Il était blond aux cheveux courts et re bels. 1m85 aussi mais avec un torse musculeux qui était certainement le résultat de nombreuses heures de musculation. Ses pectoraux me faisaient fantasmer. Ses yeux bleus transparents lui créaient un  regard insoutenable car insondable.
Il avait la manie d’avoir toujours un bout de langue au bord des lèvres qui lui donnait un air boudeur voir effronté. Les 8  petits minous étaient logés en hôtel mais le week-end mon équipe me suggéra  de repartir un stagiaire par famille de collaborateur afin de mieux faire connaissance. Jason et Rodes refusaient de se quitter, afin de calmer le jeu, étant le seul célibataire  je proposais de les emmener tout les deux avec moi.

Vous vous doutez bien le plaisir que j’avais de pouvoir profiter des deux plus beaux spécimens, du moins à mes yeux.
Il n ‘y avait pas 1 h que nous étions à la maison qu’ils me demandaient s’ils pouvaient se baigner dans la piscine. Quelques minutes après je les vis traverser la terrasse en maillot de bain blanc qui faisait ressortir leur peau dorée, soit par le UV soit par le soleil mais c’était charmant. Je pouvais détailler le corps tout en finesse de Jason et celui merveilleusement sculpter de Rodes .Visiblement l’un et l’autre cultivait leur ligne et l’esthétique de leur corps
Et, soit ils s’épilaient, soit ils étaient naturellement imberbe, mais comme c’est ce que je préfère chez un mec je ne pouvais que me sentir doucement bander.

Je m’étais allongé sur un relax et les regardais s’ébattre joyeusement dans l’eau comme deux mômes de 22 ans. Enfin, il sortirent de l’eau et vinrent face à moi. Cette fois mon trouble commençait à tendre mon short et je devais rectifier ma position assise pour passer inaperçu.
L’objet de ma surprise était que leur slip de bain blanc n’était pas doublé. Ils  laissaient pratiquement voir les sexes de mes minous et les  poils qui les entouraient. Ma surprise devait se lire dans mes yeux car Jason et Rodes se regardaient et semble-t-ils comprirent rapidement en s’enroulant une serviette autour de la taille. Ils s’installèrent en face de moi sur le banc. En sirotant leur jus d’orange. Pour ma part je n’avais toujours pas débandé et je n’osais pas changer de position.

Ce fut Jason qui m’intrigua le premier, il posait ostensiblement son regard sur mon short et sans aucune crainte se déplaçait pour se trouver face à une jambe béante de mon short Je ne savais plus comment réagire et à aucun moment je ne croisais son regard qui semblait rive sur mon anatomie. Naturellement non seulement je bandais de plus bel mais je sentais aussi que je mouillais. Je proposais qu’ils aillent prendre une douche et que nous nous retrouvions dans une ½ heure pour le repas. Je fus soulagé de voir s’éclipser mes deux éphèbes. Après leur douche ils partirent dans leur chambre et j’en  profitais pour me laver les mains dans la salle de bain. Les deux sacs de sports dans le couloir étaient largement ouvert et j’aperçu le flag international homo cousu dans un des sac. De plus, la poche avant de l’un des deux sacs laissait entrevoir un grand nombre de préservatifs et gel avec des marques distinctives de sites homo. Je ne m’étais pas trompé j’avais tiré le bon lot.

Après avoir dîné et discuté, tout en anglais bien sur, nous partîmes au lit vers 2 heures du matin. Je fis une pause à la salle de bain pour me laver les dents et, torse nu, je me dirigeais vers ma chambre. Je devais passer devant la leur pour me rendre à la mienne. Je constatais que la porte était grande ouverte et que mes deux minous, nus et beaux comme des dieux grecs discutaient face à face au milieu de la pièce. Je pouvais voir la belle queue non circoncise de Rodes entouré de poils noirs soigneusement taillés au carré. Ses bourses pendantes et pleines étaient parfaitement rasées.

Jason, lui,  confirmait qu’il était un vrai blond, je croyais même que sa queue blanche et lisse était rasée mais non, les petits poils blonds bouclés entouraient aussi deux petites valseuses mignonnes comme tout. Je saluais de la main mes deux compères qui s’approchèrent de moi pour me serrer la main. Rodes détaillait mes pectoraux et me félicita pour leur tenue à mon age me dit il ! Il comparait avec les siens touchant pratiquement mon corps. Je ne pouvais détacher mon regard de ses jeunes sexes si proches et me semblait ils déjà en ½ érection. Moi même, je ne pouvais en aucun cas cacher ma bitte qui prenait dans mon caleçon des proportions vigoureuses. A ma surprise, Jason qui s’était aussi approché, tendit la main et me toucha le bout du sexe.

Ce contact me fit l’effet d’une décharge électrique perceptible par mon minou qui esquissa un petit sourire. Sans rien dire il regarda son compagnon complice de puis me tendit ses lèvres pour un tendre baisé. Je me laissais porter, les yeux fermés par cette langue experte qui plongeait dans ma bouche. Jason se sépara de moi et c’est Rodes qui pris le relais en m’embrassant tendrement. Jason me prit par la main et m’entraîna vers le lit. Rodes me fit glisser mon caleçon sur les chevilles déployant ma hampe à la verticale.
Tous deux s’agenouillères devant moi et ensemble me léchaient les burnes et la queue chacun leur tour en s’embrassant au passage.

Jason ne me quittait pas des yeux avec un regard pétillant de malice. Je sentis le doigt de Rodes chercher mon cul. Ma main lui interdit de poursuivre l’exploration signifiant de ce fait que je n’étais qu’actif. Rodes et Jason parlèrent quelques secondes entre eux puis se placèrent en levrette devant moi non sans avoir au paravent déposé un tas de préservatifs et de gels à coté. Je pouvais commencer ! Pour la première fois, je doigtais deux minous en même temps ! Je rentrais mon indexe droit dans le cul de Rodes et mon indexe gauche dans celui de Jason. Je fis ainsi pendant de longue minutes et constatais qu’ils avaient chacun un  cul qui pouvait accueillir quatre doigts !
Rodes se retourna et me posa une capote ce qui signifiait que je pouvais enculer maxi. Comme j’avais compris qu’ils étaient de véritables chiennes, c’est sans ménagement que je pénétra le cul de Rodes en enfilant d’un coup  ma queue jusqu'à la garde. Un léger cri mais rapidement, lascivement il se trémoussait pour sentir ma bitte au fond de ses entrailles.

Puis se fut le tour de Jason sur la même méthode. Honnêtement, ils avaient la même qualité l’un que l’autre. Nous avons essayé toutes les positions possibles pour finir Jason couche sur le dos et Rodes et moi en nous branlant pour, face à face, jouir sur la gueule à jason. Ce ne fut pas long et mon flot de foutre (j’avais 3 jours d’abstinence) et celui de Rodes recouvrire le visage du bel ange.
Il avait du foutre sur les paupières, le nez, la bouche, la joue droite. Alors, calmement, rodes se mit à étaler toutes cette semence sur le visage et le cou de Jason jusqu'à ce que son visage soit luisant et régulier.

C’était l’extase. Nous nous sommes mutuellement embrassé et j’ai enfin regagné ma chambre épuisé. Mais, vers 7h du matin, alors que j’étais encore endormi dans mon grand lit d’1 m 60, Rodes et Jason vinrent s’installer à coté de moi.
Je sentais leur corps juvéniles se coller au mien. Leurs mains expertes me caressaient le corps, les jambes, le cul, Jason se mit à me sucer les doigts de pieds et Rodes enfin me lécha la raie pour que je puisse laisser sa langue rentrer dans mon cul .je n’en pouvais plus de plaisir !
Au final je pris la place de Jason la veuille et ils déversèrent leur flot de foutre additionné du mien sur mon torse. Comme je voulais m’essuyer de ce magma gluant et odorant, ils me retinrent en commun.

Doucement, l’un et l’autre se mirent à me lécher le torse pour enlever la moindre trace de sperme. Au passage de temps à autre ils partageaient un baiser avec moi pour me faire goûter ce nectar. Le week-end se poursuivit sur le même rythme et je craignais de retrouver mes stagiaires le lundi. Mais, rien ! La semaine se passa sans un regard déplacé sans une allusion comme si rien n’avait existé entre nous. Mais à l’approche du week-end Jason et Rodes me demandèrent s’ils pouvaient à nouveau venir chez moi, ce que naturellement j’acceptais avec enthousiasme. Mais, de plus, ils me demandèrent si dimanche soir, Mat et Erick dont les parrains devaient s’absenter pouvaient nous rejoindre. J’acceptais aussi mais en doutant de la possibilité de poursuivre notre déchaînement orgiaque. C’était ne pas connaître nos jeunes danois car, c’est à cinq que nous avons expérimenté la suite pour terminer dans un apothéose de cinq bittes dans quatre culs en enfilade (le mien resta décidément vierge) ce fut par la suite un grand moment de rire car la mise en place d’un tel exercice tiens du défis.

Puis, nous avons terminé en recouvrant Erick, jeune rouquin imberbe plein de taches derousseur, de nos cinq  flots spermes Du visage jusqu’au nombril, il dégoulinait de semence que les uns et les autres étalaient au passage avec la pointe de sa bitte .Voilà, mes jeunes Danois sont repartis, mais je dois me rendre pour une semaine bientôt dans leur établissement au Danemark et je m’attends encore à des surprises que peut être que  je vous raconterais la suite si elle le mérite.

Mickael 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.