Best Of Cyrillo

Page précédente

Joe le taxi

Salut,
Je suis hétéro, curieux, et j'ai quelques fantasmes qui me font régulièrement venir sur le net, discuter, mater, etc....
Ca fait un petit moment que ça dure.
Je me suis inscrit sur plusieurs sites, j'ai multiplié les pseudos car, par précaution, je voulais voir si les contacts avec qui je bavardais avaient toujours le même discours...
Et l'un d'entre eux s'est démarqué du lot.

Nous avons échangé nos envies, nos expériences, en l'occurence, je n'en avais pas, mais lui si, enfin, avec des femmes...
Nous avons longtemps discuté, par mail, msn, échangé des photos, webcams...
Nos envies étaient claires.
Il vivait en couple, et moi aussi, et la seule raison de notre présence et de nos discussions était de satisfaire une pulsion.
Comme avec chacun de mes contacts d'ailleurs, mais les affinités ne sont pas toujours ce qu'on aimerait qu'elles soient...
Nous avons commencé timidement par échanger nos attentes, comme toujours avec les sites de rencontres sur le net lol...

Tout était clair.
Lui, marié, heureux, avait envie d'une sexualité moins conventionnelle.
En fait, il était comblé sous tout point de vue, mais souhaiter laisser s'exprimer sa sexualité, enfin le côté "primitif" sans retenu.

De mon côté, il en était de même.

A la différence que.... Lui, souhaitait exprimer une sexualité masculine, et moi...... féminine....

Ca n'a pas été facile à admettre, d'où la longue démarche, et les longues discussions sur le net.

Et au final, c'est celui qui souhaitait le moins me rencontrer qui en a eu la possibilité.

Tous les autres ne pensaient qu'à eux... donc pas de réciprocité, donc pas d'ECHANGE...

D'autant que le contexte nécessitait un certain recul.

Pour les envies à proprement parler, et bien, les actes en eux même sont assez courant, j'avais juste envie de sucer, et de me faire prendre.
On voit souvent dans les films les femmes servir d'objet sexuel (ce qui est rarement le cas dans la réalité). Et les hommes ont souvent des pulsions, en général on a envie de baiser et point barre.
S'il le pouvait, une majorité d'entre nous claquerait des doigts pour faire apparaitre une femme (enfin ou un homme...) pour pouvoir se faire sucer, la prendre, si possible en lui mettant une petite fessée, voire en lui disant des petits mots crus... et après lui avoir répandu sa semance sur le torse ou le bas du dos, reclaquerait des doigts pour la faire disparaitre et reprendre ses activités...
Bref, laisser aller ses instints animaux... Je me trompe?...

Du coup, mes fantasmes allaient un peu dans ce sens.
En fait, j'aurais aimé être le sujet des fantasmes des hommes murs actifs qui ont ce genre de pulsions.
Lire qu'un mec qui a un peu moins de rapports avec sa femme aimerait me retrouver secretement dans un petit hotel discret pour se soulager m'excitait au plus haut point.
Être envisagé au féminin, être soumis aux pulsions et au plaisir de l'autre, à genoux, la bouche ouverte, le regardant timidement faire des vas-et-vients dans ma bouche... subir une première semance sur mon torse... Pour soulager le plus "urgent"...
Puis me retrouver à quatre pattes, sur le bureau par exemple, les fesses bien cambrées, mais pas assez, pour me faire rappeler à l'ordre par de douces fessées, et sentir se besoin de se soulager vigoureusement par des coup de reins virils entre mes fesses...
Saisi d'une main par la nuque, et de l'autre par les hanches, et n'être plus qu'un trou, un objet...

Tout cela n'était pas facile à concevoir pour un hétéro...

Et le contexte s'est présenté naturellement.

"Joe", comme je l'appellerai par discrétion dans cette histoire s'est présenté.
Taxi de son métier, sur Paris, en couple, travaillant de nuit, bref, le contexte idéal...

Nous avons eu beaucou d'échanges, et nos envies convergeaient, nous avons donc convenu du principe suivant.

Par soucis de discrétion, nous nous retrouverions dans un "Campanile" pour boire un verre et discuter.

Mais les échanges étaient devenus tellement explicites, et les envies tellement fortes, nous avions passé tellement de temps devant nos webcams respectives, lui à me montrer son pieu dur et à se branler devant moi, qui lui montrais ma croupe, parfois à me goder avec des accessoires... que nous ne pouvions faire comme si de rien n'était.

Nous connaissions nos attentes respectives, nous les avions évoquées tellement de fois...

C'est lui qui avait pris la chambre, et je l'ai rejoint, vers 21h.

Il faisait nuit.
J'ai frappé à la porte, il m'a ouvert, je suis entré.
Nous nous sommes regardés, sans trop rien dire, et le truc qui a décoincé les choses, fut "on boit un verre?"
Là, tout s'est enchainé.

J'avais amené une bonne bouteille.

Nous nous sommes servi un verre, puis deux... Et la dérision a fait le reste...

"Il se fait tard, je vais aller bosser un peu" dit-il...

"Ah oui, c'est vrai, mais je te dois la moitié de la chambre, on a dit qu'on partagerait..."

Lui: "Oui.... puisque tu en parles.... on peut peut-être s'arranger..."

Moi, plein d'innocence: "Comment ça?..."

Je n'étais pas encore rentré dans le jeu, mais lui si, il a doucement baissé sa braguette, et s'est approché de moi, encore assis sur le lit.



Il m'a regardé et m'a dit:

"Tu peux peut-être compenser en nature..." en me faisant un clin d'oeil...



L'ennivrement aidant, j'ai passé ma main sur son sex, mais j'ai eu un reflexe de recul, car c'était la première fois.



Je l'ai laché.



Aussitôt, il a attrappé ma tête d'une main, son sexe de l'autre, et s'est approché de moi.

Malgré mon geste de recul il a tenu ma tête, et a caressé mes levres avec son sexe encore à moitié mou.

Je me suis laissé faire.

J'ai levé mes yeux vers, plein d'innocence, mais excité, sauf que je n'osais pas le lui montrer.

Il l'a deviné quand même, et a forcé doucemement mes lèvres.

Une fois à l'intérieur, il s'est immobilisé, et a laissé son sexe durcir.

Ce qui n'a pas pris très longtemps.

En effet, il était très très excité aussi.

Il m'a mis à l'aise avec de petits compliements timides.



Lui: "Hummmm.... allez, laisse toi faire ma chérie, nous en rêvons tous les deux depuis si longtemps... je suis sûr que tu es déjà trempée d'excitation..."



En même temps, il caressait mes cheveux, et me parlait au féminin.



Ce qui marquait vraiment le rôle de femelle sur lequelle j'avais toujours fantasmé.



Il entama de lents vas-et-viens, en me regardant dans les yeux, pour bien marquer sa domination symbolique.



Puis, sachant très bien ce qu'il faisait, il s'arrêta et fit mine de se reculer.



j'eu un reflexe de revenir chercher sa queue, et de reprendre de plus belle la pipe que je lui prodigais.

Je m'appliquais et me soumettre à son plaisir et à lui offrir ma bouche aussi profondément que mes amygdales le permettaient.

Il accélara son rythme, et finit par s'oublier à tel point qu'il pris son pied très rapidement, et comme souvent évoqué dans nos conversations, il se retira, et m'envoya son plaisir en plein sur la poitrine...



Il continua à s'astiquer un peu, pour bien se vider, et poussa un grand soupir de soulagement.



Malgré tout, il il s'aperçut que je restai un peu sur ma faim, et pretexta devoir aller bosser.



Il me proposa un deal, et me dit de garder la chambre, puisqu'elle était payée, et qu'il repasserait d'ici un moment.



Je lui dis que ce n'était pas sûr et qu'on se reverait plus tard...



Mais à qui allais-je fzire croire ça...



En attendant, j'entrepris d'aller chatter sur mes sites habituels.

Convaincu que je serai seul le reste de la soirée, j'avais même pris la liberté d'enfiler des sous-vêtements féminins, string et bas, puis petite nuisette, afin de contenter mes interlocuteurs.

En effet, je prenais souvent plaisir à exciter mes contacts en sous vêtements...

Mais je n'avais pas fait gaffe qu'une des personnes à qui je venais de raconter mon aventure, en prenant bien soin de confier que j'étais insatisfait et que j'aurais bien aimer me faire monter, n'étais autre que Joe sous un autre pseudo.



Je continuais donc innocement, lorsque ma discussion coupa court alors que mon interlocuteur reçut de la visite.



Lorsque 15 min plus tard, on frappa à la porte. Comme convenu, mon contact, Joe, repassa.



Cette fois ci, la discussion fut très courte.



Lui:"J'espère que je n'ai pas manqué..." Dit il avec un sourire en coin...



Moi:"Euh.... "



En tenu féminine, j'étais très intimidé, car il ne m'avait vu comme ça qu'en webcam.



Il ne dit plus rien, me conduisit sur le lit, et je ne dis plus rien non plus.



A partir de ce moment les choses furent claires, en tout cas pour lui.



Il me guida et me fit mettre à quattre pattes.



A peine en position, il me claqua les fesses. Surpris, je laissais échapper un petit gémissement, et il me plaqua la tête sur l'oreiller, comme pour étouffer mes cris.

Il reprit, et claqua fermement mon cul, mais avec une certaine délicatesse.

Je ne sus pas dire pourquoi, mais cela resemmblait à une punition dont je rêvais...

Une de ses mains me maintenait sur l'oreiller, l'autre me claquait le cul, et me faisait couiner.

Tout en me tenant les cheveux par la nuque, il féfaisait son pantalon, et enfila un preservatif.

Sa 2ème main tenait fermemant ma hanche, et il appliqua une légère pression qui ne fit pas tarder à entrer le début de son gland dans mon anus.



Là, je ne pus contenir un petit cri de douleur et me retournais vers lui.



En le regardant, il me citat un passage que je venais de confier à mon interlocuteur précédent.



Lui: "Je suis hétéro, mais j'aimerais être ta petite cochonne, à ta disposition, et que tu m'utilises pour te faire du bien"... "Tu te souviens que tu viens de dire ça?"



Moi: "Mais?......"



Lui: "Oui, il y a 1/4 d'h... "



Je n'ai rien pu répondre, et je l'ai regardé impassible.



Démasqué, je me suis resigné, puis et laissé son plaisir me rejoindre...



Non avions tellement discuté, tous les deux, notre complicité de toute façon, même si elle était virtuelle, était établie.



Mais quelque part, je savais que mon innocence l'excitait, alors je continuais à jouer le jeu, et à faire semblant de me dérober.



Ce qui me valut quelques fessées de rappel à l'ordre.



Et plus il me fessait, plus je gémissait, ce qui l'excitait davantage.



Au final, notre complicité croissait.



Je convenais d'être sa gentille femelle, et lui mon mâle qui me faisait sentir comme la femelle soumise que je rêvais d'être.



Il avait l'avantage de ne pas être trop trop bien bien membré, enfin pas trop long, ce qui me permit de lui gémir:



"vas y, encore, baise  moi à fond......." sans peur d'avoir trop mal.



Notre complicité s'était bien installée.



Il me lima pendant une bonne demi heure, s'arrêta, me lima la bouche, et recommença à me limer le cul.



Il insistait curieusement pour me regarder à chaque fois qu'il le pouvait.

Je crois qu'il aimait bien montrer que j'étais sa petite cochonne, comme je le souhaitais.



D'ailleurs, il n'hésitait pas à me le dire.



j'étais sa petite femelle, sa petite pute, sa petite maitresse... mais sur un ton toujours courtois.



Le sexe n'avait pas altéré la politesse.



Ce qui me mit d'ailleurs encore plus en confiance, car j'ai toujours fantasmé de me faire baiser par un gentleman, pas par un malpropre.



Lorsqu'il eut pris son plaisir, il ne manqua pas de m'arroser copieusement le bas du dos avec son jus bouillant, et s'essuyan entre mes fesses.



Il vit que je n'avais pas joui, et me demanda comme un service, si je pouvais attendre qu'il revienne.



Fatigué, je dis oui, et m'endormais alors qu'il repartait faire quelques courses avec quelques clients.



Puis, dans mon profond sommeil, je fus doucemement réveillé par une curieuse sensation, il était revenu au milieu de la nuit, et me devinant nu, toujours dans mes sous-vêtements féminins, ne resista pas à me reprendre à nouveau.



Surpris dans mon réveil, ma stupeur l'excita encore plus, et c'est frénétiquement qu'il continua à me sodomiser.



Cette fois ci, le plaisir m'envahit, et alors que j'allais me mettre à hurler, il me coinça l'oreiller dans la bouche, en me disant que j'allais donner envie au voisin qui m'avait aperçu par la fenêtre mal fermée.......

Ce contexte de vie de taxi fut très pratique, car il permit de trouver des petites chambres discretes et de faire des aller retour dans la nuit, pour me baiser à sa guise, et au final, d'être la petite cochonne que j'avais rêvé d'être, à la disposition d'un homme courtois qui avait envie de se satisfaire.......

A Joe ...

Art

art.ur@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.