Page précédente

Les aventures de Josga Verjan - 1

Bonjour, j'ai 55 ans et je n'ai jamais assumé ma libido.

Depuis l'âge de 6 ans, voir avant, je m'entiche de mes copains les plus virils, souvent des sportifs.

N'osant surtout pas les choquer, je garde pour moi mes envies.

Par contre, mon imagination est fertile et ces gars sont mêlés à tous mes fantames. Même ceux que je ne vois plus.
 
Mon fantasme est simple mais je ne l'ai jamais approché. Je veux qu'ils me forcent à leur faire une pipe, seul où à plusieurs. Pas de sodomie que des fellations.
Des séances de fellation que j'imagine, que j'écris, que je dessine et que je jette dès que je me suis branlé.

Je suis un vrai malade du pénis.

J'ai trouvé un jeu sexuel sur l'ordi, "la dame de pique". Je mets les noms de mes copains et si je perds le gagnant est censé me prendre pour me troncher le nombre de minutes qui sépare nos scores.

Naturellement quand je prend 120 points dans la gueule avec Mano, Edward ou Serge, dans la réalité ce pourrait être très grave... et je doute d'ailleurs qu'ils tiendraient si longtemps avant d'exploser. 
 
Je pensais qu'avec l'âge cela s'améliorait mais hélas ce n'est pas le cas. Mon dernier pote un peu viril a passé les 50 ans et il m'excite encore sérieusement.

Il est brun, avec une belle crinière brune. Au touché, on sent bien ses muscles et sa force. Il fait bien mâle. Rien que d'y penser je bande.
J'ai jamais vu sa bite mais je l'imagine bien adaptée à ma bouche et sertie de poils bruns aussi bouclés et épais que ses cheveux.

J'ai déjà écris un petit paquet d'histoires qui en feraient bander plus d'un ici.

Après réflexion, j'ai décidé d'en écrire une de temps en temps sur ce site. Je vais les regrouper sous le titre les aventures de Josga Verjan - mon pseudo.
Si cela plait et que quelqu'un de bien mâle et musclé veux m'aider qu'il s'annonce.

J'ai récemment testé ma bouche avec une banane et je peux enfiler complètement une érection inférieure à 12cm. La banane avait pris dans ma tête la forme d'un beau phallus et je l'ai goulument pompée.
Quel pied!

Il est vrai que j'aimerais beaucoup vivre ce qui suit une ou deux fois dans ma vie:

Un mec hyper excité avec une belle gueule, les muscles tendus, me force des deux mains son pénis au fond la gorge.
Je respire péniblement le nez plaqué dans son pubis odorant. Je suis les mouvements lents de son bassin et je le sens vibrer de plaisir.
Ce n'est pas facile à tenir.

Je l'implore des yeux, mais au delà de son torse musclé, je vois son visage goguenard qui m'observe à sa merci.
Ses beaux yeux sont rieurs et sa langue aussi rouge que son gland parcourt sa lèvre inférieure. Sa bouche légèrement entreouverte est une invitation au vice.
Dans ces conditions, je vois qu'il va aller jusqu'au bout. Me voir l'implorer a d'ailleurs renforcé sa domination.

Il imprime à son bassin des mouvements  tournants comme s'il voulait me faire rentrer plus profond dans lui.
A chaque coup de rein, il avance un peu plus et mon corps passe entre ses jambes. Pour ne pas perdre l'équilibre, je m'agrippe à ces fessiers.
Ils sont pommés, puissants, c'est eux qui poussent son sexe en érection au fond de la bouche et je les sens se contracter à chaque extension.
Les mouvements sont lents mais bien appuyés. La sueur commence à lui mouiller le pubis. Il avance.

Il me traine sur le sol en  me maintenant bien tête vissée sur sa queue.
Ses cuisses me malaxent le cou. En déséquilibre, je tente de suivre le mouvement.
Ma tête heurte un mur doucement. Il me glisse  rapidement un coussin derrière  et me plaque au mur en m'ajustant sous son sexe. Les va et vient s'accélèrent, ils écartent les cuisses et on glisse tous les deux vers le sol.

Il se ramone de plus en plus vite en poussant de petit râle. Les coups sont violents commme s'il voulait me faire rentrer dans le mur. Sa sueur m'ennivre. Quel mâle !

Je l'encourage en suçant son pénis et çà lui plaît. En descendant, il finit accroupi au sol assis sur mon thorax super dominateur.
Il maintient ma tête de toutes ses forces dans son entrejambe.

Soudain sur une formidable poussée, m'injecte un flot de sperme au fond de la gorge en râlant. Il recommence trois à  quatre fois l'injection puis se relâche.

Il est en sueur au dessus de moi. Il me regarde ahuri et me caresse les cheveux. En regardant ce beau mâle comblé au dessus de moi, je pompe les dernières gouttes de sa verge. Il est vidé et reconnaissant.

Voilà les mecs une première histoire. Ceux qui se sente d'attaque me le disent dans un commentaire.

Josga Verjan

josga.verjanvi@laposte.net

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.