Best Of Cyrillo

Page précédente

Le jouet

Suite à une annonce sur internet, un homme dominateur m'a contacté, se disant très intéressé par mes désirs.

Selon sa description, il a 50 ans, est brun, mince et très membré.

Je l'appelle et nous convenons d'un rendez-vous à son domicile.

Je sonne à la porte de sa maison, située dans un lotissement de Cavaillon.
Un homme m'ouvre et me dit : « bonjour, vous êtes Olivier ? » .
J'acquiesce et il me fait entrer sans autres paroles.

Une fois dans son salon, il s'assoit sur un divan, prés d'une table basse, et me dit « déshabilles-toi lentement ».
Je m'exécute sous son regard. Une fois nu, il me fait venir prés de lui, m'attache au cou un collier en cuir avec des anneaux, me menotte les mains dans le dos et relie la chaîne des menottes au collier ; puis il me lie les chevilles avec une barre qui m'oblige à garder les jambes très écartées.

Par gestes, il me fait me pencher en avant sur la table basse, jambes écartées et tendues.
Là, tout en commentant ce qu'il voit comme s'il parlait à une petite femelle, il me caresse les fesses, les écarte à deux mains puis passe son doigt en appuyant doucement dans le sillon fessier.
Il appuie légèrement sur l'anus puis continue lentement sa descente jusqu'à mes testicules ; il les caresse doucement puis en triture chacune du bout des doigts ; il les isole, les étire, les serre du bout des doigts puis dans le poing mais sans serrer trop fort, je peux encore supporter la douleur.
Enfin, il passe à mon pénis , le tire vers le haut, entre les fesses . Il découvre le gland et le presse entre deux doigts jusqu'à ce qu'il soit tout blanc, exsangue ; puis, le tenant à sa base, il tire le gland vers le bas tout en me tenant les couilles tirées vers le haut afin de m'empêcher de me baisser ; il tire progressivement de plus en plus fort et termine par quelque coups secs, comme s'il voulait le décrocher. .

Il fait cela lentement, avec soin ; tout au long de la séance il prendra son temps, effectuant sévices et plaisirs méthodiquement et calmement.
Il se lève, pousse la table basse et m'attache chaque cheville à un pied. Puis il me masturbe et, une fois que je suis bien tendu, il me serre la base du pénis avec une cordelette pour m'empêcher de débander.

Il enlève son pantalon et son slip (je constate alors qu'il n'a pas menti : même au repos, il a la taille d'un salami), s'assoit devant moi et me fait s'agenouiller entre ses jambes ; il me dit « au travail ».
Je lui suce les couilles puis la base du pénis mais cela lui fait peu d'effet et ne lui suffit pas : il se penche, m'attrape les couilles par derrière et les serre ; « avale tout » dit-il ; contraint par la douleur, je m'efforce de le prendre complètement en bouche, distendant mes mâchoires et essayant d'oublier le goût ; il continue à me triturer les testicules et à me les supplicier (les tirant, les écrasant, les tournant) pour ponctuer chacun de ses ordres jusqu'à ce qu'il soit si dur et si gros que je ne peux garder en bouche que le premier tiers de son pénis.

Il me relève en me tenant par les couilles, me détache les chevilles de la table et me met un bâillon très efficace (je m'apercevrai vite que seuls des gémissements étouffés le traverse) puis il m'attache, sur le dos, sur la table ; il fixe la barre des jambes au collier et, ainsi, mon cul dépasse, offert, de la table ; je suis complètement ouvert et à sa merci.

Il joue à me secouer les parties sexuelles de son pied nu puis à me piétiner les testicules ; la douleur me remonte dans le ventre mais je ne peux rien faire.
Il me gifle alors le pénis, le faisant balancer puis prend une palette de cuisine en bois et joue à me faire valser le pénis avec ; d'abord, avec des petits coups légers puis de plus en plus vite, comme s'il s'agissait d'une balle de jokari, jusqu'à ce que mon sexe me cuise .

Il passe alors aux testicules qu'il fait sauter par en dessous, doucement ; puis il les secoue en les tapant de chaque coté ; pour finir, passant par dessus, il les tape comme si elles n'étaient que des grosses mouches à écraser ; je hurle mais il ne tient aucun compte des sons étouffés.

Il allume alors une bougie à vis d'un diamètre respectable et joue à me chauffer le gland en le tenant entre deux doigts ; puis il chauffe, par en dessous, les testicules et finis par l'anus jusqu'à ce que celui-ci, dilaté par la chaleur, s'entrouvre.
Cette chaleur est excitante : parfois douce et agréable, parfois légèrement douloureuse, elle m'excite par l'idée que toutes mes parties sont à la merci du moindre écart.

Il me remplis alors le rectum de gel et me visse la bougie, éteinte et elle aussi préparée avec du gel, dans l'anus.
Il la rallume, m'enlève le bâillon, me met un coussin épais sous la tête et me dit « prépare moi pour que je défonce à fond ton joli petit cul, et dépêche toi si tu ne veux pas que ta merguez et tes petits rognons ne soient cuits à point» ; il m'enfonce sa bite dans la bouche et je met du cour à l'ouvrage, suçotant et aspirant : je sens déjà la chaleur de la bougie sur mes fesses et mes parties sexuelles.

Une fois tendu, il met un préservatif, enduit de gel, sur son sexe monstrueux, éteint et dévisse la bougie puis se positionne entre mes fesses.
Malgré sa préparation, je résiste et il ne parvient pas à forcer l'entrée ; il me saisit alors les couilles et les serre dans son poing ; je me relâche sous la douleur et il en profite pour faire passer à son gland le barrage ; très lentement il me pistonne, tout en me masturbant (il a enlevé l'élastique) et en me triturant les couilles de son autre main ; il finit par jouir et me finis en me masturbant (il m'a étiré la peau du gland au maximum en me tirant les couilles qu'il triture) ; au moment où je jouis, il me serre les couilles à fond dans son poing ; je jouis et j'agonise à la fois.

« Bien », dit-il, « Je sens que tu vas me plaire ; attends toi à des surprises à notre prochaine rencontre»

mecs

poppers13@tiscali.fr http://groups.msn.com/mecs

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes