Best Of Cyrillo

Page précédente

Le stagiaire

La fin de l'année approche, et Hervé n'a toujours pas trouvé d'entreprise pour l'accueillir afin de faire son stade d'étude.
Désespéré, il passe une annonce particulièrement "alléchante" en évocant ses talents divers et surtout ses qualités humaines.
Il précise son absolue détermination à s'impliquer dans son stage et à donner satisfaction.
Inquiet de ne recevoit aucune réponse positive, il se confie à son tuteur de stage.
La discussion devient rapidement conviviale, et Hervé trahit quelques tendances curieuses envers la gente masculine, mais sans plus...
Un jour, son téléphone sonne, en appel masqué.
Un interlocuteur que l'on appellera Henri M. lui propose de le rencontrer en référence à sa recherche de stage. L'enthousiasme l'empêche de s'en rendre compte tout de suite, mais après coup, il réalise qu'il vient d'accepter un rendez-vous dans un bureau en banlieu  à 20h30...
Les références de l'entreprise le rassurent, et c'est confiant qu'il se rend à son entretien.
Le bâtiment semble désert, à part le gardien de nuit dans l'entrée de l'immeuble.
Arrivé en avance, son hôte souligne qu'il apprécie la ponctualité et le félicite.
Ce compliment détend aussitôt l'atmosphère. Et Hervé se sent davantage en confiance.
Il le remercie d'ailleurs chaleureusement pour cette opportunité et soumis à la nécessité d'obtenir un stage pour son diplôme, n'hésite pas à montrer sa détermination à tout faire pour donner "satisfaction".
Cette notion n'échappera pas à son hôte.
Lors de l'entretien, Gérard fera référence au tuteur d'Hervé, montrant clairement qu'eux deux sont très proches, et que c'est cette grâce à cela qu'Hervé est ici...
D'autre part, il évoquera aussi les annonces vivement motivées qu'Hervé à passé.
Gérard semble construire petit à petit une sorte de piège qu' Hervé ne voit pas se refermer sur lui...
Pourtant il aurait dû s'en apercevoir lorsqu'il lui proposa de rendre à cet entretien moins informel et de boire un verre.
Toujours confiant, Hervé accepta, et ils trinquèrent à des perspectives professionnelles assez encourageantes.
Puis Gérard prit un air un peu plus coquin et demanda à Hervé s'il connaissait son tuteur depuis longtemps.
Il lui expliqua que si ce dernier le lui avait recommandé, c'est qu'il savait qu'il pourrait donner entière "satisfaction". Hervé fut flatté, et en  convenait.

Puis Henri prit un air plus sérieux, limite sévère.
Il s'assit à son bureau, et invita Hervé à le rejoindre.
Henri: "Ton programme risque d'être assez chargé..."
Lorsqu'Hervé le rejoint, Henri fit semblant d'être surpris d'avoir une fenêtre ouverte sur un site gay, et la referma en prenant bien soin qu'Hervé l'ait vue...
Il lui lança un regard "interrogatif"... pour tester sa réaction.
Hervé se détourna, gêné.
Henri: "Oups, désolé, écoute, je ne voulais pas te mettre mal à l'aise..."
Hervé: "non, ce n'est rien".
Henri devinait la complicité qui était en train de s'installer, et prit les devant, en renversant "maladroitement son verre sur le pantalon d'Hervé...
Henri: "Oh, mince..... Navré, je suis un peu "tendu" en ce moment..."
Hervé:"Ce n'est rien..."
Mais avant que celui ci termine sa phrase...
Henri: "Enlève vite ton pantalon, je vais aller le rincer!"
Hervé, naïf, obéït immédiatement.
Henri s'en va, et revient sans le pantalon, pretextant l'avoir mis sur un radiateur pour le sécher.
 
La situation devient de plus en plus équivoque, et tendue.
Henri rejoint son bureau et Hervé le suit.
Une fenêtre à nouveau "maladroitement" ouverte sur un site montrant un jeune éphèbe se faisant sodomiser par un homme mûr en costume cravate rend l'atmosphère encore plus pesante...
Henri fait semblant de s'excuser, mais lance un regard coquin à Hervé qui a du mal à dissimuler la bosse sous son slip...
Du coup, Henri prend les choses en "mains".
 
Il saisit une reglette sur son bureau, la dirige vers la bosse de son stagiaire.
Henri: "Et bien alors?... qu'est ce que c'est que ça?..."
Hervé saisi de stupeur, ne répond rien, et rougit.
Henri effleure le sexe d'Hervé, qui ne bronche pas, glisse la reglette dans son slip, et le baisse d'un coup!
Henri: "Tu as l'air très émotif dis moi..."
Hervé rouge de honte, se tourne, et sans en prendre conscience, présente à son futur patron, ce dont il rêvait depuis un moment.
Ce dernier saisit cette opportunité, et après un rapide effleurement de ses fesses avec la reglette, lui en administre un petit coup sec!
Hervé sursauta et tourna la tête vers son hôte, qui renouvela ce geste!
Aussitôt Hervé regarda droit devant lui, comprenant que désormais, il ne pouvait plus que subir la situation.
 
Henri: "Hervé, tu vas avoir beaucoup de travail, et je pense qu'il faut s'y mettre de suite si tu ne veux pas prendre de retard..."
 
Hervé ne perçut pas tout de suite le sens de cette phrase et ne répondit rien.
 
Henri ouvrit son pantalon, faisant sortir son sexe, et prit Hervé par les hanches, pour le retourner.
Il le fit mettre à genoux, écarta ses cuisses, et saisit fermement mais gentiment sa tête pour le guider vers sa tige turgescente.
Henri: "Viens, là, viens voir un peu..."
Hervé montre une légère réticence, la timidité sûrement, mais Henri rafermit son geste, et empale doucement mais sûrement la bouche de son stagiaire sur sa bite.
Henri: "tsss tsss tsss allons, suce moi maintenant".
Ce ton dominant fit frissonner Hervé, qui s'il en doutait, savait qu'il était maintenant complètement à la merci de son patron.
Mais cela l'excitait aussi.
Il se laissait donc imprimer ce mouvement de va-et-viens, sur cette bite, bien dure.
De temps en temps, Henri lui laisse reprendre son souffle, ce qui permet à Hervé de se reculer un peu, et d'envoyer son patron ce regard innocent voulant dire "Mais qu'est ce qui m'arrive? Pourquoi vous me faites ça?..."
Puis le mouvement reprend.
En même temps, Henri commence à le flatter sur sa douceur, et surtout sa docilité.
Quelques "Humm... c'est ça ma jolie, sois bien gentille, ça va aller... Hummm.. Tu suces comme une reine..."
Peu à peu, Henri entreprend un discret conditionnement, et "femellise" son stagiaire innocent...
De sa main droite, il continue de guider son sucer, tandis que sa main gauche va se promener vers le bas de son dos, et arrive doucement vers ses fesses.
IL les tâte, les effleure, et comme pour faire un test, applique un léger tapotement.
Il observe la réaction d'Hervé, qui frissonne, mais ne dit rien.
Encouragé, il renouvele son geste, puis alterne régulièrement caresses et claques sur son cul qui se cambre de plus en plus.
Henri: "C'est ça, vas-y, suce moi bien ma chérie... hummm.... T'aimes ça dis donc..."
Après avoir abusé des talents d'Hervé, Henri relève délicatement sa tête, Hervé est à genoux, entre les cuisses de son patron, et ils se lancent un regard complice.
Le jeu est clair, le patron et sa gentille secretaire font des bêtises tard le soir...
Henri lache les cheveux d'Hervé: "Leche encore un peu mon sexe, voilà, comme ça, doucement..."
Hervé obéït, il passe sa langue doucement, sur le gland, puis descend doucement vers la base de sa tige, parcours entièrement cette bite veineuse de la langue trempée de désir...

Trahissant ses tendances, Hervé referme lui même le piège...

Sentant son plaisir monter, Henri ralentit les gestes du stagiaire zélé.

Henri: "Attends, doucement, pas si vite.." Il se relève, maintient son stagiaire à genoux.

Il lui caresse le visage avec son sexe.

Il lit à travers ses yeux l'excitation, et s'en inspire pour finir se branler et bientôt lacher tout plaisir sur la poitrine d'Hervé dans un râle d'extase.

L'instant semble se figer.

Hervé n'a pas jouï, il est donc encore excité, et encore motivé...

Son boss en est conscient.

Il gagne un peu du temps, le temps de "recharger"... Il propose à Hervé de s'essuyer.

Le stagiaire obéït.

Sa silouhette svelte et son cul cambré ne tarde pas à rallumer son vieux patron.

Henri: "Tu as été très gentille, maintenant, je vais te récompenser..."

En prononçant ces mots, il le saisit doucement et le penche sur le bureau.

Intimidé de se retrouver à offrir ainsi son fondement, Hervé se laisse faire.

Henri: "Allons, détends toi, ça va aller..."

Cette intonnation douce mais ferme est des plus excitante.

Hervé n'a pas d'autre choix, et ça l'excite.

Il pose ses mains de l'autre côté du bureau, et ses fesses se cambrent naturellement.

D'une main, Henri lui maintient doucement la nuque baissée, et de l'autre, commence à parcourir sa raie.

Il ne tarde d'ailleurs pas à en trouver l'entrée.

Il se promène autour, l'effleure, faisant tréssaillir Hervé, et motivé par ses réactions, y entre un doigt avec une aisance inattendue!

Henri: "Dis donc... ça rentre tout seul..." Faisant sous-entendre que son jeune soit-disant puceau avec déjà introduit des choses par ici...

Du coup, Henri retire son doigt, et le complimente d'un "et bien ma cochonne!" en lui adressant une petite tape sur le cul!

Hervé frissonne.

Henri reprend son investigation.

Un deuxième doigt rejoint rapidement le premier, et le rythme s'accélère.

Il ressemble presque à une punition. Comme si le patron voulait limer son stagiaire pour l'avoir excité.

Hervé gémit de plaisir.

Henri retire ses doigts, enfile une capote, et vient se placer derrière.

De la main tenant la nuque d'Hervé, il lui fait tourner la tête, le faisant regarder ce qu'il fait.

Hervé, soumis, observe son patron s'aprêtant à le prendre.

La situation le fait presque exploser de plaisir. Cette vulnérabilité le rend fou.

De l'autre main, Henri guide son sexe, et entre doucement, mais en une fois, poussant son pubis au contact des fesses d'Hervé.

Puis sa main vient saisir sa hanche, rejointe par la deuxième.

De toute façon, Hervé reste la tête tournée vers son étalon, et le contemple en train de le limer.

Il gémit de plus belle, encourageant son mâle.

Lui de son côté rafermit sa prise, et approfondit ses saillies. Il ne lache une main que de temps en temps pour appliquer quelques douces fessées "rythmiques"...

Ayant déjà jouï, il a de la marge, et en profite pour limer à fond son jeune stagiaire qui ne semble pas s'en plaindre.

Les gémissements vont bon train des deux côtés.

La chaleur monte.

Tous les deux à l'aise, Henri se retire, le temps de retourner Hervé sur le dos, les jambes en l'air, coincées sur ses épaules, et reprend son ramonage de plus belle!

Puis son plaisir l'envahit à nouveau, alors il accélère ses coups de reins, en portant un regard insistant sur Hervé, lui montrant bien sa position de femelle, et finalement, se retire, enlève rapidement sa capote, et laisse échapper son plaisir sur le ventre de son partenaire...

Hervé proche de l'extase également entreprend de se branler, mais son patron lui retire sa main, et vient rapidement combler le vide de son petit cul avec deux doigts!

Henri: "tsss tsss tsss.... ne bouge pas..."

"Soumis", Hervé obéït à nouveau, et regarde son boss le doigter avec encore plus d'acharnement.

"Alors comme ça tu voulais prendre du plaisir tout seul!.... "

Il le doigte avec une telle frénésie qu'Hervé en explose de plaisir dans un véritable feu d'artifice!!!!!

Son plaisir se répend partout, sur lui, sur le bureau...

Les esprits se calment, on essuie tout ça.

Henri: "J'ai fait passer tellement d'entretiens que je ne les compte plus, mais je dois te dire que le tien je m'en rappellerai..."

Hervé rougit, et ne répond rien. Il baisse la tête...

Henri conscient du contexte rassure son stagiaire: "Ne te fais pas de soucis, ça reste entre nous tu sais... Je sais que c'est délicat pour toi, mais pour moi tout est ok, si tu veux toujours bosser ici, c'est une chose, pour le reste c'en est une autre, donc aucun problème..."

Hervé rassuré reviendra bosser...

A suivre...

CoolJeff

cooljeff@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.