Page précédente

Le bonheur ?

Ha le plaisir de rentrer chez soit après une rude journée de travail.

Et pourtant quelque chose semble clocher lorsque vous franchissez la porte de votre appartement, une sensation de ne plus être chez soi.

Sans doute la fatigue vous direz-vous ? Vous rentrez, vous déposez vos affaires, vous caressez votre chat qui vient vous dire à la fois bonjour et à la fois remplis moi ma gamelle. Un bruit d'eau attire votre attention soudainement, puis plus rien. Vous écoutez attentivement mais non, il n'y a plus de bruit.

Par contre ce bruit fictif vous a donné une envie, celle de prendre une bonne douche, pour se débarrasser du stress de la journée. Vous allez dans votre chambre où vous ôtez tous vos vêtements, pour le plaisir d'être nu. Vous n'êtes pas pudique, il n'y a personne d'autre que vous, alors pourquoi ne pas faire ce que vous aimez : être nu ?

Vous vous étirez et vous prenez la direction de la salle de bain, vous ouvrez la porte et là ... De la buée s'échappe de la pièce. La porte que vous ouvrez accroche un caleçon qui n'est pas à vous, puis un jeans trop bleu que pour être le votre et finalement, cerise sur le gâteau, un t-shirt blanc alors que vous détestez porter des t-shirts blancs ! Vous avancez encore d'un pas car vous ne comprenez pas, vous êtes chez vous quand même !!

Et puis là votre cerveau cale, il flash, il bug ! Devant vous, un homme est dans votre baignoire, de l'eau jusqu'aux épaules avec plein de mousse le dissimulant presque. Au lieu de savoir qui il est, ce qu'il fait là, comment il est entré, vous accrochez son regard. Vous savez désormais qui il est. Lui aussi sait qui vous êtes. Vous ne savez que dire, que faire, vous vous laissez submerger par les souvenirs.

Depuis quand ne vous êtes plus vu. Vous deviez avoir 15 - 16 ans. Cela ferait vingt ans sans avoir de nouvelles ??? Puis vous vous souvenez.

Lors de vacances à la campagne vous étiez entrain de jouer dans un petit lac puis en sortant vous vous étiez amusés à vous chamailler dans l'herbe. Il avait pris le dessus, il vous surplombait, et il vous avait embrassé. Votre premier baiser. Premier baiser qui avait continué avec des caresses. Vous n'aviez pourtant pas de secret physique l'un pour l'autre alors pourquoi cette attirance soudaine ?? Vous saviez une seule chose, vous aimiez ça, vous l'aimiez lui !
Malheureusement, outre des caresses et votre premier orgasme du à un autre homme (car vous vous étiez déjà branlé ensemble mais pas mutuellement), la relation n'a pu durée. Vos parents ont brisé votre union, à un tel point que durant vingt années vous ne vous ni vu ni envoyé une lettre, RIEN. Et soudain, il se trouve devant vous, nu, à portée de main et vous ne savez comment réagir.
Lui préparé au contact réagira plus vite et entamera une discussion.

- Tu es comme dans mes rêves.
- Est-ce bien toi ?
- Oui. Après tant d'années j'ai réussi à te retrouver.

Une larme coulera le long de votre joue et les mots ne sauront sortir de votre gorge. Pour résoudre ça, il sortira de l'eau, dévoilant toute la beauté de son corps. Vous l'aviez connu ado, vous le voyez homme. Il s'approche de vous et vous serre dans ces bras. Cette fois vous pleurez, vous pleurez autant que le jour de votre séparation à l'inverse que ce sont des larmes de bonheur. Finalement vous reprenez le contrôle de vous, vous l'embrassez dans la nuque, vous lui tenez la tête et vous l'embrassez comme à l'époque.

La sensation est encore meilleure car vos deux sexes s'embrassent aussi, vos torses se touchent, sa barbe de quelques jours vous pique légèrement, un frisson tout entier vous traverse.

Ce simple baiser devient une vraie bouche à bouche, vous ne pouvez vous retenir. Vos mains fouillent le corps de l'autre, vous avez plus qu'envie de lui. A l'oreille vous lui murmurez d'aller dans votre chambre et vous en profitez pour regarder ce visage. Une peau bronzée portant une légère barbe qui lui va à ravir, un grand sourire de contentement, et ses yeux bleus. Ses magnifiques yeux bleus. Vous revoyez ce regard juste avant votre premier baiser. Nul doute possible, c'est lui. Vous en profitez pour le regarder, reluquer son corps. Il est plus musclé que vous, mais c'est une belle musculature, ça lui va, le fait qu'il soit un peu bronzé et bien velu accentue le côté mâle. A vos yeux, il est à dévorer. Vous êtes moins bronzé, moins musclé, tout aussi poilu, et il vous veut aussi. Vous vous dirigez vers votre lit, l'excitation est déjà intense. Vous vous couchez le premier, il se met par-dessus vous, il vous embrasse longuement, il descend lécher votre nuque, votre torse, vos tétons, ils remontent vous embrasser, vous sentez son sexe dure et tendu qui se frotte au votre qui est aussi à son maximum. Il vient se coller à vous, vous le serrez dans vos bras et vous envoyez vos mains se balader dans son dos, sur ses fesses pendant que vos lèvres se mêlent sous des souffles chauds. Vous n'avez jamais ressenti aucun désir aussi intense, vous avez l'impression que votre dépucelage ce sera ce soir.

Il redescend vous embrasser le bas du ventre, votre nombril, et enfin, il agrippe votre sexe et votre bourse. Vous gémissez alors qu'il ne fait que posez ses lèvres sur toute votre virilité déployée. Et cela va durer quelques longues minutes durant lesquels vous vous retiendrez de jouir, mais pas de gémir. De temps en temps son regard cherche le votre, et lorsqu'il voit à quel point vous avez bon, il continue, s'appliquant d'autant plus.

Pour ne pas exploser, vous l'arrêtez, c'est à son tour maintenant. Il vient s'étendre à côté de vous et met ses mains sous sa tête. Vous vous dressez sauvagement à quatre pattes au-dessus de lui, vous l'embrassez, vous venez grignoter ses aisselles, ses tétons, sa bouche, et vous finissez par gobez son sexe puissant. Vous pouvez apercevoir un petit pincement de lèvres tant il aime ce que vous faites, il s'étire légèrement en arrière en soupirant. Comme si ça ne suffisait pas vous vous attaquez à ses testicules, il pousse un petit gémissement. Vous n'hésitez pas à le caresser. Lorsque vous le sentez à point, vous remonter l'embrasser mais pendant ce temps là, votre main part subtilement à la recherche d'un préservatif dans la table de nuit. Vous redescendez lui appliquer ce petit bout de plastique même si votre envie est de le possédez sans. Le message est clair. Il vous cède la place avec les oreillers et le voir qui s'apprête à vous faire un anulingus vous donne tout un frisson, puis ça y est, sa langue chaude part à l'attaque. Tout votre corps réagit. Vous ne pouvez plus attendre, vous lui demandez de vous prendre. Il vous lance un regard pour vérifier que vous en êtes sur et c'est le cas.

 

Il se place et doucement pénètre un lieu qui lui est inconnu. Au plus il pénètre, au plus il accélère, au plus vous jouissez. Vous êtes sur le point de lâchez quand il s'arrête et vient vous embrasser. Ça vos calme juste le temps qu'il vous prenne dans ses bras et qu'il vous soulève pour continuer à la verticale et c'est dans cette position que vous jouissez. Jamais vous n'avez vu autant de sperme sortir de vous-même. Son torse en est plein. Mais il continue, il vous repose sur le dos et repart à l'assaut en même temps qu'il extrait les dernières gouttes de votre pénis. Le voir lui, couvert de votre sperme, penché sur vous et occupez à vous prendre, c'est le rêve le plus absolu qui se réalise.

Vous vous relevez, juste assez que pour pouvoir l'embrasser. Puis vos mains se dirigent vers ses fesses, vous les massez, vous le poussez encore plus profond en vous. Mais il lui faudra encore de longues et précieuses minutes avant de jouir, et ce visage, cette grimace qu'il fait en jouissant, plus jamais vous ne l'oublierez. Il retombe sur vous et vous l'embrassez.

Vous aimeriez rester comme ça l'éternité, lui en vous et unis. Après ça il s'écroue à côté de vous et se met à rire, un rire joyeux comme le dit son regard. Vous passez une main sur son torse et il attire vos doigts pour lécher le sperme que vous aviez laissé sur lui. Vous vous embrassez à nouveau. Et puis la seule chose que vous trouvez à dire c'est : « Tu restes manger ? ».

D'un sourire il vous répondra oui. Vous irez préparer à manger pendant qu'il restera sur ce lit, puis il vous rejoindra et enfin vous vous mettrez à parler. Mais c'est une discussion timide, il y a souvent de petits blancs que des sourires effacent. Après un repas léger, en débarrassant, il se collera à vous et vous embrassera dans la nuque.

Après tout vous avez vingt ans à rattraper. Cette fois c'est vous qui le prendrez lui. Le voir jouir vous rendra plus heureux que tout. Tellement que toute la nuit vous passerez votre temps à vous embrassez à vous caresser.

Le lendemain vous ne prendrez même pas la peine de vous lever pour aller travailler, vous resterez à côté de lui pour le voir dormir, pour entendre sa respiration, pour sentir son odeur.
Ce bonheur là vous l'avez mérité !

BJ

blackjackvdn@hotmail.com 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.