Page précédente

Lope dans le parking

Je suis ce qu’on peut appeler une belle salope de 29 ans. Pas une beauté fatale mais pas mal foutu quand même.

Mon trip est de rencontrer des hommes virils et de préférence de plus 40 ans.
En tchatant sur le net je trouve un homme de 45 ans qui avait juste envie d’enculer ma bouche. Une heure du matin il m’envoie un message sur mon gsm pour que je vienne juste me faire défoncer la bouche. Comme une lope bien docile, je m’exécute. J’arrive chez lui, l’accueil était froid glacial, il devait revenir d’une soirée et il avait juste envie d’avoir une petite gâterie et semblait n’avoir rien à battre de moi :
- vas y suit moi jusqu’au salon. Il baissa son pantalon,
- suce salope qu’est ce que tu attend…
- vas y fait ta salope suce la bien…
- oui vas y chienne…..
- allé fait ça mieux…..
- oui c’est bon…hum
Je l’ai sucé facilement 20 minutes puis il m’ordonna de partir et il me dit qu’il m’enverra un sms s’il avait encore besoin de ma bouche.

J’avais encore envie d’une bite à sucer et je n’avais pas envie de rentrer directement chez moi. Je me suis arrêté sur l’air de parking des Amoudries, région de Charleroi, où les camions stationnent la nuit et ou l’on peut y trouver de temps en temps de beaux hommes virils. Il devait être deux heures au matin et pas une voiture hormis une quarantaine de camions garés.
Je suis passé à faible allure en face de chaque camion en espérant avoir une touche avec un beau vieux routier. Il en était rien et je me suis arrêté au niveau du dernier camion. J’ai attendu 5 minutes puis je suis sorti prendre l’air pour pisser.
Il y avait un peu de lumière dans ce dernier camion et j’arrivais à distinguer une couleur qui ressemblait à celle de la peau humaine. Je restais quelques minutes à pisser tout en regardant les rideaux qui bougient légèrement, et j’ai commencé à pisser en direction du camion tout en me caressant mon sexe. A ma stupéfaction, la porte du camion s’ouvra. Je m’approcha prudemment pour y découvrir un beau routier qui devait avoir 45-50, beau gosse et bien viril. Il portait juste un slip. Sans rien se dire, je m’approchais de son slip blanc tacheté. On pouvait distinguer qu’il bandait déjà ce vieux porc. J’ai certainement dû l’exister avec mon petit show. Il ne voulait apparemment pas que je rentre dans son camion pour que je le suce, il resta sur l’escalier de son camion, debout, et me présenta son sexe en érection. Je montai une marche et commençai directement à le sucer. Son sexe était énorme, facilement 18*6. J’étais excité par la situation et je l’ai sucé comme une chienne qui n’avait plus mangé depuis des années.
Ce beau et viril routier avait directement compris que j’étais du genre salope, car je lui léchais les couilles en redescendant vers ses fesses et je revenais sur son gland avec ma langue. C’est là qu’il prit ma tête par les cheveux et commença à bourrer ma bouche comme un trou. A ce moment là je n’étais plus q’un vide couilles. Il enfonça de plus en plus profond son sexe bien dur. Il n’hésitait pas à me donner des coups de rein pour que je sente bien ses couilles sur mon visage. Ses couilles devenaient tout petites, son jus arrivait. Il se retira de ma bouche et juta de bons petit jets qui arrivaient sur mon ma figure et ma veste. Je continuai à le branler tout en le regardant. Il était content d’avoir vider ses couilles sur une petite salope. Il referma sa porte sans me dire au revoir. Il avait pris son plaisir et moi aussi. Pendant plus de 15 minutes j’étais comme une poupée gonflable sur laquelle on s’est excité.

Je n’en avais pas encore assez et je voulais encore sucer des bits. Je décidais de faire le tour des autres camions après 10 minutes je décidais de retourner à ma voiture car tout le monde était en train de dormir.

Arriver à ma voiture, un break de société passe à coté de ma voiture et s’arrête 30 mètres plus loin.
Je sorti de a voiture et me dirigea vers la voiture discrètement. Cela devait être mon jour de chance car je découvris dans une faible lueur un bel homme mi 40 aines. Bien portant visage d’homme viril et beau par-dessus le marché. On se dirigea vers les fourrées. On sorti chacun son sexe. J’ai commencé à le branler, son sexe étai rapidement bandant. On se branlait mutuellement mais après quelques secondes j’avais déjà envie de juter. J’ai donc commencé à le sucer longuement. Il avait une bite aussi grosse que le précédent. J’essayai de sucer ses couilles mais juste sa bite sortait de son jeans. J’étais accroupi pour le sucer quelques minutes puis je me suis relevé pour retirer ma veste et abaisser mon pantalon. Mon petit jeu de salope l’existait de plus en plus. Il me tripotait un peu le cul pendant que je le suçais toujours comme un mort de faim. Tout d’un coup il pris mes fesses avec ses deux mains et me retourna, il rentra sans préparer le terrain son sexe dans mon trou. Il me laboura avec vigueur j’avais mal car il me prenait à sec. Il avait bien senti que j’étais du genre salope qui aimait bien avec mal et recevoir de bons coup de bit. Apres une petite minute je me retirai sentant qu’il allait craché. Et comme une belle cochonne, j’ai de nouveau sucé sa bite qui sortait à peine de mon cul. Il redoubla d’excitation et commença à prendre ma tête pour m’enculer la bouche et la mettre bien profond. Il prit ma tête pour que je lui suce les couilles pendant qu’il se branlait. Apres que quelques secondes il lâchât son foutre qui arriva en partie sur mon visage. Il remontât son pantalon puis je suis quand même retourner chez moi car il n’y avait plus de bites à sucer.

Je suis arrivé dans mon lit et je me suis branlé en pensant aux trois bites que j’avais sucées.

Lecuore

lecuore1979@hotmail.com

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.