Page précédente

Ma première fois.

Je crois que les mecs m'ont toujours attiré plus les filles. Je me souviens que la première fois, et les autres fois suivantes d'ailleurs, que j'ai vu un film porno ( hétéro d'ailleurs ) je préférais regarder la bite des hardeurs plutôt que les hardeuses.

Chaque fois que je me branlais, je m'imaginais avec un mec ( parfois plusieurs d'ailleurs ). A chaque fois, je m'imaginais être à la place de ces actrices pornos entrain d'astiquer la teub de ces types supers gaulés.

Le jour J se présenta enfin : la première fois avec un mec.

Ma dernière année de collège venait de s'achever et les grandes vacances commençaient. J'étais parti passé une partie de mes vacances chez mes grands-parents à Reims. Comme à l'habitude, je me rendais régulièrement au centre-ville pour faire les magasins, mon activité favorite. Un après-midi je partais donc faire du shopping quand un beur de 25-30 ans me demanda l'heure.

Sans aucune arrière-pensée, je lui répondis et la conversation s'engagea ( bizarre . ). Le mec me posa quelques questions : d'où je venais, ce que je faisais, si je connaissais la ville et me proposa une visite guidée de la ville ( encore plus bizarre . ).

Craintif de nature, j'aurais habituellement refusé mais là je ne pu résister et accepter immédiatement. J'avais une trique d'enfer. Ma visite commença par le Parc Léo Lagrange ( juste derrière le stade de foot de la ville ). A cette époque ( et je le découvris bien vite ) je ne savais pas que ce parc était le lieu de rencontre des gays pour « tirer un coup et au revoir ».
Nous arrivions au bout d'un chemin et me fis asseoir sur un banc. Je sentais la pression montait en moi. La discussion continuait sur des sujets plus cons les uns que les autres. Je scrutais discrètement sa main frottait son entrejambe et il commença à déboutonner un à un les boutons de son jean's.

Je ne sais ce qui me pris et lui lançais alors un pauvre « je peux ». Il me regarda, me fit un « quoi ? ». En réponse je posais ma main sur son paquet. Il me sourit alors et me dirigea vers un endroit plus discret. Il commença à me dessaper, à m'embrasser partout ( excepter sur les lèvres ). Il sortit nos deux bites, joua avec en les masturbant toutes les deux en mêmes temps et en faisant certains vas et viens .

Il me demanda si je l'avais déjà fais avec un mec et ( puceau de ce coté-là ) voulant me donner du courage et ne pas passer pour un con inexpérimenté je lui répondais oui.
Je me baissais alors pour enfin avoir entre mes lèvres l'objet de toutes mes convoitises. Déception totale : elle avait un goût ( sans commentaire ) à tel point qu'après un aller-retour je me suis relevé et lui ai demandé de m'enculer.

Il ne s'est pas fait prier. Il me retournait, m'écarta les fesses, joua un peu avec ma rondelle, m'enfonça un ou deux doigts enduits de salive pour préparer ce qui aller suivre. J'étais alors très angoissé.
À peine préparé, il présenta son gland contre ma rondelle et poussa sans trop de ménagement sa bite dans mon trou. Sa queue était enfin en moi ou plutôt j'avais enfin une queue en moi : ce fut un mélange de douleur, de plaisir et de satisfaction d'être passé à l'acte. Pendant cinq bonnes minutes, il m'encula et encore aujourd'hui j'ai du mal à dire si j'ai réellement eu du plaisir. Après un pilonnage intensif dans le seul but de prendre son pied ( et seulement le sien ), il arriva à ce qu'il attendait le plus, il accéléra la cadence, et déchargea en moi : une substance tiède se trouvait alors en moi.

Il rhabilla aussitôt sans même que je n'ai jouit. Je tentais une approche pour remettre ça et espérais prendre réellement mon pied mais il me reposa : Le pauvre était déjà fatigué. Il me demanda alors l'âge que j'avais. Quand je lui répondis, je vis un petit sourire de satisfaction en coin et me répondit « j'en étais sûr » : il venait de se taper un jeune mec.
Il me donna son tél de portable dans le but de se revoir chez lui dans quelques jours pour remettre ça. Deux jours plus tard, j'ai tenté de l'appeler, mais je n'ai pas pu lui dire un mot. La semaine suivante, nous nous retrouvions par hasard en ville. Il tenta de me ramener chez lui mais je ne pu y aller. Je me souvenais trop de ce moment passé avec lui . et où sincèrement je fus très déçu de ma première fois.

Cependant, même si ma première fois ne fut pas très réussie, je dois dire que lorsque j'y repense j'ai une trique d'enfer et regrette de ne pas avoir recommencé avec lui : juste pour voir.

Depuis cette date je n'ai eu que deux partenaires gays et toujours dans ce parc. J'ai eu une belle expérience hétéro avec une fille merveilleuse. Mais depuis un certain temps c'est le vide total malgré des propositions, surtout de garçons. J'ai 20 ans, suis-je gay ?, bi ? ou hétéro ?, je ne sais pas encore mais je suis toujours dans l'attente d'un prince charmant ( ou même d'une princesse ). Et oui c'est beau de rêver. ).

Anakin
anakin_skywalker_55@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes