Best Of Cyrillo

Page précédente

Marc

Cela fait un bout de temps déjà que je lis les histoires du site de cyrillo… en fait je les lis depuis 2001, âge où j’ai commencé très jeune à avoir des fantasmes !

J’ai 20 ans tout juste et j’habite à Bruxelles pour mes études. Je vais essayer de vous transmettre ce que j’ai bien pu ressentir ce jour là…

Mon ami, on va l’appeler Marc, est un petit peu plus âgé que moi et je préfère. Au moins j’ai la protection dont j’ai besoin au lit ! Il m’a téléphoné l’autre jour pour me dire qu’il avait deux heures d’avance sur son boulot et qu’il trouverait le temps de passer. La bonne blague ! Maintenant je devais me dépêcher de me rendre présentable, reprendre une douche, nettoyer mon appart… mais ça me faisait plaisir.

Aucun bruit de sonnette, il a juste frappé à ma porte… encore plus surpris. Un résident a dû lui ouvrir… quelle bande d’inconscients ! Je lui ai ouvert et il a tout de suite été nicher son visage dans mon cou. Ses mains m’ont caressé le dos et il m’a serré dans ses bras. Voilà le câlin qui me manquait. Il appuie un peu sur moi, me fait tourner et me dépose tout doucement contre le mur du hall avant de m’embrasser. D’abord doucement, puis un peu plus lubrique. Sa langue d’abord gentille essaie de me posséder. J’adore. Je le laisse faire tout en le chauffant un peu plus… ma main droite glisse dans le bas de ses reins et le presse un peu plus pour qu’il me colle. Ma jambe remonte doucement jusqu’à ce que sa frénésie nous entraîne. Là il se rend compte qu’il a été un peu vite et reviens à la réalité… Son sexe est toujours dur lui..

« Comment tu vas ? Tu as passé une bonne journée ? Les cours étaient comment ? » avec son pti sourire en coin.
« Très sympas, mais les démonstrations de chimie pendant quatre heures m’ont achevé ! Je suis content que tu sois là… Tu veux manger quelque chose ? »
« J’ai déjà mangé. Mais si tu veux on peut s’arranger. Je commence par te manger tout cru, ensuite on commande quelque chose… un resto si tu veux. Ou une crasse… C’est comme tu veux »

En disant cela, il me prend à nouveau dans ses bras par derrière.
Moi j’étais de nouveau parti pour finir de ranger ma paperasse et mes syllabi.
A nouveau son visage dans mon cou… ça me fait complètement vibrer ça. En plus il commence à descendre ses mains en bas de mes fesses… Là je ne résiste plus, je tourne la tête de coté et l’embrasse langoureusement. Cette fois ci je ne m’en tirerai pas en parlant ! Et j’ai bien envie de le contenter. J’ai de plus en plus envie de le déshabiller, de le sentir contre moi, de sentir son envie… Aussitôt dit aussitôt fait, je l’attire dans le lit. Je l’y jette sur le dos et me place à cheval sur son entrejambe… Je commence par le taquiner, je ramène ses mains vers le haut en l’empêchant de bouger et je remue tout doucement mon cul. Là c’est sûr il aime.

Avec ça je recule de temps en temps ma bouche alors qu’il essaie de m’embrasser. La pression monte. Son envie monte. Mon envie monte. Je lui enlève sa chemise et ce que je porte est bien vite emporté par ses mains. Me voilà nu dans ses bras que je libère. Lui s’assure que je n’ai pas trop froid et tire notre couverture. Là je peux commencer à le titiller encore plus. Nu je sais que ça l’excite, ses mains me parcourent le dos, descendent encore un peu, je sens bientôt un doigt essayer d’entrer… Bientôt deux…

Je lui glisse à l’oreille que j’ai envie de le suce. Il me chuchote tout autant qu’il veut que je le suce. Je descends et le prend en bouche tendrement. La première fois au fond de ma gorge, je sais qu’il aime… Je sers doucement sa base et à chaque fois qu’il bute au fond de ma gorge ses mains se resserrent et sa bite gonfle… J’adore sentir son désir. Avec ma main gauche, je caresse son périnée, avec la droite je prends son sexe et commence mon va et vient, lent mais ferme… ma langue le garde gonfler en le titillant sans arrêt. Ses mains sur ma nuque. Son désir… ses râles…

J’aime remonter l’embrasser pour savoir ce qu’il en pense, pour entendre des mots cochons… mais je le connais depuis trop peu de temps pour qu’il ose. Alors je redescends après l’avoir embrassé à pleine bouche cette fois, je reprends une bouffée de tendresse. Cette fois ci, ses doigts se font plus insistants autour de mes sphincters. Son désir m’excite et je m’ouvre facilement. J’ai envie qu’il me prenne… Je veux qu’il me prenne, je veux qu’il me baise, je veux qu’il me nique. J’ai envie de lui.

Il le sent, place un préservatif et me mets sur le ventre… Il préfère cette position… Tant mieux, ça me laissera le loisir de changer de position facilement ! J’aime ce moment… Il est serré contre moi, il a tout le contrôle, j’aime son contrôle. Il presse, je remue un peu ce qui a pour effet de le durcir encore… son gland rentre… C’est le moment pour un « vas y doucement mon chéri » auquel il répond parfaitement en m’embrassant la nuque « ne t’inquiètes pas mon cœur ».

Tout doucement, il me prend petit à petit, son sexe me prend très peu puis je m’ouvre… Il commence à avoir envie de plus, j’ai envie de me faire baiser moi… je ne demande que ça. La petite douleur disparaît et il me pénètre plus profondément. J’écarte mes jambes un peu plus et j’enfuis ma tête dans le coussin. J’adore. Il me prend profondément, lentement. « Ca va ? » « J’adore » et je me tourne pour l’embrasser.

Plus longtemps il me prend, plus j’ai envie d’être salope.. En plus d’écarter les jambes je creuse les reins maintenant. Je ramène mes jambes sous moi… Il apprécie le changement, me murmure un « saloppppe » en souriant et se redresse. Je bande sérieusement et je commence à me branler… mon pti Marc lui commence des coups de butoirs bien moins sentimentaux. Ses gémissements augmentent et j’avoue que je commence à pousser des « uhmmm » à travers toute ma chambre. On essaie de se calmer et je me redresse sur lui… un peu de bisous, de câlins… et cette fois ci il se libère : « Remets toi steuplé… je vais te niquer bien fort maintenant… allezzzzzz mon chéri j’ai envie de te baiser !!! »

C’est bon oké… La tendresse est passée, vive la baise pure et dure. Notre excitation monte, il me baise de plus en plus fort. Je ne tiendrai plus longtemps… Je dois même arrêter de me toucher… Presque à ce moment je le sens arriver au point de non retour, ses mains pressent mes reins, je me cambre un peu plus… et dans un gémissement qu’on ne retient plus, on jouit ! Je sens mes sphincters vibrer à chaque jet dans mon cul, je le sens à bout de force sur moi et avec ça je me prends aussi mon sperme sur la joue...

Roméo

histoires-sexe-de-romeo@live.be

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.