Best Of Cyrillo

Page précédente

Faire son marché...

Je vis depuis un an au centre d'une ville où se déroule chaque samedi matin un marché. et assez souvent, je vais acheter mes fruits et légumes à ce marché. j'ai bien évidemment mes commerçants attitrés choisis en fonction de la qualité de la qualité de leurs produits et de leurs vendeurs...
Mon vendeur préféré se trouve être un charmant jeune homme de 19 ans. Environ 1m80, les cheveux roux et les yeux bleus très clairs.
Chaque samedi, j'essaie donc de me faire servir par ce beau mâle, d'échanger quelques mots et pendant l'attente de le mater. Lorsqu'il fait chaud, il est en bermuda et en tee shirt. Je peux donc admirer ses jambes et ses bras légèrement couvert de duvets.

Ce samedi comme d'habitude, j'ai donc fait mon marché le matin. Je suis ressorti faire un tour en ville puis suis retourné vers chez moi aux alentour de 13 heures. Et là je croise mon beau rouquin qui vient visiblement de quitter son travail.

Je le croise et lui dit bonjour et m'arrête pour discuter un peu avec lui. Je lui propose de boire un coup. Il hésite un peu et finit par accepter. Nous montons chez moi. Il s'installe sur le canapé et je vais chercher les boissons.
Je le sers et nous discutons de son travail sur le marché qui lui sert à financer ses études. Bien évidemment je ne perds pas une miette du spectacle de ce beau mec qui est assis là les jambes bien écartées. Je pose enfin une main sur sa cuisse et la caresse. Il rougit un peu mais ne marque pas de réactions hostiles. Je continue donc à lui caresser la cuisse et remonte ma main sous son tee shirt. Sa peau est douce. Comme il a travaillé, il a un  peu transpiré mais l'odeur n'est pas trop forte, c'est même carrément excitant. Je soulève son tee shirt pour promener ma langue contre son torse. Sa peau est très blanche et ses tétons roses. Il est doté d'une belle musculature fine. Ma langue se ballade sur son torse et finit par lécher ses tétons. Ma main droite caresse sa cuisse et remonte vers son chibre. Je sens à cet endroit une belle bosse. Visiblement le gaillard a l'air excité !
Je mordille légèrement ses tétons. Il enlève alors son tee shirt. Ma bouche s'occupe de ses tétons et ma main frôle le bas de son ventre. Puis je décide d'aller voir les beaux fruits qui se cachent derrière ce bermuda. J'ouvre un premier bouton et glisse un doigt à l'intérieur et je tâte la belle banane qui s'y trouve à travers le tissu du boxer. Elle a l'air copieuse...puis mon rouquin ouvre les deux autres boutons et baisse son bermuda. Sa queue est en effet imposante dans son boxer blanc. Et ses deux abricots semblent bien gros. Ma main les prend et les caresse  à travers le tissu. Je pose ma bouche sur sa queue. Je finis par lui baisser son boxer car je suis impatient de toucher la peau de sa bite et de ses couilles.

Je ne peux m'empêcher de lui dire qu'il a de beaux fruits (délicieusement entourés de poils roux). Il me répond : "oui, 20 cm"...et avec ça un beau gland, une tige épaisse et blanche et de très grosses couilles, son gland est rose.

Je me baisse alors vers ses appâts pour lécher ses grosses couilles. Ma langue passe de l'une à l'autre. Avec des couilles aussi grosses le mec doit être juteux. Je gobe sa couille gauche, la travaille avec mes lèvres et ma langue. J'essaie ensuite de gober la deuxième mais elles sont trop grosses pour tenir à deux. J'avale donc ses abricots l'un après l'autre. Le rouquin a la queue qui frétille, visiblement mon léchage de boules lui plait. Puis je les malaxe avec ma main pour permettre à ma bouche de s'occuper de sa banane. Je prends sa tige dans ma bouche mais ne touche encore pas à son gros gland. Je ne tiens plus, ma langue remonte vers son gros gland. Elle le caresse enfin. Mon rouquin lâche un petit gémissement et sa queue se met à bouger. Face à cet encouragement, j'avale son gland et le travaille avec mes lèvres et ma langue, arrachant à mon beau vendeur de nouveau gémissements de plaisir. Je commence à avaler un peu plus sa bonne bite et à faire quelques aller retour. Il pose ses mains sur ma tête pour branler sa bite avec ma bouche. Il se lève. Je suis à genoux devant lui. J'avale sa bite de nouveau. Il repose alors ses mains sur ma tête pour la bloquer. Il enfonce alors tout son gourdin dans ma bouche. Son gland est au fond de ma gorge et ses 20 cm dans ma bouche. J'étouffe totalement vu le morceau de viande que j'ai dans la bouche. Il retire sa bite pour me laisser respirer un peu. Pas longtemps car il l'enfonce de nouveau. Je suis aux anges. Je profite d'un moment de respiration pour baisser mon pantalon et mon caleçon. Il me demande de le pomper. Je lèche ses boules et remonte jusqu'à son gourdin que j'avale. Il bouge ensuite sa bite pour me défoncer la mâchoire. « Putain, t'es trop salope, t'aime la bite »

Ensuite je redescends à ses couilles puis ma langue va se promener sur ses fesses imberbes et sa raie. Là, il me dit qu'il est pas PD, qu'il veut pas se faire enculer. Je lui dis ok mais laisse-toi faire quelques minutes et si t'aime pas j'arrête. Ma langue lèche sa fente. Avec mes mains j'écarte ses belles fesses fermes pour voir sa rondelle rose. Ma langue se pose dessus et lui lèche la pastille. Trop bon de lui lécher ses belles fesses.
Il me demande de m'allonger au sol sur le dos. Je lui obéis même si j'aurai bien continué avec son trou quelques minutes de plus. Je suis allongé. Il me passe dessus, mets ses jambes de part et d'autre de mon corps et me présente son cul près de ma bouche. « Vas-y continue un peu ». Mmmm, le voici qui écrase ses fesses sur ma bouche. Je trique à mort de devoir lécher ce trou imberbe et bien serré. Ma langue s'enfonce plus profondément dans son trou.

Il se relève et me dit de le sucer à nouveau. Il est à genoux et moi à 4 pattes devant lui à pomper son chibre. Mes fesses sont surélevées. Il faut dire que pomper ses 20 cm me mets le feu au cul.

Il pose sa main sur mes fesses et me dit « apparemment vu comme tu positionnes ta chatte, t'as envie de te faire ramoner ». Il salive sur un de ses doigts et le présente contre ma pastille. Il en force le passage. Je gémis à l'idée que son double décimètre va venir me pilonner.

« Aller va chercher une capote ». Je fonce et reviens assez vite. Il enfile la capote, mets un peu de gel dessus. Je suis à 4 pattes. Son gland se frotte à mon trou. Tout à coup il donne un coup de rein pour enfoncer sa grosse trique. Je hurle de douleur. Son gland est rentré. Et dans la foulée, sans pause il enfonce le reste. Je grimace de douleur. Il me dit que c'est ce que je voulais, me faire défoncer la chatte par sa bite et que vu comme je suce, je dois pas en être à ma première. Il commence ses va et vient. Il sort sa pine et me l'enfonce. Il recommence la manœuvre à plusieurs reprises. Je finis par prendre mon pied. Il bouge divinement sa grosse queue dans mon cul.
« Pas mal, c'est la première fois que je nique la chatte d'un mec, à défaut de meuf. Jusqu'à maintenant j'ai baisé qu'avec des filles, enfin sauf les pipes que me faisais mon cousin»
Il sort sa pine, et s'allonge au sol. « Viens mettre ta chatte dessus ma pine ». Je me positionne au dessus de sa bite et l'enfonce dans mon fion. Je gémis tellement c'est bon de la sentir s'enfoncer bien profond. Je lui branle la queue avec mon cul.
Il me demande ensuite de me mettre sur le dos car il va me baiser comme une salope. Je suis allongé, il pose ses mains sur mes mollets et lève mes jambes. Ensuite il enfonce sa bite dans mon trou et me pilonne à fond. Ma bite est raide et humide, mon bas ventre est mouillé. Pendant 10 mn il me défonce puis me dit qu'il veut voir comment il me fait du bien. Il me demande donc de me branler. Il ne faut que deux mn pour que je largue la sauce. Le premier jet va dans mes cheveux, le reste un  peu partout sur le torse.
Il sort sa bite de mon cul, enlève la capote et me demande de le pomper. Lorsque son cousin l'avait pomper, il avait largué dans sa bouche toute chaude et son cousin avait tout bu le jus. Ça lui avait trop plu mais depuis les filles il n'en trouve pas qui veulent faire ça.

Je reprends donc sa grosse pine dans la bouche tout en malaxant ses grosses couilles pour qu'elles produisent un max de jus. Ensuite il reprend son gros engin bien en main et le branle, je descends lui lécher ses grosses couilles puis son gros gland. Lorsque j'ai posé pour la 2ème fois ma langue sur sa bite, un long jet sort de son gland et vient s'écraser sur ma gueule, j'ouvre vite ma bouche pour avaler sa bite. Ses grosses couilles juteuses vident alors 7 longs jets chauds de sauce. Pendant qu'il largue il me dit que je suis vraiment une bonne salope. J'ai la bouche bien pleine. J'avale son jus.
`Nous allons prendre une douche. On discute encore un peu et il me dit de lui donner son portable car à l'occasion il pourrait passer se vider les couilles sur moi.

Dvd

davidstaudt69@hotmail.com

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.