Best Of Cyrillo

Page précédente

Médecin de campagne.

J'ai 30 ans, je suis médecin et je fais des remplacements à la campagne.
L'histoire que je vais vous raconter remonte à quelques jours alors que j'étais en tournée dans un coin paumé. Sur une route étroite, j'ai croisé deux hollandais dans un 4x4 qui était un peu trop à gauche et qui a frôlé ma voiture. Nous sommes alors sortis pour constater les dégâts sur l'aile de ma voiture. Les 2 mecs étaient torse nu et portaient des shorts en jean très courts et très moulants ! Rien qu'en voyant ça, j'avais envie de leur pardonner leur imprudence et de me consoler dans leurs bras ...
Comme j'étais très pressé, je leur proposai de me retrouver à mon cabinet l'après-midi même, après mes consultations, pour établir un constat.

Le soir, à l'heure convenue, je retrouvais mes 2 apollon, un peu plus couverts que le matin, mais toujours aussi sexy avec leurs petits pantalons de lin et leurs tee-shirts moulants.

Je les fis entrer dans mon cabinet et l'un d'eux commença à se plaindre, dans un anglais parfait, d'une douleur à la cuisse. Je lui proposai de vérifier et donc de quitter son pantalon. Avant même que j'ai eu le temps de me retourner, celui-ci avait non seulement enlevé son pantalon, mais également son tee-shirt : je n'avais plus qu'à admirer son corps musclé et légèrement bronzé, et vérifier à travers son boxer des fesses bien rondes et fermes et un sexe plutôt volumineux !

Je commençai à palper l'endroit de la douleur, qui était dans le milieu de la cuisse et je remontais progressivement jusqu'à l'aine. Alors que je tâtais cette partie de son anatomie, je voyais son sexe se raidir ; mon geste se fit plus précis pour ne lui laisser aucun doute sur mes intentions à venir ! Il comprit le message et se redressa, il posa alors sa main sur mes fesses pendant que son copain s'approchait pour m'enlacer...

Je portais à ce moment-là uniquement un pantalon et une blouse blanche courte sans rien dessous. Le premier gars dégrafa violemment ma blouse, l'autre me l'enleva et commença à me lécher les tétons. Pendant ce temps, le premier me malaxait les couilles à travers mon pantalon. Il décida alors de me l'enlever et constata que je portais un string transparent, ce qui fit monter sa libido !

Maintenant, nous étions tous les 3 complètement à poil, nos queues étaient raides et prêtes à exploser (il faut dire que chacun s'affairait à rendre les autres super excités...). Le premier des 2 gars me bouffait la pine avec fougue et son pote me fourrait la langue au fond de la bouche : le mélange de nos salives m'enivrait ; ajouté au bien que me faisait mon suceur, j'étais prêt à cracher mon foutre.

Mais avant ça, j'avais envie de connaître les habitudes de nos 2 jeunes hollandais ! Je me retirai donc momentanément du jeu et les encourageai à reprendre leurs activités sexuelles à 2. Quel plaisir ! Aucune partie de leur anatomie ne fut en reste : leurs langues parcouraient leurs corps musclés et leurs queues bien bandées s'agitaient dans ce bureau où l'odeur des mâles se répandaient maintenant.

Au bout de quelques minutes, je revenais auprès d'eux : l'un me prit par la taille et m'embrassa fougueusement ; quant à l'autre, il commençait à me travailler le cul, s'approchant progressivement de ma rondelle qui l'attendait... Il n'eut pas beaucoup de mal à me pénétrer tant j'étais excité à l'idée de recevoir sa grosse queue large et longue. Pendant qu'il me bourrait le cul, son pote me pompait ardemment la queue, si bien qu'au bout de quelques minutes, mon foutre jaillissait dans sa bouche. Il se relevait alors pour m'embrasser et partager ce liquide chaud et abondant qui, quelques temps plus tôt, bouillonnait encore dans mes bourses. Son ami ne tarda pas à décharger son foutre en moi : sa jouissance dura une éternité !

Nous étions là à contempler nos corps en sueur et nos grosses bites encore bien dures quand on sonna à la porte de mon cabinet...

 

Je dois vous parler un peu de moi, au cas où certains auraient envie de subir avec moi un examen médical particulièrement approfondi ... Je mesure 1 m. 80 pèse 65 kg. je suis brun aux yeux verts clairs et je pratique la natation, ce qui me permet d'avoir un corps aux muscles bien dessinés mais sans plus... Ma queue mesure 17 cm et a un diamètre de 13 cm.

Au moment où la sonnette retentissait, nous étions en train de nous rhabiller. Je criais donc à mon visiteur à travers la porte de patienter quelques instants. Je m'arrangeais pour faire croire que je terminais une consultation et raccompagnais mes 2 canons à la porte. Dehors, se tenait un de mes amis : j'avais oublié que je lui avais donné rendez-vous après ma journée de travail pour une séance de natation. Je le fais donc rentrer en espérant que l'odeur des mâles en rut n'éveillerait pas ses soupçons. En même temps, ce jeune minet (tout juste la vingtaine) est loin de me laisser indifférent, et même si je n'ai jamais rien osé tenter avec lui, je ne serais pas contre une initiation...
Polo est étudiant, il est grand et mince juste comme il faut. Il a longtemps pratiqué le sport et est donc bien musclé. Seule sa partie intime m'est inconnue puisque j'ai déjà vu tout le reste à la piscine.

 

Sur le chemin qui nous amène aux bassins, nous parlons de tout et de rien. Arrivés dans les vestiaires, heureux hasard, toutes les cabines individuelles sont occupées, il ne reste que les cabines collectives. Nous nous retrouvons donc tous les 2 dans cette cage fermée et je m'arrange pour fermer la porte de l'intérieur. La partie de sexe avec mes hollandais me donne une audace que je n'aurais jamais imaginé, et je me mets à lui parler de son corps : je le complimente sur sa musculature, notamment sur la beauté de ses fesses ... Polo rougit mais semble prendre plaisir à entendre ce discours qui pourrait bien dégénérer ...

Il m'avoue alors que le mien ne le laisse pas indifférent et qu'il prend parfois plaisir à me regarder lorsque nous allons ensemble à la piscine. Il ne m'en faut pas plus pour tenter une approche et, dans la seconde qui suit, je lui fourre ma langue dans la bouche et lui roule une pelle contre laquelle il ne se défend pas.

A cet instant, je pense à ce que seront nos rapports à l'avenir si nous allons plus loin. Cette perspective m'excite au plus haut point : déjà ma main se balade sur son slip, pendant que lui commence à me caresser le torse. Ma queue est enflée comme rarement elle l'a été ; jamais je n'oserais sortir de cette cabine car il me faudra des heures avant que je me calme! Nos mains poursuivent leur exploration, nos langues s'activent dans nos bouches et nos 2 bites entrent sauvagement en contact à travers nos sous-vêtements qui ne tardent pas à être arrachés. Pendant quelques instants, nous nous dévisageons des pieds à la tête : entièrement nus, nous admirons mutuellement nos corps et nos regards s'arrêtent surtout sur nos sexes bandés comme jamais (pour moi, c'est le cas...).

C'est alors que Polo s'agenouille et commence à me pomper, d'abord avec des mouvements de langue puis très vite en ajoutant des mouvements de va-et-vient... Hum ! Quel pied ! Je lui demande pourtant d'y aller molo car je suis prêt à lui envoyer une avalanche de sperme dans la gueule. Il ne m'écoute pas et, de ses yeux d'un bleu perçant, me fait comprendre qu'il n'a rien contre...

Je me retiens le plus longtemps possible puis je décharge en longs jets puissants le jus que je lui réservais depuis des siècles en imaginant dans mes rêves les plus fous des scènes toutes plus pornographiques les unes que les autres. Mais cette situation-là, je ne l'avais pas envisagée !

Mon sperme coulait encore dans sa bouche, et lui se délectait de ce nectar... Puis il se releva et vint fourrer dans ma bouche ce qui restait dans la sienne : nos langues reprenaient leur va-et-vient et nous avalions le liquide qui, quelques instants plus tôt, jaillissait de mon sexe férocement bandé. Alors, en se retournant, il me proposa son beau cul que je commençais à travailler du bout du doigt. Très vite, je m'aperçus que le passage était facile : ce petit enculé s'était déjà fait ramoner ...

il allait me le payer ! Un peu de salive, une capote qui se trouvait dans la poche de mon fut' et le tour était joué : je lui limais le cul comme un animal sauvage et pourtant il n'émettait que des petits gémissements de plaisir. Pendant ce temps, il se travaillait seul une queue super volumineuse ; rapidement, il me prévint qu'il allait décharger son jus. Je me retirais de son petit cul baveux (j'y serais pourtant resté des heures tellement le passage était bien fait...) et je commençais à me branler au-dessus de lui. En même temps, nous avons joui : son visage était couvert de ce liquide que je tardais pas à lécher et mes cuisses étaient tapissées de sa substance. Il me caressa alors les jambes et ces minutes étaient délicieuses.

A ce moment-là, nous avions le choix : faire quelques longueurs dans l'eau ou profiter de la soirée pour passer à un stade supérieur, en d'autres lieux. Nous nous sommes lavés, nous avons repris la voiture et il m'a invité à le rejoindre dans son petit appartement d'étudiant. Là, nous avons refait l'amour plusieurs fois. A chaque fois, nous expérimentions de nouvelles techniques et de nouvelles positions ! Ho ! Oui ! C’était trop bon !...

En écrivant cette histoire, quelques temps après, j'ai du mal à contenir mon émotion. Entendez par là que ma queue a beaucoup de mal à se tenir tranquille. D'autant que je t'imagines déjà, petit cochon, en train de te toucher la bite à la lecture de mon récit. Ecoute bien ceci avant d'arriver à la jouissance : à cet instant où je termine ces lignes, je suis nu, je viens d'enlever mon string et je suis assis sur un fauteuil en cuir qui me moule le cul. Ma main gauche est placée sur mon sexe en érection et je ne vais pas tarder, en même temps que toi peut-être, à jouir ... Cette scène t'est destinée ... alors si elle t'a plu, écris-moi, je te raconterai peut-être d'autres histoires, et, pourquoi pas, si tu habites près d'ici, pourras-tu avoir droit, toi aussi, à quelques séances gratuites de toucher, voire plus si affinités!!!

kim

digital.doc@wanadoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.