Best Of Cyrillo

Page précédente

mika

Mika est un jeune homme de 22 ans aux cheveux châtains clair et aux yeux verts. Il est mince et finement musclé. Bien qu’il soit de 10 ans mon cadet, Mika et moi-même nous nous entendons fort bien au point qu’il nous arrive très régulièrement de faire du sexe ensemble. Il est extrêmement doué avec sa langue grâce à laquelle il me fait des fellations aussi exquises les unes que les autres. Sa queue, quant à elle, est tellement bonne à sucer que les va-et-vient de ma bouche lui arrachent des gémissements de plaisirs qu’il avoue ne pas pouvoir contrôler. Bref, entre Mika et moi, c’est le pied au pieu bien que nous n’ayons jamais fait autre chose que nous sucer. Bien qu’il ne m’en ai jamais parlé, je sais qu’il a envie de s’introduire entre mes fesses. Ses caresses sont très claires et parlent pour lui. Pour ma part, sans être amoureux de Mika, j’ai des sentiments pour lui et j’ai envie de m’offrir aux ardeurs de sa queue afin de lui donner le maximum possible de plaisirs. Le seul problème, s’est que je suis vierge de ce côté là et que, comme tout puceau du cul, j’ai peur de la douleur que j’imagine pouvoir ressentir en me faisant pénétrer.

Les choses en sont à ce stade lorsque j’arrive chez Mika pour passer la nuit du 31 décembre 2006 au 1er janvier 2007. En arrivant chez mon petit dieu de l’amour personnel, je sais que je vais franchir le cap de la nouvelle année dans le plaisir mais, à ce moment là, je n’imaginais pas à quel point cela allait être intense. La soirée commence sur les chapeaux de roues : alcool, alcool et encore alcool. Jusque là, c’est une soirée entre deux amis normaux. Sauf que les mains baladeuses de Mika sont là pour me rappeler que nous sommes un peu plus que de simples amis. A mon tour, je répond à ses caresses et nous nous retrouvons très rapidement nus et enlacés chacun dans les bras de l’autre. Nos corps se frottent mutuellement et nos queues en contact sont devenues bien dures. Mika m’allonge sur le dos et commence à sucer ma queue intensément et goulûment. Sa salive dégouline jusqu’à mes couilles qu’il entreprend de malaxer, produisant ainsi une chaleur qui m’envahit au point de me rendre totalement soumis au plaisir qu’il me procure. J’en gémis de plaisir. « C’est trop bon ! », lui dis-je, « continue stp ! ». Et Mika continue ainsi pendant plusieurs minutes. Puis, vient un moment ou je sens l’un de ses doigts effleurer ma rondelle. Et là, je commence à paniquer : j’ai peur d’aller plus loin mais je ne sais pas comment le lui dire. Mais, par chance, Mika n’insiste pas.

A mon tour, j’allonge Mika sur le dos et j’entreprends de lui rendre la pareille. Sa queue est vraiment très dure, beaucoup plus qu’à l’accoutumée. « Tu es super excité ce soir », me dis-je. Et, en effet, il ne s’en faut pas longtemps pour que Mika gémisse à son tour. Ses tétons sont tout durs et sa respiration haletante. « Tu me suces trop bien ! », me dit-il, « oh ouiiiii ! j’aime quand tu aspires ma queue ». A ce stade là, je suis certain que Mika va me proposer que nous nous mettions en position de 69 comme cela nous arrive assez souvent. En fait, je suis très loin du compte. « L’autre jour, j’ai rêvé que je te pénétrais », me dit mon Mika. Je suis tellement surpris de son affirmation que j’en relâche sa queue. Néanmoins, étant né 10 ans avant lui, je comprends parfaitement que Mika me parle de son désir plus que d’un simple rêve. J’ai toujours aussi peur de me faire pénétrer mais je suis obligé de lui répondre. Je ne peux plus faire semblant de ne pas comprendre comme je l’ai fait jusqu’à présent. Et bien que j’aie peur, je me dis que, si je n’essaie pas, je ne saurait jamais si c’est aussi bon que certains le prétendent. Je connais bien Mika et je sais qu’il se retirera si sa queue me fait trop mal. « Tu as envie d’essayer », lui dis-je. « Si tu veux, je me donne a toi mais prends moi doucement car je suis toujours vierge ».

Mika étant toujours allongé sur le dos, je m’installe au dessus de lui, mon cul au dessus de sa queue. « Es-tu sûr », me demande-t-il ? « Allez, ne te fais pas prier ! » lui répondis-je sur un ton faussement vantard et pas vraiment rassuré. Mika place alors son gland bien contre mon trou et, avec une infinie délicatesse et une grande douceur, il donne un coup de rein à la fois lent et progressif qui permet à sa queue de me pénétrer. La sensation que j’éprouve a ce moment n’est absolument pas douloureuse. Mika commence alors a faire de légers allez-retour en moi et, surprise, je me rends compte que j’aime la sensation que me procure sa queue. Voyant que je réagis bien, il entreprend d’augmenter la vitesse de sa queue en moi. La sensation que j’éprouve est délicieusement divine et je le fais savoir à Mika qui en profite pour me demander de me mettre à quatre pattes, chose que je fais sans plus tarder. Toute peur de la pénétration a disparu en moi et Mika, qui l’a bien compris, me pénètre et va et vient dans mon cul à un rythme particulièrement soutenu. Je suis excité comme je ne l’ai jamais été et je vais même jusqu’à empoigner ses fesses pour les tirer vers moi, histoire de lui faire comprendre que je veux vraiment profiter de toute la longueur de sa queue. Mon (presque) petit ami est d’une endurance que je n’aurais jamais soupçonné. Plusieurs minutes sont passées quand Mika me propose de m’allonger sur le ventre. « Ne cherche pas à te retenir », me dit-il, « ce n’est pas grave si tu te vides sur le lit ». Le plaisir que Mika me donne en me possédant allié aux frottements de ma queue sur son lit est totalement démentiel ! Chaque coup de rein augmente mon extase et, pour Mika, la façon dont je gémis signifie que ma jouissance est imminente. Incapable de me contrôler plus longtemps, je laisse ma semence jaillir. Quelques secondes plus tard, Mika jouit en moi.

Nous sommes passés de 2006 à 2007 sans même nous en rendre compte. Mais cela n’avait pas d’importance car, au lieu de nous souhaiter tout le bonheur du monde comme le veut la tradition, nous avons fait mieux : nous nous le somme donné. Mika, si par hasard tu venais à lire ce texte, je pense que tu comprendras que je suis heureux de m’être offert à toi pour mon dépucelage. Avec tout le plaisir que tu m’as donné ce soir là, quoi qu’il puisse advenir entre nous à l’avenir, je ne regretterai jamais ce choix. Gros bisous rien que pour toi.

erakis

erakis@orange.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.