Page précédente

Mon prof de maths.

Bonjour, tout d'abord je me présente, je m'appelle Tyller et j'ai 19ans, je suis assez blanc, yeux vert noisette, cheveux noir et je suis ni gros, ni mince.
Maintenant j'en viens au fait. Je vais vous raconter l'histoire qui c'est passé entre moi et mon prof de maths.

Je venais enfin de quitter le collège, enfin après plusieurs redoublement me voilà dans la cour des grand, au lycée ! J'étais fier, peut être que j'avais 18ans déjà en seconde mais je m'en foutais, je voulais en profiter un max, me faire de nouveau amis et surtout délirer dans les cours. J'arrive dans ma nouvelle classe, je me trouve devant un mec, la trentaine, yeux marron intense, assez blanc de peau, assez beau gosse.

Je me demandais pourquoi j'avais une attirance sur ce mec, ce mec qui d'ailleurs est mon prof de maths, pourtant je me sentait hétéro, et j'aimais bien être en compagnie de mes petites amies, mais là, j'avou je restais sans voix.
De plus, cet homme au sourir éclatant et avec un accent qui fait rêver, n'arréter pas de me regarder tout au long du cours. J'avais qu'une envie, lui sauté dessus et lui roulé une pelle comme jamais personne ne lui en a fait !!!

Bref, j'essayais de ne pas me distraire, et aussi de penser a autre chose car sans m'en rendre compte, je bandais comme un âne. Mais comment ce concentrer sur autre chose quand on a en face de nous un beau mec qui n'arrete pas de nous regardé ? je me le demande.

Mais bon passons, donc je disais, je continue d'écouter son cour, qui je vous dit, pour moi ne veux rien dire (les maths et moi sont deux choses qui ne seront jamais dans le même panier), mais pourtant quand tu vois ton prof, sa donne envie de prendre des cours particulier.
Il restait que quelque minute avant la sonnerie, et dès que celui ci fut retentit, tout le monde partait, tout le monde sauf moi, le prof m'interpella et me dit de rester quelque minute, j'accepais avec plaisir de rester encore un peut et là, une conversation grandit:

- Pourquoi vous aviez tout le temps le regard sur moi monsieur?

- Moi? vous regardez? vous en êtes certains?

- Oui monsieur, vous n'arretiez pas de me sourir discrétement.

- Tu ne demandais pas mieux n'est-ce pas?

- Comment? je...je...je suis...

- Ne t'inquiète pas, moi aussi j'ai flashé sur ton regard dès ton entré dans cette classe, et j'ai vu que tu n'arretais pas de me regarder aussi.

- Ho non c'était un moment de confusion, je ne suis pas gay.

- Moi non plus, j'ai ma femme, deux enfants, mais je ressent toute fois une attirance sexuel envers toi..;

- Sexuel? désolé je dois partir je suis navré  !!

Et la quand je me suis retourné pour partir en courant, il me pris le bras, ferma la porte de la salle et se colla contre moi, il commencait a m'embrasser dans le coup, sur le mentons, et enfin sur la bouche. Moi qui voulais lui monter dessus pour l'embrasser, il sembleré qu'il eu la même idée.
Il continua à m'embrassé, tout en sérran mes poignés contre la porte pour pas que je parte.

J'avais mal, j'avais peur, mais tout sa était mélangé par de l'exitation, et le fait de sentir son sexe grossir sur ma jambe m'exité encore plus que ce que je ne pensé. D'un coup je me laissé faire, il n'avait plus besoin de me tenir, j'étais a sa merci. En deux trois mouvement, il m'amena dans la reserve de la salle, là ou personne n'avait la clef, personne sauf lui. Il commenca à me déshabillé, je fesais de même, en deux temps trois mouvement, nous étion tout deux en tenu d'adam.

Je commençais a l'embrasser, encore et encore, et d'un coup je passa au chose sérieuse, je décidé de prendre en bouche le merveilleu morceau qui m'étais offerte, un morceau d'environ une vingtaine de centimètre. J'étais au ange, je commancé par le sucé le gland, un coup de langue, deux coup de langue et hop dans ma bouche, je l'enfoncé jusqu'à l'étouffement. je le sucé près d'une trentaine de minute, ma machoire me fesait mal, et je sentais qu'il aller venir, son souffle s'accelera, et d'un coup, plusieurs jets de spermes remplis ma bouche, ce liquide blanc délicieux, ce liquide qu'il ne voulait pas que j'avale, il me disait de cracher mais devant lui j'avalé tout, et nettoyé ensuite sa verge avec soin. Sans m'en apercevoir, j'avais éjaculer sans me toucher tellement que l'exitation était entrain de m'envaïr. Je me releva, vient à sa bouge, et en caressant ces couilles, nous mélangâmes nos salive, salive qui avait un bon gout de sperme, humm, je remis mes vêtements, et partit, lui lançant un sourir et un regard de petite putin en chaleur, et d'un coup me dit ceci:

- L'année risque d'être super et surtout bien exitante..!

Je m'en allé, repensant a cet événement, en me disant que part chance, je me prendrait ce gros zob dans le cul la prochaine fois.
A suivre.....

Tii 974

Misterreunion@hotmail.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.