Page précédente

Nature

En vacances en 2010 dans le sud de la France, et pour une envie pressante je cherchais à me soulagé, je suis entré dans un café qui me renvoya sans ménagement en me disant que la rue à droite 2ème à gauche il y a des WC publique, je voulu chercher un autre café mais l’envie était trop pressant, et suis allé au WC publique, à peine devant l’urinoir un homme se mis à mes coté, j'entends une voix virile, très masculine et assez sèche qui me dit "salut p’tite bite".

Là je tourne la tête et vois un mec hyper masculin, viril, baraqué et avec une vraie gueule de pervers. Tout de suite, il me dit "aller, à genoux, suce!"... Il a du voir que j'étais surpris ce qui le poussa à me donner un gifle et à m'attraper par la nuque pour me faire m'agenouiller. Je ne le savais pas encore mais c'est là que commençait ma découverte.

Il attrapa sa queue et me la frotta sur les lèvres en disant d'un ton très cru "aller salope ouvre la bouche et pompe ma queue... je vais te montrer ce qu'on fait aux petites salopes qui cherchent de la queue... tu vas être servi".

Sans avoir le choix, j'ouvris la bouche pour commencer à le sucer, mais il appuya sur ma nuque et me l’enfonce au fond de la gorge, sa queue faisait au moins 18 centimètres et un diamètre minimum de 6 cm. J'eus un mouvement me recul (et comme une envie de vomir), car je ne m'attendais pas à ça mais il me tenait la nuque tellement fort que j'ai du lui obéir. J'étais donc à genoux devant un mec très directif, en train de sucer sa bite avec ma bouche et contraint de le laisser aussi profond qu'il voulait dans ma gorge...

Inutile de dire que je flippais! Visiblement je n'avais pas mon mot à dire et j'ouvrais la bouche autant que je pouvais pour avaler sa queue. Puis il plaça une main sous mon menton, l'autre toujours derrière la nuque. Il me maintenait et il commença à faire des longs va et viens rapides dans ma bouche. J'étais en train de me faire baiser la bouche, en l'entendant grogner, gémir et m'insulter...

D'un coup il me gifla en me disant "regarde moi quand tu suces, salope"... Je regardais donc son visage, son air satisfait et pervers, de mes yeux mouillés...

L'excitation remplaça la peur et l'expression de crainte dans mes yeux furent remplacés par une lueur de plaisir et de gourmandise lubrique... L'idée d'être à la disposition d'un homme me plaisait, je m'en rendais compte et j'avais honte de prendre du plaisir à abandonner ma bouche à un pervers.

Il s'en était rendu compte et lança "mais je vois que tu y prends gout petite chienne... aller montre moi ce que tu sais faire...". Il retira ses mains de ma tête. C'est alors que je fus envahi d'une chaleur encore inconnue, provoquée par l'envie de bien satisfaire un mâle, mon mâle... Je m'activais sur sa queue comme une vraie chienne, je me forçais à la prendre entière au fond de ma gorge, et après plus de vingt minutes, malgré la douleur de la mâchoire et la honte d'être utilisé comme ça, je prenais un pied d'enfer. Je prenais mon pied, j'étais en train de me faire baiser la bouche sans pitié, et  je réclamais implicitement, j'en voulais plus, plus profond, plus fort...

Lui entre deux grognements et insultes il me dit "t'as l'air d'aimer ça en plus... hein ma salope?"

Je lui répondis par un mouvement de la tête que oui... Il répliqua immédiatement "ben alors faut le dire, exprime toi, ca m'excite qu'une petite lope réclame de la bite"... Je n'eus aucun mal à lui obéir et à dire "oui, vas y défonce moi la bouche, baise moi comme tu veux, apprends moi à encaisser de la grosse queue... je veux t’appartenir, être ta salope pour mes vacances il reste 24 jours", et il sortit de ma bouche et inonda mon visage de son jus. Puis il promena sa bite et étala son jus sur tout mon visage, quand il me lâcha, ile me dit encore « regarde tu as des admirateurs, je te laisse avec eux, tu les satisfais avec ta bouche tout les 5 et je reviens te prendre dans 1heures tu as intérêt a être toujours là, je dois encore finir ton éducation de salope ». Et sans dire un mot je me suis mis à caresser et sucer ces bites, plus je suçais plus j’avais de plaisir, pour une première je me suis dis que j’avais de la chance de pouvoir en goûter plusieurs, et dès qu’un à gicler son jus, je fut surpris qu’il y en aie un autre pour le remplacer, lorsque mon homme revint, je commençais à avoir un peu mal à la mâchoire, mais le plaisir que j’éprouvais était trop bon. Mon homme me dit « alors tu suce toujours, tu en as pris combien dans ta bouche de pute ma salope», je l’ai regardé et ne pu répondre, alors il me donna un baffe qui marqua ma joue, et je dis « je sais pas il y avait toujours une autre bite quand une giclait » et un des homme dit, c’est sa huitième et il dosi me finir avant que je le laisse partir, et après qu’il aie tout mis sur mon visage il se réajusta et partit, mon homme  me dit «je vais faire de toi une bonne salope docile et une bonne pute, aller suit moi salope». Une fois dans la rue il me donna un papier et partit en me laissant sur place.

Cette aventure réelle m'a permis de découvrir que j'aimais me faire baiser la bouche sans ménagement par des mecs virils et bien machos... J'avais gouté à la baise avec un mec qui cherche juste à se faire du bien et avoir une salope qui lui obéisse et il m’a trouvé, et à cet instant je savais que je lui obéirais quoi qu’il me demande... Le papier était un RDV le lendemain sur un bateau en me disant "demain tu en auras pour ton compte ma salope, je ne serais pas seul p’tite chienne….. et moi je prendrais ton cul". Mais c’est une autre histoires.

pierre_suc@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.