Page précédente

Nature et bois

 

Les trois jeunes gars étaient là , allongés dans l'herbe, en short rouge, torses nus.
Tous trois très musclés, ils discutaient joyeusement avec tous des voix très graves.
Le premier gars musclé est poilu, ses cuisses puissantes sont drapées d'un poil noir très dur, une rivière de poils part de son bas ventre vers ses pectoraux.
Le dessin de ses muscles est viril et il inspire la force et la puissance.
Le deuxième moins poilu semble très sec, pas un gramme de graisse, pas un poil non plus mais un côté bestial et racé.
Le troisième est le plus impressionnant, grand blond, ses poils me donnent encore des frissons, ils sont blonds, très épais, il valorisent ses muscles, ses biceps sont puissants, ses cuisses sont larges et velues, ses abdos très saillants ressemblent à ceux d'un cheval au galop.
Ses yeux sont d'un bleu très clair, il a un regard glacial, dur et viril.
Tous les trois ont une énorme bosse au niveau de leur short, on distingue nettement leur bite et leur grosses couilles. Les rayons du soleil ont pour effet de développer leur sexe au repos.
 

Je ne sais pourquoi mais je me suis arrêté devant eux en les fixant un a un. Mon sac a dos se retrouve au sol. Je suis là planté les jambes écartées avec une gaule de première en train de mâter ces trois mecs avec provocation.
 

- Tu veux quoi me demande le 1er.
- Ben je sais pas les gars mais vous êtes tellement...
- Ah encore un petit pédé, on est hétéro mec t'as aucune chance casse toi.

Inconsciemment je me mets la main au paquet et je le malaxe, les trois mecs ravalent leur salivent et commencent à m'insulter.
Ma bite fait une grosse bosse maintenant dans mon short.
Le grand blond se lève, paniqué je les traverse et cours éperdument à travers champ.
En me retournant je les vois courir en ma direction. Leur muscles au soleil en action me font encore plus bander. putain 10 jours que je n'ai pas jouit.

Au fin fonds du petit bois, essoufflé je m'appuie contre un arbre et attends anxieux.
Les trois sont là et m'entourent comme pour empêcher une fuite. Alors petit pédé on mate les mecs maintenant, t'as pas honte ? tu cherche quoi ? tu sais on est remonté comme des pendules, et malgré nos branlettes on n'a pas baisé depuis 1 mois, on bosse à la ferme à côté et il n'y a pas de fille. tu veux faire la fille ? dis ! connard tu veux ?

Pour toute réponse je baisse mon short et mon slip trempé de sueur et je me retourne face à l'arbre.
Mon cul est bien dessiné, les deux fesses sont fermes et rebondies, trois paires de mains l'évaluent, le flattent, écartent les fesses, frôlent mon petit trou.

Le plus grand le plus puissant sort sa bite et entreprend de me frapper avec. Ses coups de bite sur mes fesses m'excitent beaucoup, mais en même temps la taille de son sexe m'effraie un peu.
Sans ménagement ses potes écartent mes fesses et le grand blond tente de forcer le passage, il crache sur sa queue imité par ses deux potes qui crachent sur mon trou. Cet afflux de salive facilite la pénétration, la douleur est instantanée, mais le gars progresse avec virilité.
Ses couilles viennent taper mon cul et je me sens d'un coup planté d'un mats imposant.
Je me sens déchiré. Les deux autres gars rigolent et m'insultent. Ils ont sorti leur bite, le gars poilu en a une moins logue mais honteusement épaisse et très large à la base.
Le 2ème en a une large et très longue. Leurs gland mouillent déjà.
Mon grand gars enculeur se penche vers mois m'embrasse me lèche le cou, me lèche les oreilles, et en même temps décule un peu pour mieux me posséder.
Sa bite palpite et gonfle encore plus. Je me mets à me branler lentement et lui dit vas y baise moi à fond

Cet ordre lui suffit à me besogner comme un bûcheron en poussant des hans puissants, il ressort presque sa queue, il me dit t'es une bonne salope, ta chatte est bien chaude, sale pédé. Je vais te féconder et il pousse un hurlement grave et m'inonde de sa jute bien chaude.
J'ai joui du cul, mais pas de sperme encore ma bite va exploser. Il se retire rapidement, j'ai l'impression que je viens de chier. Mais le 2ème gars se présente et me prévient tu vas sentir ce qu'est un mec, un homme un vrai.

Profitant du sperme de son pote il me défonce d'un coup le cul, j'ai le souffle coupé, et la douleur est infernale.
Puissamment en me prenant pas les hanches il se mets à me défoncer encore plus puissamment que l'autre. Je me sens écartelé.
Plus il me pénètre et plus mon cul est écartelé. Ses très grosses couilles tapent violemment mes fesses, il s'arrête soudainement se dégage et s'allongeant au sol me demande de venir s'empaler sur son mastard qui me parait encore plus impressionnant.

Face à lui les mains sur ses pectoraux je m'assoie sur sa bite, il se mets alors à me Pistonner comme un fou, je joui deux fois du cul.
Mon premier enculeur se mets alors à me fesser violemment puis à écarter encore mes fesses. Le 3ème gars alors présente son gland à coté de mon enculeur et force le passage ; je hurle deux bites dans mon cul, non ! ! ! ! ! ! !
et ben avec force il me pénètre et je me retrouve pris en sandwich entre deux gars balaises avec 2 paires de couilles qui battent le rythme sur mon cul.

Les deux bites me défoncent lentement maintenant mais puissamment en alternance. Cette sensation nouvelle me fait juter rapidement resserrant encore plus mon anus, je hurle fort ma jouissance ; un flots de sperme calme la chaleur du travail de mes deux hommes.

Le gars au dessus de moi s'effondre sur mon dos en sueur et épuisé.
Leurs bites ne dégonflent pas et il leur faut toute l'attention et la délicatesse pour déculer sans me faire mal ;
Libéré de leur chibre mon anus se referme mais difficilement, en laissant couler un liquide blanchâtre qui colle à mes poils.

On est trois les trois allongés, la brise légère nous donne des frissons. Nos queue maintenant reposent sur nos cuisses.
Le blond me dit ben mon vieux t'es mieux qu'une nana. Ta chatte est plus serrée et j'aime bien ton corps.
Viens avec nous à la ferme on va te faire connaître Bastien. Il en a une énorme. Viens te doucher.
On se lève épuisés et courons vers cette ferme. A la vue du paquet de Bastien au travers de son short, je me dis que la nuit va être déchirante.

(Je viens de jouir à la relecture....)

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.